En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nicolas Hulot prépare son plan Biodiversité avec les réserves naturelles de France

Biodiversité  |    |  Fanny RoussetActu-Environnement.com
Nicolas Hulot prépare son plan Biodiversité avec les réserves naturelles de France

Vendredi 6 avril 2018, dans le cadre de la préparation de son plan Biodiversité, Nicolas Hulot a rencontré les réserves naturelles de France à Ronce-les-Bains (Charente-Maritime) et le réseau des gestionnaires d'espaces naturels. La première étape d'une série d'échanges avec les acteurs de la biodiversité avant la présentation du plan qui est prévue pour "avant l'été".

Le réseau des réserves naturelles comprend 346 réserves, nationales et régionales, terrestres et marines. Le ministre a déclaré "[être] venu écouter [les gestionnaires de ces réserves], pour construire avec eux des solutions pour inverser la tendance, pour que notre pays se réconcilie avec la nature".

Dans un communiqué, le ministère de la Transition écologique indique que "Nicolas Hulot a précisé les grands axes de son projet de plan Biodiversité, en appelant tous les acteurs de la protection de la Nature à lui faire des propositions (…) pour lutter contre les pollutions, pour inverser la tendance contre l'artificialisation des sols et permettre à la nature de gagner du terrain, ou encore pour protéger les forêts et les océans au niveau mondial".

Le 22 mars dernier, Nicolas Hulot avait vivement réagi aux chiffres du CNRS et du Muséum d'histoire naturelle qui dévoilaient qu'un tiers des populations d'oiseaux vivant en milieu agricole avaient disparu depuis les années 1990. "Je veux un sursaut d'indignation" avait-il alors déclaré, cette annonce s'ajoutant à d'autres publications alarmistes sur la perte de biodiversité.

Par ailleurs, le ministère rappelle que "la France se place [actuellement] au cœur de l'agenda international en matière de biodiversité" : Paris accueillera en effet en 2019 la séance plénière de l'IPBES ainsi que le G7 environnement. En outre, la France s'est portée candidate pour accueillir en 2020 à Marseille le Congrès mondial de la Nature de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Réactions1 réaction à cet article

 

"1/3 des oiseaux disparaissent en zone agricole" et on va donc lutter contre l'artificialisation des sols (ce qui est en soi un bonne chose", protéger les forêts (qui n'ont rien à voir avec les zones agricoles, aux dernières nouvelles) et les océans (pas plus de rapport...).
C'est tout à fait logique. On a un problème identifié, on va donc faire un plan complétement à côté de la cible, qui a donc fort peu de chance de résoudre le problème identifié. Mais on ne pourra pas nous reprocher d'avoir rien fait, même si la traduction concrète c'est plus de contraintes pour des secteurs qui n'ont rien à voir avec le sujet et aucune mesure sur le sujet en question.
Business as usual au Ministère de l'Ecologie, de l'Environnement de la Transition vers un monde meilleur ou quel que soit son nom actuel...

CapM | 11 avril 2018 à 11h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…