En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gouvernance de l'énergie : l'Etat garde la main, les collectivités mettent en œuvre

Si le pilotage du mix énergétique reste entre les mains de l'Etat, les collectivités pourront agir de manière opérationnelle grâce à une meilleure transparence des réseaux et un droit à l'expérimentation étendu.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

A l'occasion de l'examen du titre VIII du projet de loi de transition énergétique par la commission parlementaire spéciale, le 27 septembre, le modèle de gouvernance de l'énergie de demain s'est précisé. Le débat national sur l'énergie avait souligné le besoin de territorialisation de la transition énergétique, plaçant au cœur de la planification les schémas régionaux climat air énergie (SRCAE). Cependant, le gouvernement l'entend autrement et opte pour une approche encore très centralisée de l'offre énergétique. Les territoires auront davantage la mainmise sur la maîtrise de l'énergie et l'optimisation des réseaux. Avec un droit à l'expérimentation réaffirmé.

Programmation : l'Etat garde la main

Pour 2015-2018, puis tous les cinq ans, l'Etat définira un plafond national d'émission de gaz à effet de serre, le budget carbone. Une stratégie bas carbone devra dessiner la marche à suivre pour y parvenir, qui sera ensuite déclinée dans les documents de programmation et de planification nationaux mais aussi locaux.

 
Les importations seront intégrées à la stratégie bas carbone Désormais, la stratégie bas carbone devra intégrer des orientations "sur le contenu en émissions de gaz à effet de serre des importations, des exportations et de leur solde dans tous les secteurs d'activité". Un amendement déposé par le rapporteur Denis Baupin a en effet été adopté, avec l'avis favorable de Ségolène Royal. "Il est important de s'assurer que la baisse de nos émissions nationales ne soient pas la conséquence de transfert d'activités", a déclaré la ministre. Les délocalisations industrielles baissent artificiellement les émissions nationales.

Plus globalement, l'article dédié à la PPE a été enrichi pour une meilleure prise en compte des énergies fossiles (en fonction de leur facteur carbone), de la chaleur, mais aussi du stockage, de la transformation de l'énergie et des réseaux intelligents. Les actions de sobriété, d'efficacité, mais aussi les substitutions d'usages devront également être prises en compte dans la PPE.
 
Pour la programmation des capacités énergétiques, fixée dans une programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), le gouvernement a également fait le choix d'une approche "top-down". Plusieurs amendements ont été présentés afin de renforcer la prise en compte des schémas régionaux climat air énergie dans la PPE, mais tous ont reçu un avis défavorable de la ministre de l'Ecologie et ont finalement été retirés. "Il y a un risque de contraindre la PPE par une territorialisation trop précise", a justifié Ségolène Royal. "Si, en termes de ressources, les SRCAE éclairent les débats, ils ont été menés de manière si différente dans les régions que leur prise en compte de manière exhaustive risquerait d'alourdir considérablement les procédures".

Réseaux : une meilleure transparence et des expérimentations

Les intercommunalités et les métropoles devront instaurer un plan climat air énergie territorial (PCAET) visant à définir des objectifs stratégiques et opérationnels en matière de maîtrise de la demande d'énergie, d'adaptation au changement climatique, de mobilité ou encore d'optimisation des réseaux.

Sur ce dernier point, le gouvernement a répondu positivement à une demande forte des collectivités, avec un amendement introduisant un article additionnel sur la gouvernance des réseaux. "Lors du débat sur la transition énergétique, le GT 8, « Distribution et réseaux de distribution » s'était unanimement prononcé en faveur d'une amélioration de l'accès à l'information, outil indispensable à la mise en œuvre de la transition énergétique", rappelle l'exposé des motifs.

L'amendement prévoit d'affiner la maille à laquelle ERDF, GRDF et les entreprises locales de distribution (ELD) transmettent les données aux collectivités territoriales. Actuellement, celles-ci sont transmises à l'échelle communale, elles devront l'être à la maille Iris (2.000 habitants). "Les collectivités territoriales pourront ainsi disposer des données techniquement disponibles auprès des distributeurs et des transporteurs dont elles ont besoin pour assumer leurs responsabilités" en matière de maîtrise de l'énergie, de développement des énergies renouvelables, d'aménagement du territoire…

Alors que le projet de loi reconnaît les services publics communaux de chaleur et de froid, un deuxième article additionnel a été adopté, visant à mieux planifier le développement des réseaux. Ainsi, leur développement devra être coordonné avec les objectifs territoriaux de maîtrise de l'énergie et de développement des énergies renouvelables. Le schéma de cohérence des réseaux de distribution d'énergie devra être élaboré en concertation avec les autorités organisatrices de la distribution d'énergie et les gestionnaires de réseaux de distribution.

Enfin, les collectivités pourront expérimenter les boucles locales et les réseaux électriques intelligents.

Précarité énergétique : création de programmes régionaux

En matière de lutte contre la précarité énergétique, un amendement prévoit la création très attendue de programmes régionaux de l'efficacité énergétique. Il s'agit d'impulser une "dynamique de guichet unique, autour des plateformes territoriales de l'efficacité énergétique, ainsi que de l'ensemble des acteurs concernés". Une feuille de route, co-élaborée par l'Etat et les régions, devra définir les modalités d'action. C'est dans ce cadre que s'inscriront notamment les opérateurs de tiers-financement.

Réactions2 réactions à cet article

 

Les SRE et les SRCAE sont pour la plupart bloqués aux TA.
Il va falloir donc forcer le passage, limiter les droits de recours et surtout imposer les éoliennes .
Le droit de l'environnement n'est plus adapté , il sert aux associations locales de protection de l'environnement.
"Vive la démocratie participative" disait à une autre époque notre ministre de l'environnement.

Clémence | 01 octobre 2014 à 12h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est évident que la seule solution pour garantir la demande d'énergie ,c'est le fameux Mix qui semble mettre tous d'accord,càd qu'il ne faut pas fermer tout de suite les Centrales ,ne pas décider de Nouvelles, sans avoir fait un Bilan Energique transparents sur les Besoins Actuels et surtout futures ,tenant compte de la lenteur de montée en puissance des ENR et de la fermeture progressive des producteurs d'énergies comme les raffineries ,tant critiquées de pollueurs et des Centrales Nucléaires sources de "catastrophes annoncées" .Ne pas condamner sans cesse ce qui a fait tourner la Machine France! oubliant le Paquebot!

arthur | 01 octobre 2014 à 13h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…