En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Glyphosate : les premiers résultats de la réévaluation mis en doute

Risques  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

"Les données disponibles ne montrent pas de propriétés cancérogènes ou mutagènes du glyphosate, ni que ce dernier est toxique pour la fertilité, la reproduction ou le développement embryonnaire des animaux de laboratoire, estime dans un communiqué l'Institut fédéral pour l'évaluation des risques (BfR) allemand. Il existe des preuves convaincantes que la toxicité mesurée de certains herbicides contenant du glyphosate est le résultat des adjuvants".

Désigné Etat membre rapporteur, l'Allemagne à travers le BfR est en charge du rapport de réévaluation du glyphosate qui sera ensuite remis à l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). L'autorisation du glyphosate en Europe expirant à la fin de cette année, une réévaluation des risques est en effet menée pour renouveler l'autorisation ou l'interdire. Le rapport du BfR sera examiné par "des pairs" de l'Efsa qui devrait envoyer ensuite sa conclusion à la Commission européenne d'ici la fin de l'année. En mars dernier, le Centre international de recherche sur le cancer avait quant à lui classé le glyphosate comme cancérogène probable pour l'homme.

"Le processus de réévaluation est une farce, estime dans un communiqué Ingrid Kragl, directrice de l'information de foodwatch France. L'industrie chimique influence de façon inacceptable l'évaluation des risques. Or l'Efsa se doit de protéger les citoyens des risques pour leur santé et non de prendre des décisions en faveur des intérêts de Monsanto et consorts. Tant que l'innocuité du glyphosate ne sera pas prouvée, il ne devrait plus être permis de l'utiliser".

L'association s'inquiète notamment de la composition du comité d'évaluation de BfR. En 2014, parmi les treize membres de son comité sur les pesticides et leurs résidus figurent notamment deux représentants de BASF et un de Bayer CropScience. L'association foodwatch en partenariat avec la Ligue nationale contre le cancer appelle les citoyens à inciter à travers une pétition le président de l'Efsa à respecter le principe de précaution.

Réactions1 réaction à cet article

 

Ségolène se serait-elle avancée trop tôt? Serait-elle désavouée par ses mentors champions (autoproclamés) de l'environnement?
Pour elle ce ne peut être qu'un mauvais rêve.

Pour mémoire, un certain Séralini a abreuvé des rats spécialement sensibles au cancer pendant deux ans avec du RounUp à la concentration d'épandage en pulvérisateur. Ces rats ont eu une durée de vie supérieure aux pauvres témoins abreuvés à l'eau de source (fig 1 page 4 de son étude)

VD69 | 03 septembre 2015 à 09h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…