En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Greenpeace s'introduit dans la centrale de Nogent-sur-Seine

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Des militants de l'ONG Greenpeace ont lancé ce lundi 5 décembre vers 6h du matin une opération coup de poing en occupant le dôme d'un réacteur de la centrale de Nogent-sur-Seine dans l'Aube, à 95 km de Paris pour porter un message: “Le nucléaire sûr n'existe pas”, a indiqué Greenpeace dans un communiqué.

La gendarmerie a confirmé cette intrusion à Nogent et délogé les neuf militants qui sont parvenus à entrer en "environ quinze minutes", selon l'association. Les 9 écologistes se trouvent ''en garde à vue'', a indiqué l'ONG à 11h 30. ''Cette action montre à quelle point les centrales nucléaires françaises sont vulnérables : de simples militants, aux intentions pacifistes, ont réussi, avec peu de moyens, à atteindre le cœur d'une centrale nucléaire !', a déclaré Greenpeace.

Surveillance radar, espacé aérien interdit au dessus des installations….''Les militants de Greenpeace font la preuve que l'audit des installations nucléaires françaises est complètement insuffisant. S'introduire sur ces sites est à la portée de n'importe qui“, a indiqué Sophia Majnoni d'Intignano, chargée de campagne nucléaire pour Greenpeace France. “C'est probablement pour ça que le risque d'intrusion humaine n'est pas pris en compte dans l'audit . Si c'était le cas, aucune installation ne pourrait être déclarée sûre et la France n'aurait d'autre choix que de sortir du nucléaire”, ajoute-t-elle.

D'autres centrales ''investies ''

L'association Greenpeace a également déclaré avoir des militants "dans d'autres installations" nucléaires, sans toutefois nommer ces lieux tout en précisant que ces activistes "parviennent à se déplacer sur ces sites sans être repérés". Or, selon LCI, les opérations d'intrusion menées à Chinon ('Indre-et-Loire), à Cadarache (Var) et au Blayais (Gironde) auraient échoué. Greenpeace a demandé au gouvernement ''d'élargir le périmètre de l'audit des installations nucléaires françaises en y intégrant l'ensemble des risques.''

Fouille ''approfondie'' des centrales

De son côté, EDF a indiqué dans un communiqué à 10h30 que les militants introduits à Nogent ''ont été immédiatement détectés par le dispositif de sécurité et leur cheminement a été suivi en permanence sur le site, sans qu'il soit décidé de faire usage de la force. Sept des neuf personnes ont déjà été appréhendées dans le calme, par la gendarmerie''. Cette intrusion '' n'a eu aucune conséquence sur la sécurité des installations, ni sur la sécurité des personnes présentes sur le site. Sur deux autres sites EDF (Chinon et Blayais) des banderoles ont été déployées, et immédiatement retirées'', a assuré EDF.

Le ministère de l'Intérieur a, lui, ordonné lundi en fin de matinée une ''fouille approfondie'' de toutes les centrales et installations nucléaires du pays. Un porte-parole du ministère a déclaré à l'AFP qu'à aucun moment, l'intégrité des installations nucléaires n'avait été mise en péril par l'intervention des militants de Greenpeace. Tandis que le ministre de l'Industrie et de l'Energie Eric Besson avait jugé sur France Info que cette intrusion consitue un ''dysfonctionnement'' et qu'il faudrait ''prendre des dispositions pour que ça ne se reproduise pas''.

Réactions2 réactions à cet article

 

La prochaine fois :
- Ne pas couper l'électricité sur les barbelés lorsque les intrus sont signalés.
- Lâcher les chiens.
- Tirer à vue.

Bilan probable attendu, sept morts et deux blessés graves ... ?

NAIFS | 06 décembre 2011 à 11h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la MEILLEURE façon de faire débloquer un BUDGET concernant la SECURITE, c'est......
de soudoyer "intelligemment" (càd financièrement) des organisations "virulentes".....pour justifier la nécessité d'optimiser la SECURITE et la SURETE des installations.

c'est le b,a ba pour tout bon directeur de site;
encore faut-il que les journalistes le rappellent!....
mais NE pas dire combien on leur verse!

il faut garder, choyer, chouchouter ces organisations virulentes!
elles nous SERVENTbien.

mogu | 06 décembre 2011 à 19h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager