En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Greenpeace demande à la République Démocratique du Congo de protéger ses forêts

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
L'organisation écologiste Greenpeace a ouvert hier son premier bureau en République démocratique du Congo (RDC), à Kinshasa, la capitale du pays qui connaît une déforestation massive. Les forêts du bassin du Congo couvrent plus de 172 millions d'hectares et sont considérées comme le deuxième ''poumon vert'' du monde après la forêt amazonienne.

C'est le deuxième bureau que Greenpeace ouvre en Afrique, après celui de Johannesburg à la mi-novembre, et avant celui de Dakar début 2009.

A cette occasion, Greenpeace a demandé au gouvernement congolais de finaliser le processus de révision de la légalité des 156 titres d'exploitation forestière existants en toute transparence.

Selon l'organisation écologiste, 46 titres de propriété forestiers (représentant environ 7 millions d'hectares) sur 156 ont été convertis en contrats de concession et octroyés à des sociétés exploitantes, afin de parvenir à une meilleure gestion des ressources. Mais des compagnies ont déposé 88 recours auprès de la commission interministérielle en charge du processus de la revue légale.

Le Gouvernement congolais ne doit pas céder aux pressions des industriels du bois qui font tout pour décrédibiliser le processus en cours. Il est clair que leur désir est de conserver une dizaine de millions d'hectares de forêts supplémentaires acquis en toute illégalité, a déclaré dans un communiqué René Ngongo, conseiller politique de Greenpeace Afrique.

Environ 60% des 60 millions de Congolais dépendent directement ou indirectement des forêts pour leur subsistance, a rappelé Greenpeace, qui demande au gouvernement d'agir au profit des populations et de ne pas procéder à un arbitrage politique en faveur d'une industrie aujourd'hui directement responsable du pillage et de la dégradation des forêts du Congo.

Chaque année, plus de 800.000 hectares de forêts tropicales du bassin du Congo (Gabon République Démocratique du Congo, etc.) sont détruits sous la pression démographique et économique alors qu'ils abritent la plus grande partie des populations de grands singes au monde. D'après la Fondation Jane Goodall, environ 50 % de la population des grands singes a été décimée dans le Bassin du Congo en 20 ans.

Réactions3 réactions à cet article

 
BONNE NOUVELLE

C'est bonne nouvelle pour la protection de nos forêts, mais l'Etat doit pèser de tout son poids pour que cela se passe comme dans d'autres pays du monde.

Anonyme | 25 novembre 2008 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
comment

Cooment greenpeace dans tout les article il n'y point son adresse à Kinshasa?
Et bien le congo est malade, il faut voir pour comprendre comment les se passent dans mon pays.C'est un veritable défit mais rien n'est impossible a celui qui veut.Le congo a beaucoup de la chance car elle a quelqu'un qui le conscientisait pour un environnement sain.J'ai des idées et je voudrai avoir l'adresse de greenpeace au congo kinshasa et etre volontaire.
Merci de pouvoir me rendre ce service.

maneng | 26 novembre 2008 à 17h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'adresse de greenpeace à kinshasa ???????? C'est bien que de telles ongs viennent s'installer dans notre pays. Quelqu'un connait l'adresse du bureau à kinshasa ??????????,

Karl243 | 15 novembre 2011 à 13h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager