En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La glace de l'Antarctique révèle le climat des 800.000 dernières années

Après plus de 10 ans de forage et d'analyse, les 3.260 mètres de carotte glaciaire prélevés dans l'Antarctique ont livré leurs secrets. Les scientifiques possèdent désormais les données climatiques des 800.000 dernières années de la planète.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Depuis les années 1960, les forages dans les calottes polaires permettent d'accéder aux archives climatiques accumulées dans la glace depuis des millénaires. La composition isotopique de la glace et notamment la teneur en deutérium et en oxygène 18 permet de reconstruire quantitativement les variations passées de température. Les bulles d'air emprisonnées dans la glace préservent quant à elle des échantillons de l'atmosphère de chaque époque et les poussières et les aérosols témoignent de l'activité des sources comme les volcans et de l'intensité de la circulation atmosphérique. Le forage profond de Vostok en Antarctique de l'Est par exemple, fruit d'une collaboration Russie/USA/France a permis dans les années 90 d'accéder pour la première fois à des enregistrements couvrant 420.000 ans d'histoire du climat. Le forage de 3623m a notamment révélé l'existence de quatre périodes glaciaires séparées par des périodes plus chaudes mais également une relation très forte entre variations climatiques et concentrations des gaz à effet de serre.
Afin de compléter ces résultats et remonter plus loin dans le temps, de nouveaux enregistrements étaient nécessaires mais impossibles à réaliser à Vodstok en raison de la présence d'un immense lac à quelques centaines de mètres sous le forage. Un nouveau site de forage devait donc être réalisé. Ce fut l'objet du projet européen EPICA mené par un consortium regroupant 10 pays européens (Allemagne, Belgique, Danemark, Italie, France*, Norvège, Pays - Bas, Royaume - Uni, Suède et Suisse). Lancé en 1995, ce programme avait pour objectif de forer la calotte glaciaire jusqu'au socle rocheux sur deux sites en Antarctique diamétralement opposés, l'un à Dôme C où se situe une station de recherche permanente issue d'une collaboration entre la France et l'Italie, l'autre à Dronning Maud Land.

Après plus de 10 ans de forage et plus de 6.000 analyses sur des cylindres de glaces de 10cm de diamètre ramenés à la surface par tronçon de 3m environ, les équipes scientifiques viennent de publier l'ensemble des résultats obtenus au Dôme C dans le journal Science du 6 juillet dernier. Au final, les 3260 m de glace retirés du site représentent les 800.000 dernières années de la planète. Cet enregistrement près de deux fois plus long que celui accessible à partir du forage de Vostok, a permis des avancées remarquables notamment sur les variations de température au cours de cette période.
En effet grâce à un ensemble de simulations réalisées à l'aide d'un modèle de circulation générale de l'atmosphère, la température de l'Antarctique a pu être reconstituée. La corrélation entre cette température et la concentration de gaz à effet de serre est confirmée. La relation entre la température de l'Antarctique et les variations du niveau de la mer telles qu'elles sont enregistrées dans les sédiments marins est également remarquable, sur l'ensemble des 800.000 dernières années.
Par ailleurs, les analyses confirment qu'au cours de cette période la terre a subi huit cycles climatiques, voyant alterner des périodes glaciaires et des périodes plus chaudes dites interglaciaires avec un changement brutal du rythme de ces cycles il y a 420.000 ans. Les périodes chaudes des 420.000 dernières années sont caractérisées par une température similaire à celle que nous connaissons actuellement, alors qu'auparavant, elles étaient moins chaudes mais duraient plus longtemps.

Une analyse plus poussée à l'échelle des siècles et des millénaires confirme le lien entre les variations de température enregistrées en Antarctique et les événements climatiques rapides mis en évidence dans les forages réalisés au Groënland. Ces forages réalisés dans les années 1990 ont en effet révélé des variations climatiques rapides au cours des dernières périodes glaciaires et interglaciaires. La dernière période glaciaire est marquée par des réchauffements importants qui s'opèrent en quelques décennies et un retour plus lent vers les conditions glaciaires tandis que la dernière période interglaciaire présente des excursions vers des conditions plus froides qui suivant le cas persistent entre 70 et 5.000 ans.

À la lumière de ces résultats, la communauté glaciologique internationale se tourne maintenant vers d'autres régions de l'Antarctique pour extraire de la glace plus vieille encore, si possible de plus d'un million d'années.


*Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement (LSCE), Institut National des Sciences de l'Univers (INSU), Institut français Paul Émile Victor (IPEV), Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement (LGGE CNRS / UJF Grenoble).

Réactions12 réactions à cet article

 
Intéressant mais manque de précisions

J'aurai aimer avoir des précisions chiffrées en années et en températures plutôt que des "plus chaud" "plus froid" qui ne signifient pas grand'chose. Quelles variations par cycles dans les précipitations ?

Merci

danfer27 | 12 juillet 2007 à 09h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Intéressant mais manque de précisions

Ben voyons...

Alors 3623m divisé par des carottes de 3m = environ 1.200 donnés qui illustrent 800.000 ans... ça fait pas mal de données à afficher non ?

Le mieux est peut-être que tu contacte les responsable des labos tu ne penses pas ?

Daaaaaavid

Daaaavid | 12 juillet 2007 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et alors?

C'est bien beau tout ça mais quelles sont les conclusions, y a-t-il des similitudes quant au changements climatiques qu'il semble être en train de se produire? Et quelles sont les causes réelles de ces manifestations de la nature?
C'est bien de chercher à comprendre les choses mais lorsqu'elles nous dépassent, je crois bien qu'il est inutile de se prendre la tête. Il y a mieux à faire avec tous ces ronds dépensés pour la science et la recherche...

Anonyme | 12 juillet 2007 à 11h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et alors?

Je pense que pour répondre à toutes tes questions il faudrait lire la publication qu'on fait ces scientifiques. 10 années d'analyses et de recherches sont difficilement résumables dans un article.
Quand à l'argent dépensé pour la science et la recherche je pense que ça n'est pas de l'argent jeté à la fenêtre! Ces recherches ne sont pas là que pour donner simplement des chiffres et consater le climat de notre planète durant ces derniers millénaires, mais bien pour faire des comparaisons et trouver des solutions voir sensibiliser la population.
Nous avons beaucoup trop agit sans savoir et je trouve bien que l'on essaye de savoir avant d'agir!
N'oublis pas que c'est la recherche scientifique qui nous fait avancer (technologie, santé, environnement).
Alors je pose à mon tour une question.....
Devons nous ne rien apprendre et continuer à faire des erreures pour ensuite dire pardon à nos enfants?

Anonyme | 12 juillet 2007 à 14h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et alors?

L'article est clair (4ème paragraphe) : "La corrélation entre cette température [de l'Antarctique] et la concentration de gaz à effet de serre est confirmée". Par ailleurs la suite indique qu'il y a bien relation entre la température et les variations du niveau de la mer. En clair : les montées en température moyenne (sur quelques décennies) dépendent, entre autres, des gaz à effet de serre ; cette montée en température, réchauffant et dilatant les océans, provoque une augmentation de leur niveau.
Les gaz à effet de serre, outre les incendies et les volcans, sont dus à l'industrie, au transport, au chauffage, à la pollution et à la négligence. Nous en injectons depuis près de 200 ans, c'est rapide et risque de générer un réchauffement climatique brutal. C'est ce qu'explique cet article, les forages de glace permettant d'analyser les variations de température et de composition de l'air. Il y a peut-être mieux à faire que dépenser de l'argent pour la recherche ? Peut-être pour l'assistanat ? Prenons nos responsabilités. Comprendre peut permettre de réparer, voire d'anticiper les conséquences néfastes de nos actions, individuelles ou collectives. Pour ma part cela ne me dépasse pas. Il faut continuer puisqu'aujourd'hui nous commençons seulement à comprendre : les décideurs demandent des informations et des faits avant de décider (choix énergétiques et industriels, politiques publiques...).

serge | 12 juillet 2007 à 15h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pourquoi ces variations de températures?

bonjour,
C'est sûr qu'un graphique simplifié serait plus parlant qu'un paragraphe...
moi la question que je me pose, tout en restant très sensibilisée aux problèmes actuels et futurs, c'est comment les scientifiques expliquent ou tentent d'expliquer ces variations de températures et cette modification subite depuis 420000 ans environ alors que les hommes n'avaient aucune influence sur la pollution de la planète.
je voudrais rester convaincue que les recherches récentes vont nous aider à modifier notre impact sur notre terre.

utopie | 12 juillet 2007 à 21h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
On a des preuves que faut t'il de plus.....

SI j'ai bien compris rechauffement brutal ces dix derniéres décennies on va tomber dans les extrémes la mère planète s'enballe.....la fraternité pour un monde propre s'impose bon courage a tous.

mitche | 17 juillet 2007 à 17h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
reference article

Bonjour
désireux d'approfondir le sujet, j'ai voulu consulter l'article auquel vous faites référence dans dans la revue Sience
Je ne le trouve pas pouvez vous me donner la référence exacte.
Merci
André

André | 23 août 2007 à 16h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:reference article

Bonjour,

Science est sur abonnement. Il convient donc de les consulter.

Cordialement

David Ascher

David Ascher | 23 août 2007 à 16h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Et alors?Le soleil?

Salut!
Je ne suis pas expert en climatologie mais pour moi la terre est une machine thermodynamique : source chaude le soleil contre source froide l'espace vouloir comprendre le climat sans passer par tout les paramètres conduit à des erreurs: les gaz à effet de serrent ne sont qu'une partis du problème l'activité solaire aussi, certe ils agravent le réchauffement a énergie constente or j'ai lu que l'activitée solair est depuis quelques temps plus intense, ajoutez du CO² et vous avez le bon résultat mais il ne faudrais pas dramatiser la terre en a vu d'autre ! à Lodeve 34000 il et fait au musé Fleurus etat d'un climat tropical dans le sud de la France cela n'empèche pas le monde de tourner sauf que l'homme peu disparaitre bon et alours il le fera bien un jour!

monsieur Soleil | 12 décembre 2008 à 12h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Et alors?

Vous oubliez que c'est la vapeur d'eau qui compose essentiellement la couche à effet de serre.
En outre, la vapeur d'eau et les GES sont libérés plus facilement et plus abondamment suite à l'augmentation des températures.
Un comme une casserole d'eau sur le feu, plus ça chauffe plus l'eau se vaporise et plus les éventuels gaz contenus dans l'rau seront rejetés abondamment.

Pat

Pat74 | 09 août 2009 à 17h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
le climat des ecologistes

que pense les ignares politiques qui ne tiennent pas compte des scientifiques qui prouvent différents réchauffements climatiques dus aux effets de serre il y a 800.000 ans ...y avait-il alors la responsabilité des hommes avec leurs voitures et autres raisons invoquées aujourd'hui ? par des politiques verts de mensonges

edmond | 18 octobre 2009 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager