En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ouverture de la première pompe GNV dans une station-service grand public en France

Gaz de France et l'enseigne de grande distribution Carrefour ont inauguré, le 9 novembre à Toulouse, la première station-service en France délivrant du carburant gaz naturel. Elles sont en nombre de 800 en Allemagne et 700 en Italie…

Energie  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
   
Ouverture de la première pompe GNV dans une station-service grand public en France
   
Henri Ducré, Directeur de la Branche Energie France de Gaz de France, et Guy Yraeta, Directeur Général des hypermarchés Carrefour France, ont inauguré, le 9 novembre à Toulouse, la première station-service délivrant du carburant gaz naturel en France dans la grande distribution au magasin Carrefour de Purpan. Toulouse est en effet l'un des sites pilotes en France pour créer une dynamique autour du gaz naturel véhicule. Un protocole pour la filière du GNV, signé en juillet 2005 sous l'égide du ministère de l'industrie par Carrefour et Total, prévoit plus largement l'équipement de 300 stations à l'horizon 2010, qui devraient alimenter un parc évalué à 100 000 véhicules. C'est dans le cadre de ce protocole que Carrefour a ouvert cette première station. C'est une nouvelle étape dans le développement du GNV auprès du grand public qui vient d'être franchie, grâce à l'engagement concret d'un grand distributeur, estime Gaz de France dans un communiqué.

Grâce au développement des pompes équipées de ce nouveau système, de plus en plus de particuliers auront accès en libre service au carburant gaz naturel, à l'image d'autres pays européens. En effet, plus de 800 stations-service sont déjà équipées de bornes GNV en Allemagne, et près de 700 en Italie alors qu'en France il est encore rare dans les stations services.

Une voiture au gaz naturel est un véhicule essence standard, modifié d'origine par le constructeur, équipé simplement d'un ou de plusieurs réservoirs, d'une jauge et d'un circuit d'alimentation moteur supplémentaire pour le gaz naturel. Les voitures actuellement disponibles sur le marché sont appelées véhicules à bicarburation gaz/essence, puisque fonctionnant avec les deux sources d'énergies. Grâce à son réservoir au gaz naturel, un véhicule bi-carburation peut parcourir en moyenne 300 km de plus qu'un véhicule classique. En effet, à l'autonomie gaz naturel (de 200 à 500 km selon les modèles) vient s'ajouter celle liée au contenu du réservoir essence qui demeure généralement inchangé. Le véhicule roule en priorité au gaz naturel et le passage à l'essence se fait automatiquement dès que le réservoir de gaz naturel est vide.

Aujourd'hui, les constructeurs automobiles proposent différente gamme de véhicules bi-carburation allant de la petite citadine (Citroën C3, Fiat Punto, Fiat Panda Panda...) à la grosse berline (Mercedes classe E) en passant par les monospaces (Fiat Multipla, Opel Zafira) et les ludospaces (Citroën Berlingo, Renault Kangoo, Volkswagen Caddy...).

Si cette première pompe constitue un bon début, le chemin à parcourir reste donc particulièrement long. A tel point qu'avec le retard accumulé et le développement important des véhicules hybrides on est en droit de se poser la question de la pertinence du développement de telles stations pour les particuliers…

Réactions6 réactions à cet article

 
Posons nous les bonnes questions !

.. et de mon point de vue la bonne question, ce n'est pas de savoir s'il est pertinent économiquement ou pas de développer des stations GNV sur le marché des particuliers, mais de savoir pourquoi la France a un tel retard sur ses voisins (Allemagne, Italie) d'une part, et d'autre part, qu'enfin, l'on intègre dans ce type d'article les effets induits par le choix de tel ou tel carburant, comme par ex. les rejets en CO² (totalement absents de votre article) mais aussi ceux en particules (Nox etc ...). Je vous conseille vivement d'aller consulter le dossier mis à disposition sur le site de Doctissimo il y a un mois environ.
A quelques jours de la fin du Grenelle de l'environnement, limiter la conclusion de l'article à une simple question de pertinence "économique" fait bien pauvre et décalé par rapport aux enjeux majeurs sur la planète. Pas besoin d'être grand clerc pour savoir que de toute façon l'addition sera lourde à payer, pour nous mais surtout pour les générations à venir.... alors ne limitez pas les conclusions de votre article à un simple constat économique, mais intégrez, de grâce, les aspects envrionnementaux et sociaux, dans leur ensemble.
Au fait, si le développement du GNV "marche" sur les marchés des entreprises ou des collectivités locales : pourquoi pas sur celui des particuliers ?
PS : et qu'en pensent les particuliers, un fois qu'on leur expliqué l'ensemble des + et des - des diverses options ? Les avez vous "sondés" a minima ?

MAnne | 10 novembre 2007 à 07h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Posons nous les bonnes questions !

pourquoi on a du retard? tout simplement parce que le gouvernement français lutte férocement contre les carburants alternatifs au pétrole.

Toujours pas d'organisation des filières alternatives au pétrole. On sait que comme il n'y en aura pas pour tout le monde, et qu'il faut isoler des flottes captives (par ex les bus au colzas, les taxis à l'éthanol, les véhicules d'entreprise au bio-gaz, ....) pour obtenir des résultats et développer rapidement les filières.

Et attention: Ce n'est pas parce que on appele ça du "gaz naturel" que c'est naturel et écolo. Le gaz naturel c'est une énergie fossile similaire au pétrole et au charbon. C'est pas vraiment une réponse écologique, mais bien une réponse économique

bastien | 15 novembre 2007 à 09h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
la premiére

Il y en a déja 10 dont une à Saint-Girons Ariége.

Anonyme | 15 novembre 2007 à 15h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Posons nous les bonnes questions !

pas d'accord, le gaz naturel c'est du méthane, il peut être produit à partir de nos déchets, il est alors totalement écologique. parmi les "déchets" particulièrement riches en méthane il faut citer le fumier, le lisier, la tonte de nos gazon et celui des aéroports, etc. des digesteurs de toutes taille, même individuels sont disponibles à des couts raisonnables.

goldo | 16 novembre 2007 à 23h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Première seconde qu'importe il existe 2 stations

A tous,

Seconde, première qu'importe, Midi Pyrénées offre 2 stations grand public GNV, l'une ouverte en 1948, l'autre en 2007.

Les premières datent de 1940 dans le grand sud ouest, celle de 1948 en ariège n'a jamais fermé. (pour plus d'info consulter le site du Pays Couserans, Site Pilote National GNV, avc 9 autres).

Par contre qui offre de vendre du GNV renouvelable à très court termes, autrement dit du Biométhane ?.

Consultez l'édition Septuor 2008, de la dépêche du midi en date du 01 janvier 2008, et vous le saurez.

N'est il pas vrai que l'information tue l'information ?

Toujours est il que lorque l'on est détenteur des voies(x) de l'information, il est même possible de signer un protocole pour développer un carburant en prenant pour exemple une station qui n'a jamais fonctionné, et en parlant d'autre chose (confère Protocole du 04 juillet 2005 signé par le ministère de l'industrie et des partenaires officiels, avec les comptes rendus de presse).

Au fait si vous cherchez des véhicules au GNV, consultez l'AFGNV, premier site officiel francophone sur le sujet (ils l'écrivent), mais surtout en premier lieu, vehiculeaugaz.ch (sélectionner la version francophone), là vous trouverez la vrai information celle que nos constructeurs nationaux accorde en premier lieu à ceux qui veulent vraiment développer le GNV.

Bien à tous,

un fervent du GNV et du Biométhane GNV.

Lou'Gat's | 12 juin 2008 à 21h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
gaz, nouveau pour vehicules?

il y a quelques annees, fin 60,et 70, on pouvait voir de nombreux vehicules fonctionnant au gaz dans la region de...Lacq, et plus generalement dans tout le S-O. Vous savez toutes ces camionnettes avec une bouteille de plongée sur le toit.... et hop a plus! Petrole petrole... que de betises en ton nom, que de fric aussi.... je me demande si ce n'est pas ça, le fric, finalement le plus pollueur... non?
allez bonne journee quand meme dans les embouteillages!

egpy4423 | 20 juillet 2008 à 10h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager