En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Terrains de sport synthétiques : l'Echa propose d'abaisser la teneur en HAP

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

L'Agence européenne des produits chimiques (Echa) propose d'abaisser la teneur pour les huit hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) qui sont utilisés dans les granulats de caoutchouc et les paillis à base de pneus recyclés, notamment dans les terrains de sport synthétiques.

Dans le cadre du règlement européen Reach (annexe XVII), l'Echa a approuvé la proposition de restriction des HAP soumise par les autorités néerlandaises en juillet 2018. Actuellement, les limites de concentration pour les huit HAP présents dans les mélanges, intégrant les granulats et les paillis à base de pneus usagés, sont fixées à 1.000 mg/kg pour le benzo[e]pyrène, le benzo[a]anthracène, le benzo[b]fluoranthène, le benzo[j]fluoranthène, le benzo[k]fluoranthène et le chrysène; et à 100 mg/kg pour le benzo[a]pyrène et dibenzo[a,h]anthracène.

L'Echa propose de ne plus mettre sur le marché européen les granulats et les paillis, si la somme des huit HAP mesurés dans les matériaux est supérieure au seuil de 20 mg/kg."Les HAP ont tous été identifiés comme étant à l'origine de cancers et les limites de concentration proposées seront plus proches des valeurs limites pour les HAP individuels prévues pour les articles mis sur le marché pour le grand public (entrée 50 de la liste de restrictions Reach)", a expliqué l'Echa, le 18 septembre, en adoptant son avis final.

Actuellement, les concentrations de HAP mesurées présentent "un très faible niveau d'inquiétude", a ajouté l'Echa. Le but de la restriction proposée est "de faire en sorte que le risque de cancer lié à l'exposition aux HAP reste faible pour les personnes qui entrent en contact (contact cutané ou par inhalation) avec les granulats et les paillis". Cela inclut, par exemple, les footballeurs, les enfants qui jouent sur les terrains ou les terrains de jeux et les travailleurs qui installent et entretiennent ces surfaces.

En  France, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) avait aussi préconisé, en septembre 2018, de restreindre la teneur en HAP dans les granulats. En s'appuyant sur les études existantes, l'Anses avait conclu à un risque sanitaire négligeable lié à l'usage de granulats de pneus usagés pour la fabrication de terrains synthétiques.

Il revient désormais à la Commission européenne de trancher sur la proposition de restriction des HAP transmise par l'Echa.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager