En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Glyphosate : vers une prolongation de son autorisation de 18 mois ?

Risques  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Le glyphosate pourrait bénéficier d'une extension de dix huit mois de son autorisation de mise sur le marché. La Commission européenne a fait cette proposition aux Etats membres, pour laisser le temps à l'Agence européenne des produits chimiques (Echa) de terminer son examen (prévu fin 2017). Le comité des experts représentant les Etats membres doit se prononcer sur ce sujet le 6 juin prochain. Ces derniers, lors de leurs deux précédentes rencontres, ne sont pas arrivés à trouver de position à la majorité qualifiée sur la question de sa réautorisation. Le temps presse désormais : son homologation arrive en effet à son terme le 30 juin prochain.

"Les eurodéputés socialistes et radicaux, qui soutenaient son interdiction, sont déçus de cette proposition, même si elle est nettement plus ambitieuse que ce que la droite avait imposé au Parlement européen, à savoir une prolongation pour sept ans", regrettent-ils dans un communiqué.

La Commission a annoncé qu'elle préparait également l'examen des conditions d'utilisation du glyphosate dans le cadre de sa politique globale sur l'usage soutenable des pesticides. Elles devraient comprendre trois recommandations aux Etats membres : interdire le coformulant PAO-tallowamine dans les produits à base de glyphosate, minimiser l'utilisation de la substance dans les parcs publics, terrains de jeux et jardins publics, et enfin réduire au minimum l'utilisation du glyphosate avant la récolte.

"Si malheureusement l'Union européenne venait à prolonger l'autorisation de sa commercialisation, la France a la possibilité de ne pas appliquer cette décision et au contraire de privilégier le principe de précaution au nom d'une incertitude scientifique quant aux risques concernant la santé ou l'environnement que représente le glyphosate, assure Aline Archimbaud, sénatrice de la Seine-Saint-Denis, membre du groupe écologiste. Elle pourrait ainsi exercer un droit de réserve en interdisant la commercialisation des produits contenant du glyphosate sur le territoire français".

Réactions4 réactions à cet article

 

« Si malheureusement l'Union européenne venait à prolonger l'autorisation de sa commercialisation, la France a la possibilité de ne pas appliquer cette décision et au contraire de privilégier le principe de précaution au nom d'une incertitude scientifique «
Belle image de la France qui veut interdire un produit parce que le CIRC nous a dit qu’il était aussi cancérigène que le café !(mais moins que les jambon ..et c’est le CIRC qui le dit !!!!)
Comment font les « anti glypho » pour ne pas constater cette énormité ?
Pourquoi ne pas regarder directement sur le site du CIRC pour constater ces faits ?
Pourquoi croire sur parole des personnes comme Madame Royale qui nous montre en permanence ses compétence réelle.(Poitou Charente avec un trou grâce à la Royale de 400 Millions d’€ qui d’ailleurs, ne parle plus d’attaquer en diffamation le nouveau président de la nouvelle grande région ??) LOL
Il n’y a que nos ^politique français pour marcher sur les règle de base de la gestion du risque dont la première de toute qui est que :
RISQUE= DANGER x EXPOSITION
A quoi sommes-nous le plus exposé ? le cafè ou les Glypho ? On se pose des questions pour le risque « cancer » du au Café ?
La France devient d’un ridicule sans nom sur ces sujets et elle va reprocher aux autres de ne pas vouloir appliquer des règles aussi « à côté des réalités « pour ne pas dire aussi DEBILE.

yann | 03 juin 2016 à 10h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que la France est ridicule de défendre ses concitoyens contre les plus grands pollueurs du monde ..... sourire.
C'est vrai que le cancer ne touche que les autres jusqu'au jour où ....
C'est comme les sols et les eaux qui restent potables (tant qu'on ne mesure pas les molécules qui nous dérangent...) et que le temps n'a pas varié depuis des décennies...( rappelez vous dans le temps on a eu pire....n'est ce pas ?)
Pour ma part, défendre des industriels et des personnes qui se gonflent les poches sur le dos de 90 % de la population mondiale ne peut même pas être affubler de débiliter. Il n'y pas de mots pour le dire.
Continuons à crever pour l'argent il n'y a que ça de vrai.

Pour en finir, pourvu qu'un jour nos dirigeants d'entreprises et d'états reviennent sur terre et prennent en compte l'essentiel.... LA VIE.

Bochenerouge | 03 juin 2016 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Bochenerouge

vous dites:
"C'est vrai que la France est ridicule de défendre ses concitoyens contre les plus grands pollueurs du monde ..... sourire."

C'est dingue que l'on soit quand même un paquet à être autant monstrueux a vouloir défendre ce terrible poison!?
Cela ne vous pose pas de question?
Pas d'accord avec vos croyance donc ont est des méchants!

C'est plus facile pour vous comme raisonnement .pas de remise ne cause !

Donc vous n’êtes même pas aller voir sur le site du CIRC les fameuses "révélation" concernant le glyphosate.

C'est le CIRC la référence pour tout ce tapage médiatique à l'envers mais on ne veut surtout pas lire par sois même le vrai discours de cette référence (ah oui il faudrait remettre en cause vos croyance ...et c'est pas facile quand ont est croyant!)

Vous êtes un bon français digne d’être un vassal de la Royale Ségolène.

yann | 03 juin 2016 à 15h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il n ' y a pas de dossier très solide pour justifier l ' interdiction du glyphosate , mais une campagne de presse bien mené avec l ' appui d' élus vert qui disent : ""Si malheureusement l'Union européenne venait à prolonger l'autorisation de sa commercialisation, la France a la possibilité de ne pas appliquer cette décision et au contraire de privilégier le principe de précaution au nom d'une incertitude scientifique quant aux risques concernant la santé ou l'environnement que représente le glyphosate, assure Aline Archimbaud, sénatrice de la Seine-Saint-Denis, membre du groupe écologiste. Elle pourrait ainsi exercer un droit de réserve en interdisant la commercialisation des produits contenant du glyphosate sur le territoire français"."
Ah, notre brillant principe de précaution !!!
Il est facile de jouer sur la peur de la population et de l ' entretenir à longueur d ' articles ou d ' émission de télé .
Il ne faut plus ni respirer , ni boire ,ni manger car tous ce que nous absorbons risque de nous empoisonner mais comment ce fait il alors que l ' espérance de vie ne cesse d ' augmenter !!!!

balxha | 06 juin 2016 à 00h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager