Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Haute vallée d'Aspe : FNE dénonce les projets de microcentrales hydroélectriques

Energie  |    |  Sophie Fabrégat
''Alors qu'un projet de microcentrale hydroélectrique est soumis à enquête publique jusqu'au 29 janvier 2010 à Lescun (en zone Natura 2000, sur des têtes de bassin classés en très bon état, réservoirs biologiques...)'', France Nature Environnement et sa fédération régionale en Aquitaine, la Sepanso, dénoncent le développement de l'hydroélectricité et la multiplication des projets, ''qui se fait sans prendre en compte les impératifs environnementaux''.

Selon Michel Rodes, président de Sepanso Béarn, ''dans les Pyrénées, l'hydroélectricité affecte plus de 85 % des cours d'eau. Mais si les grands barrages produisent l'essentiel [de l'électricité d'origine hydraulique], le développement envisagé de nouvelles microcentrales (qui ne fournissent que 0,6 à 1,2 % de la production électrique française) est une menace pour les dernières rivières vivantes des Pyrénées''.

La Convention d'engagements pour le développement d'une hydroélectricité durable, lancée à la suite du Grenelle de l'environnement avec l'ensemble des acteurs concernés (industriels, asssociations…), tarde à aboutir. Pour l'association, cette convention ''reste inacceptable en l'état'' : ''FNE a déjà dénoncé ce projet de convention, qui flatte les appétits des industriels de l'hydroélectricité sans intégrer suffisamment de garantie de progrès environnemental, hormis l'éventuel démantèlement symbolique de 2 ou 3 sites'', explique Bernard Rousseau, responsable des politiques de l'association.

En outre, l'association regrette que l'hydroélectricité soit présentée davantage comme une énergie faiblement carbonée et que la dégradation des milieux liée à l'installation des barrages ne soit pas davantage prise en compte. ''Les barrages, petits et grands, sont aujourd'hui l'une des principales causes de non atteinte du bon état des eaux en 2015 dans tous les bassins (…). Il est inconcevable de développer l'hydroélectricité sur les cours d'eau encore préservés et non aménagés. Avant tout développement nouveau, il est impératif d'optimiser les équipements qui ont une réelle utilité, et de diminuer rapidement les impacts sur les cours d'eau. Il est nécessaire de prévoir le démantèlement de bon nombre de seuils et autres barrages inutiles. Le démantèlement de certains ouvrages très perturbateurs sur des axes migrateurs étant la priorité''.

Réactions1 réaction à cet article

 
vive les privatisations

Que ceux qui se réjouissaient de la privatisation de GDF et EDF réalisent qu'ils se sont fait berner
"l'ouverture" des marchés conduit tout droit vers des dérives incompatibles avec le bien communs de tous que sont l'environnement ,l'energie ,l'eau même si ces deux anciennes entreprises n'étaient pas parfaites elles étaient moins pire que ces nouveaux requins de la finance qui n'ont d'autres objectifs que de faire du fric sans fois ni lois .

alen | 05 février 2010 à 11h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager