En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ecophyto 2018 : tenir le cap fixé par le Grenelle de l'environnement

Ecophyto 2018 devrait permettre de réduire de 50 % l'usage des pesticides d'ici 2018, estime le ministère de l'agriculture. Cependant, faute de recul suffisant, peu de résultats concrets confirment l'efficacité des 105 mesures.

Agroécologie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
   
Ecophyto 2018 : tenir le cap fixé par le Grenelle de l'environnement
   

Mercredi 26 octobre 2011, le ministère de l'Agriculture a présenté un point d'étape du programme Ecophyto 2018 qui met en œuvre un des engagements du Grenelle de l'environnement : réduire, si possible, de 50 % l'usage des pesticides au niveau national entre 2008 et 2018.

Pour Pascale Briand, directrice générale de l'alimentation du ministère, il s'agit là d'"un enjeu de société majeur" qui nécessite de combiner la production d'une alimentation de qualité pour tous et la protection de l'environnement.

Tenir le cap fixé par le Grenelle

L'une des inconnues relatives à l'engagement pris à l'issue du Grenelle réside dans le "si possible" qui pourraient altérer sa portée. Une crainte qui ne semble pas être partagée par les représentants du ministère de l'Agriculture, à l'image d'Emmanuelle Soubeyran, chef de projet Ecophyto 2018, qui juge que "c'est possible en diffusant les pratiques économes en pesticide".

"On a un cap défini collectivement", rappelle pour sa part Pascale Briand qui le juge "réaliste" car "tout est mis en œuvre" pour identifier les difficultés et y remédier. Elle rapporte en particulier qu'"il n'y a pas de réticence de la part des acteurs et professionnels" impliqués dans la mise en œuvre de cet objectif et notamment parce qu'il s'agit d'"une mobilisation qui précède Ecophyto 2018 et qui est accélérée par le plan".

En 2010, le plan enregistre une baisse de 87 % pour les produits cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR) par rapport à 2008. Cependant, les conditions météorologiques influençant fortement l'usage des produits phytosanitaires, les acteurs du plan analysent avec prudence les variations annuelles.

Pour en tenir compte, Ecophyto a adopté une évaluation sur la base de moyennes glissantes triennales. La période 2008-2010 constituera la base de référence pour le suivi du nombre de doses d'unités (Nodu) calculé à partir des quantités de produits phytopharmaceutiques vendus par les distributeurs.

Diffuser l'information et les bonnes pratiques

Du côté des mesures prises dans le cadre du plan, le ministère de l'Agriculture avance une liste de 105 actions.

Le développement du programme Dephy regroupant des fermes pilotes permet de diffuser les bonnes pratiques. Il est constitué de 1.200 fermes, nombre qui devrait être porté à 2.000 début 2012, et de 45 exploitations d'enseignement agricole qui sont conseillés par des ingénieurs agronomes. De même, le ministère va lancer une campagne de communication, basée sur des témoignages d'agriculteurs, dans la presse quotidienne régionale et professionnelle.

Par ailleurs, un réseau de surveillance de la végétation, articulé autour de 3.000 observateurs surveillant 10.000 parcelles agricoles, édite des bulletins hebdomadaires et régionaux. Objectif : suivre au plus près l'apparition d'éventuels parasites pour apporter les traitements au meilleur moment et limiter le nombre de pulvérisations.

Autre mesure mise en avant par le ministère, la publication le 20 octobre 2011 d'un décret soumettant l'obtention de l'agrément pour la vente de produits phytosanitaires à une certification délivrée par un organisme reconnu par le ministre de l'Agriculture. En 2012, le programme sera étoffé par de nouvelles mesures, "ce qui montre qu'il est vivant", estime Emmanuelle Soubeyran. Il s'agit notamment de développer un indice d'impact sur l'eau et sur la biodiversité et d'adopter un axe sur la santé des agriculteurs qui appliquent les pesticides.

Pour concrétiser le programme, "un budget important" de 270 millions d'euros a été débloqué pour les trois premières années. La redevance pour pollution diffuse, instaurée dans le cadre de la loi sur l'eau et les milieux aquatiques (Lema) de 2006, finance 80 millions d'euros, le ministère de l'agriculture fournit 100 millions d'euros ponctionnés sur ses budgets et divers partenaires apportent 90 millions d'euros.

Réactions3 réactions à cet article

 

mes pauvres amis les lobbys européens et ses actionnaires , dont beaucoup d'élus ne renonceront jamais au chiffre d'affaire et au dividendes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

papybigouden | 26 octobre 2011 à 22h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nouis sommes trop timorés et manquons trop souvent d'ambitions pour le changement...Il faut oser changer le cours des choses lorsque l'on va dans le bon sens.Il y a des évidences qui doivent faire plier les plus entêtés y compris les riches...Qu'es ce qu'un riche sur cette terre...rien ou pas grand chose...Les Hommes manquent de courage de conviction; il y a trop d'endormis sur cette planéte et trop d'Hommes pour les décennies à venir...L'Homme est incapable de maitriser sa reproduction; c'est l'irresponsabilité totale...Quant à Ecophyto 2018, l'agriculture est une industrie lourde et lente...réduire de 50% les phytos c'est modifier de maniére significative les systémes de production et je pense que çà risque de durer 20 ans auquel cas ce n'est plus 2018 mais 2038...Salutations à tous.

Bertrand | 27 octobre 2011 à 09h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ceux qui pensent qu'il est impossible d'agir sont généralement interrompus par ceux qui agissent... et les industriels, les lobbies, les capitalistes, eux agissent... A quant le déclic pour une humanité pleine de bons sens...

ZéroPesticies | 27 octobre 2011 à 23h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…