En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Hague : des élus locaux demandent des précisions sur la sûreté et la sécurité du site

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

L'AFP rapporte qu'à l'occasion d'une réunion des commissions locales d'information (CLI) sur les installations nucléaires du Cotentin, "les élus de la Manche, département le plus nucléaire de France, [ont posé] des questions que seuls les antinucléaires soulevaient avant Fukushima".

Ces demandes s'inscrivent dans le cadre de l'élaboration des plans de prévention des risques. "Cela comprend le risque de submersion et le risque d'inondation", a rappelé, selon les propos rapportés par l'agence de presse, Yveline Druez, maire PS d'Urville-Nacqueville (Manche) se demandant "[s'il ne faudrait] pas y inclure le risque nucléaire ?".

Un livre blanc en préparation

En l'occurrence, les élus préparent un livre blanc sur la sûreté des sites du Cotentin (usine Areva de la Hague, centrale EDF de Flamanville, site de stockage de la Hague) regroupant une série de questions posées à Areva, EDF et l'Etat, et traitant de divers aspects de sûreté et de sécurité des installations nucléaires.

Parmi les thèmes qui pourraient y figurer se trouvent de nombreuses questions visant en particulier le site de La Hague : Qu'est-il prévu contre les chutes d'avion sur La Hague ? Comment donner des pastilles d'iode à un enfant de 3 ans ? Quelle est la résistance du toit des piscines de la Hague compte tenu du risque d'accumulation de neige (charge maximale au m2) ? Quelles sont les parades contre une chute d'aéronef sur le site ? Un A320 peut-il toucher une piscine ? Serait-il possible de réduire le stock considérable de combustibles irradiés présents dans les piscines de La Hague (9.721 tonnes) par retraitement des combustibles usés entreposés et/ou stockage en l'état sur le site des centrales ? Les 400.000 m3 d'eau du barrage des Moulinets doivent alimenter l'usine de la Hague si elle est en rupture d'eau mais a-t-on pensé à la résistance au séisme de ce barrage ?

Réviser les zones d'évacuation ?

Plus généralement une révision des zones d'évacuation ne doit-elle pas être discutée ?, interroge le document consulté par l'AFP. Or, "le retour d'expérience de Fukushima montrant que des contaminations ont été enregistrées à plus de 80 km [alors qu'] on avait l'habitude de circonscrire le risque nucléaire à 2 km autour de l'usine de Beaumont-Hague", ont commenté les élus.

Des propos tenus "sous le regard satisfait voire réjoui des associations antinucléaires", à l'image de Yannick Rousselet, chargé des questions nucléaires pour Greenpeace France, qui juge que "c'est un virage considérable (…) en tout cas il y a une force collective inédite".

Réactions1 réaction à cet article

 

Comme quoi, une catastrophe et les langues se délient...

Caroline | 02 décembre 2011 à 09h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager