En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Greenpeace saisit du bois "illégal" sur le port de Caen

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Alors qu'un règlement européen interdit depuis mars 2013 l'importation et la production de bois illégal, l'ONG Greenpeace annonce avoir saisi le 8 janvier une cargaison de bois illicite sur le port de Caen (14).

Mercredi à 8h30, 15 militants de Greenpeace en combinaisons siglées "Brigade de Vérification du Bois" se sont introduits à bord d'un camion-grue dans le port. Ces derniers ont saisi une grume d'environ 7,50m de long en provenance de la République démocratique du Congo, vendue par la compagnie Sicobois. Ce bois, importé par la société française Peltier Bois, "est illégal. Greenpeace a tous les éléments pour le prouver", affirme Frédéric Amiel, chargé de campagne forêts pour l'ONG.

Les militants ont été rapidement interpellés après être parvenus à charger cette grume. Ils ont été entendus par les gendarmes à la demande du parquet de Caen. Une plainte a été déposée contre les militants par le port de Caen pour intrusion dans un site sécurisé. De son côté, Greenpeace a porté plainte contre X pour importation illégale de bois.

La France hors la loi ?

L'ONG comptait déposer cette grume devant le ministère de l'Agriculture à Paris alors que les députés viennent de débuter l'examen du projet de loi d'avenir de l'agriculture. Or, l'article 33 du projet de loi prévoit "deux ans d'emprisonnement et 100.000 € d'amende" à l'encontre des entreprises en cas de non-respect des dispositions du règlement européen en vigueur. Ce règlement oblige les importateurs à mettre en place des systèmes de surveillance pour éviter l'entrée de ces produits illicites sur le marché européen. Les commerçants qui achètent ou vendent du bois déjà sur le marché doivent quant à eux identifier leurs fournisseurs et leurs clients dans un registre - à l'exclusion des particuliers - afin d'assurer la traçabilité des produits.

"Le projet de loi d'avenir sur l'agriculture, l'alimentation et la forêt, en discussion en ce moment au Parlement, doit donner les moyens à la France de lutter efficacement contre le trafic de bois illégal. Aujourd'hui le projet est trop faible : imprécis sur le régime de sanctions, sans moyens de contrôle supplémentaires", estime Frédéric Amiel.

"La France n'applique pas une règlementation qui devrait l'être depuis 10 mois. Le projet de loi en l'état ne changera rien à la situation actuelle", a-t-il ajouté. Greenpeace demande donc au ministère et aux députés "d'améliorer ce texte".

Réactions6 réactions à cet article

 

Bravo et merci Greenpeace!
Cette histoire c'est (sans jeu de mot) l'arbre qui cache la forêt.

Liken | 09 janvier 2014 à 15h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une menée subversive de ce groupuscule qui risque à terme de priver la RDC et l'Afrique d'une source de revenus non négligeable. Ne confondons pas l'exploitation raisonnée de la forêt tropicale telle qu(elle est pratiquée au Congo avec sa destruction systématique pour des mises en culture aléatoires telles qu'elle est encore pratiquée en Amazonie.

Le Glaude | 10 janvier 2014 à 09h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Manifestement elle est bien raisonnée au vue de la découverte de commerce de bois illégal, ce qui risque de priver la RDC de ressources c'est justement ce type de commerce qui ne profite qu'a des margoulins vous mélangez tout Le Glaude

lio | 10 janvier 2014 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« saisit » est un mot à signification juridique.

Il est tout de même inquiétant que la sphère médiatique (pas qu'A-E) diffuse des « informations » avec le vocabulaire sciemment dévoyé de GP. Le Monde a – au moins et dans un souci d'exactitude – mis des guillemets dans le titre (mais pas dans le texte) pour une opération dont le qualificatif juridique exact est « tentative de vol » (puisque les militants ont été interceptés sur le port).

Il faut ajouter que n'est « illégal » que ce qui a été déclaré tel par la législation en vigueur. À en croire le Monde, ce bois ne l'était pas.

Wackes Seppi | 10 janvier 2014 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

on croit que ce que l'on a envie de croire, comme cela nous arrangent, n'est ce pas Wackes seppi

lio | 11 janvier 2014 à 10h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je vous félicite, Mme Lio, pour votre extraordinaire capacité d'autocritique.

Mais pas pour votre orthographe. Une ligne, cinq fautes...

Sur le fond, il y a celle qui croit, et ceux qui constatent...

Wackes Seppi | 13 janvier 2014 à 19h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager