En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fonte des glaciers de l'Himalaya : prévision erronée du GIEC

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Selon l'AFP, en marge d'un sommet sur les énergies du futur à Abu Dhabi, le chef du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), Rajendra Pachauri, a reconnu le 19 janvier qu'une prévision sur la fonte des glaciers de l'Himalaya d'ici 2035 était ''peu fondée''.

En 2007, dans son 4ème rapport , qui lui avait valu le Prix Nobel de la Paix, le GIEC avait estimé que les glaciers de l'Himalaya reculaient plus vite que les autres du monde et ''pourraient disparaître d'ici 2035, voire avant''. Ce rapport ''fait référence à des taux de retrait et à une date de disparition des glaciers de l'Himalaya peu fondés'', indique le groupe d'experts de l'ONU.

Révélée dimanche 17 janvier par ''The Sunday Times'', l'affaire a contraint le GIEC à lancer une enquête sur l'origine de la prévision en cause. Le groupe d'experts estime cependant que la conclusion générale de ce rapport, qui prédit que la fonte des glaciers de l'Himalya, des Andes et de l'Hindu-Kush, allait s'accélérer au XXIe siècle, est ''robuste'' et ''appropriée''.

''Cet incident démontre que la qualité de l'évaluation dépend d'un respect absolu des standards du GIEC'' qui stipulent notamment qu'un ''examen approfondi'' doit être fait ''de la qualité et la validité de chaque source'' avant de l'utiliser, soulignent les experts.

Réactions6 réactions à cet article

 
à qui se fier ?

Manque de sérieux ? Manque de professionnalisme ? Bien pensance ? En tout cas démarches approximatives au service de l'IDEOLOGIE CATASTROPHIQUE .
Terminé, je coupe le son.....

talvor | 22 janvier 2010 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
le doute doit être la règle

Certains prévisionnistes semblent être financés selon l'ampleur de leurs prévisions. Parmi les "verts" cela semble assez fréquent. L'alarmisme est à la mode... Il suffit de penser à la vache folle, suivie de la grippe aviaire et maintenant de H1N1... 3 Flop n'est-ce pas ? A qui profite ces prévisions exagérées ? Il en est de même pour le climat et pour beaucoup d'autres informations dont nous sommes inondés sans avoir les moyens de les analyser ni de les comprendre. La peur du nucléair nous fait oublier le nombre de morts par le tabacs, par la chime et par les accidents de la route... Sachons relativiser et écouter plusieurs son de cloche!!! Pour le climat, seul l' avenir nous dira qui a raison.

jeanpierredebangui | 22 janvier 2010 à 12h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Prudence, prudence !!

On l'a vu avec les dernières pandémies ou annoncées comme telles, nombre d'experts nous annoncent les pires tourments et des milliers de morts....ils sont du reste complaisamment relayés par les journalistes de la presse audiovisuelle et écrite.
Est-ce pour faire parler d'eux ?, est-ce pour avoir des chroniques ici ou là ?,est-ce plus trivialement encore une question de lien direct de ces prétendus experts avec les laboratoires? toujours est-il que la réalité est presque toujours trés loin des prévisions annoncées et on ne peut bien sûr que s'en réjouir.
Le résultat est que nous finirons par ne plus croire à toutes ces sinistres prévisions et d'ailleurs on peut se demander si ce n'est pas l'une des raisons de l'échec de la campagne de vaccination.
Pour en revenir au sujet du réchauffement ou plutôt du changement climatique,sujet sérieux s'il en est, nous devons êre ctitique sur le discours des expoerts du GIEC, de plus en plus remis en cause par celui d'autres experts à mon sens tout aussi crédibles; nnous devons donc raison garder et ne pas tomber dans ce discours permanent de culpabilisation , teinté d'un malthusianisme bon teint!aux couleurs des Verts..

Mais cela ne doit pas nous empêcher, bien au contraire, de revenir vers des pratiques de bon sens aux fins d'en finir avec les gaspillages, d'économiser les ressources de notre planéte.....

de-lauza | 22 janvier 2010 à 12h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
bon sens

Les experts d'une manière presque générale sont autoproclamés, j'ai quarante ans de recherche scientifique derrière moi et je sais de quoi je parle. Aussi il est fréquent qu'un expert se trompe et professe des inepties. Je préfère examiner les faits : tous les glaciers du globe sont en régression rapide, c'est incontestable. Par contre il est évident que prédire de manière fiable dans combien d'années ils auront disparu si l'on continue à émettre toujours plus de gaz à effet de serre est rigoureusement impossible. Mais il est certain que cela se produira si l'on continue à ne rien faire pour enrayer cette fonte et que les conséquences en seront dramatiques et ce n'est pas de l'idéologie catastrophique c'est du simple bon sens. ET c'est de bon sens dont devraient faire preuve les responsables, c'est loin d'être le cas.

mhubin | 23 janvier 2010 à 16h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:bon sens

Vous faites donc partie des chercheurs scientifiques qui sont persuadés dans leur intime conviction, à défaut de preuves, que le CO2 est pour quelque chose dans le réchauffement climatique qui, bizarrement, n'affecte pas la troposphère? Faites-vous partie des chercheurs qui se croient suffisamment calés pour mettre en équation un phénomène aussi cahotique que le climat, en ignorant superbement l'effet des nuages? Alors quand on en est rendu à ce point, pourquoi vous paraît-il ridicule d'avancer une date pour la mort annoncée des glaciers? Vous croyez donc l'homme suffisamment puissant sur cette terre pour diriger le climat dans le sens d'un refroidissement, alors que nous sommes des enfants médusés devant une tempête, une inondation, une sécheresse ou un tremblement de terre? Quant à moi, je préfère suivre les travaux des scientifiques qui tentent de prouver que l'activité solaire pourrait influer sur la couverture nuageuse, donc sur la température moyenne du climat. Peut-être que le prochain prix Nobel est actuellement en train de travailler au CERN sur ce sujet au lieu de prendre les élucubrations informatiques du GIEC pour du pain béni?

jojo | 26 janvier 2010 à 11h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est facile de critiquer certaines erreurs de scientifiques afin de se voiler la face...il est plus facile de critiquer...que de s'arrêter, réfléchir au monde que nous sommes en train de construire, nous, pays "industrialisés" afin de satisfaire nos petits besoins en confort toujours croissant...
Je peux comprendre votre raisonnement qui est de ne pas croire à la première théorie venue...mais réfléchissez, ouvrez les yeux : quelle pollution crée-t-on à prendre sa voiture pour aller au magasin la Xième fois sur la même journée car on a "oublié" d'acheter telle ou telle chose d'un besoin "essentiel"...Réfléchissez lorsque vous vous offrez le GSM dernier cri type de la marque à la pomme alors que vous en possédez un qui, soit possède déjà les même possibilités, soit possède déjà bien plus que les fonctionnalités minimales requises...
Mettez cela en parallèle avec tous ces gens qui ne possèdent même pas un accès facile à la nourriture, eau, etc, besoins essentiels à la survie...
Alors avant de vous "braquer", critiquer et véhiculer votre sceptiscisme sur ces études, avec il est vrai, parfois certaines approximations, mais souvent avec une origine fondée, prenez le temps de réfléchir à vos besoins primordiaux...

alex | 21 février 2012 à 21h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager