En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Huile de palme : deux ONG déposent une plainte contestant la publicité de Total

Energie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Greenpeace France et France Nature Environnement (FNE) ont déposé une plainte, le 28 février, auprès du Jury de la déontologie publicitaire. En cause ? La publicité diffusée par Total sur son site Internet qui vante « un approvisionnement en matières premières 100 % durable » concernant sa plateforme de La Mède (Bouches-du-Rhône).

Par un arrêté préfectoral de mai 2018, l'énergéticien a été autorisé à importer jusqu'à 450 000 tonnes d'huile végétale, dont de l'huile de palme, pour approvisionner son établissement destiné à produire du biodiesel. La production d'huile de palme est accusée d'être à l'origine de déforestation massive dans les pays producteurs, en particulier l'Indonésie.

« Rien ne garantit qu'un produit final contienne, même physiquement, une huile 100 % durable », font valoir les ONG. En effet, expliquent-elles, l'approvisionnement peut contenir des huiles non certifiées, c'est-à-dire non traçables avant leur exportation. Ces huiles pourraient, par conséquent, ne pas respecter les critères de durabilité fixés par l'UE. « Ce qui est intéressant c'est que l'entreprise a, depuis les informations publiées par Greenpeace, modifié sa communication à plusieurs reprises sur son site sur ce sujet », pointe Laura Monnier, juriste de Greenpeace France.

Les deux associations demandent au Jury de déclarer les publicités contraires aux règles déontologiques et d'inviter Total à ne plus les réitérer. L'énergéticien est visé par ailleurs par des recours, formés par l'association Canopée et par Greenpeace, contre la note des Douanes du 19 décembre 2019, qui permet de maintenir les agrocarburants produits à partir de distillats d'acides gras de palme (PFAD) dans la liste des biocarburants bénéficiant d'un avantage fiscal.

Réactions1 réaction à cet article

 

Il est également cocasse de lire les affiches que le groupe Total a posé dans ses stations services, vantant ses mérites écologiques en mettant "les pailles [en plastique à usage unique] sur la paille", idem pour les gobelets de boissons chaudes et les couvercles en plastiques. Car ce n'est nullement un engagement écologique de la société mais uniquement le respect de l'obligation légale française depuis le 1er janvier 2020 (lois n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte et n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages).
Un cas d'école de greenwashing, dont l'industrie pétrolière est désormais parfaitement coutumière !

Pégase | 29 février 2020 à 14h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager