Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Relance de la filière bois-forêt : un nouvel AMI pour développer des produits innovants

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Les ministres en charge de l'Agriculture, du Logement et de l'Industrie ont signé, le 19 avril, un avenant au contrat stratégique de la filière bois-forêt pour « accélérer sa contribution dans la transition bas carbone ». Cette actualisation du contrat daté de 2018 s'inscrit dans la perspective du plan de relance du Gouvernement et vise trois objectifs : optimiser les puits de carbone du secteur ; soutenir les implantations industrielles et la relocalisation d'unités de transformation de bois ainsi que renforcer les compétences et optimiser le fort potentiel d'emploi du secteur.

Pour cela, le Gouvernement mise sur la nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs (RE 2020) à compter de 2022, qui valorisera le stockage du carbone et la construction bois et biosourcée. Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, a également annoncé un soutien renforcé pour les PME et les ETI à hauteur d'un million d'euros. Tandis que Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, a rappelé l'objectif de replanter 50 millions d'arbres via les 200 millions d'euros du plan de relance.

Un nouvel appel à manifestation d'intérêt pour développer le bois

Enfin, les trois ministres ont annoncé l'ouverture d'un appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour le développement de produits bois et de systèmes constructifs bois innovants. Ouvert jusqu'au 13 juillet 2021, il vise à identifier l'ensemble des projets pouvant contribuer au changement d'échelle de l'offre industrielle d'éléments techniques tant de rénovation que de construction en bois. Les projets devront également concourir à l'objectif de souveraineté nationale, avec la valorisation de ressource forestière française transformée sur le territoire.

« Des propositions sont attendues aussi bien dans la phase de production industrielle du matériau bois transformé (panneaux, poutres, lamellé collé, CLT…) que dans la phase de préfabrication d'éléments constructifs en bois », précisent les ministères. L'AMI englobe les principales techniques constructives à base de bois qui sont appelées à se développer « de manière significative d'ici à 2035 avec la croissance de la demande intérieure ».

Réactions3 réactions à cet article

 

Si c'est pour replanter des résineux, c'est sans intérêt, après une culture de résineux, le sol est acide et inutilisable pour en faire une prairie ou cultiver des céréales, mieux vaut planter du bouleau de l'érable du peuplier qui poussent à peine moins vite, et ont une meilleure valeur marchande.
Quoique un bon petit incendie rapporte bien plus vite, c'est sans doute ce que pensent les propriétaires.

pemmore | 21 avril 2021 à 21h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Outre l'envahissement par les résineux, il y a la crainte de voir se perpétuer ce qui se passe à l'heure actuelle : les coupes "à blanc" pour un rendement maximal. Rien n'est pire pour la forêt que cette vision de court terme.

petite bête | 22 avril 2021 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

après une culture de résineux on peut replanter du résineux pemmore. L'idée même du bois comme puit de carbone ou ENR contraint à ne pas changer d'usage du sol Sinon on perd la dnamique de captation. Et l'érable et le bouleau n'ont pas les mêmes besoins que le pin ou l'épicéa. Ils ne sont pas interchangeable à volonté.

bIBU | 22 avril 2021 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager