Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'hydrogène bleu n'est pas une alternative suffisamment « décarbonée »

Deux chercheurs américains ont publié ce jeudi 12 août une étude évaluant le taux d'émissions de gaz à effet de serre de l'hydrogène bleu. Censé être « décarboné », il ne serait pas suffisamment écologique. L'hydrogène vert reste maître.

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Tous les hydrogènes ne se valent pas. Une étude, publiée le 12 août dans la revue Energy Science & Engineering et menée par un duo de chercheurs des universités Cornell et de Stanford, atteste que l'hydrogène bleu n'apporte « aucun bénéfice » en matière de décarbonation. « Nous suggérons que l'hydrogène bleu n'est qu'une distraction, qui ne fait que reporter des actions nécessaires véritablement capables de décarboner l'économie mondiale de l'énergie », concluent les scientifiques.

L'hydrogène en couleurs

Les différents types de dihydrogène (H2) sont classés communément par couleur. L'hydrogène vert est celui produit par électrolyse de l'eau grâce à de l'électricité provenant d'énergies renouvelables. Pour rappel, depuis septembre 2020, le gouvernement français encourage en priorité la production de ce type d'hydrogène (6,5 GW visé d'ici 2030), à l'aide d'une enveloppe de 7 milliards d'euros.

L'hydrogène gris, quant à lui, est issu du vaporeformage, une méthode venant surchauffer la vapeur de gaz naturels comme le méthane (CH4) – ce qui émet une certaine quantité de gaz à effet de serre, en fonction de la source de l'électricité employée. L'hydrogène bleu, enfin, provient, comme le précédent, du vaporeformage de gaz naturel mais est associé à une étape supplémentaire de compensation : le captage et le stockage (dans le sol, par exemple) d'une partie des gaz à effet de serre émis par sa production.

L'hydrogène bleu est ainsi perçu, par certains producteurs, comme une étape intermédiaire moins polluante vers l'hydrogène vert. Deux installations dans le monde produisent actuellement de l'hydrogène bleu à « échelle commerciale » : celle de Shell au Canada et celle d'Air Products au Texas, précise la Fondation européenne pour le climat (ECF) dans un communiqué. Cependant, les auteurs de cette nouvelle étude affirment que ce type d'hydrogène n'est pas si « décarboné » qu'il en a l'air.

De l'hydrogène « décarboné » mais émetteur ?

En admettant que le carbone capturé est ensuite stocké indéfiniment sans possibilité de s'échapper, les chercheurs estiment que les émissions de dioxyde de carbone équivalent (CO2eq) dues à la production d'hydrogène bleu ne sont que de 9 % à 12 % inférieures à celles de l'hydrogène gris.

Si les émissions sont effectivement réduites, expliquent les chercheurs, les émissions « fugitives » (ou fuites) de méthane restent plus importantes du fait de l'utilisation d'électricité produite elle-même, le plus souvent, à partir de gaz naturel dans le processus de captage des gaz à effet de serre. Ainsi, selon leurs calculs, le taux d'émission de CO2eq de l'hydrogène bleu serait même 20 % supérieur à celui de la combustion du gaz naturel pour le chauffage.

L'hydrogène vert comme seul choix possible ?

« Il s'agit d'un signal d'alarme à l'intention des gouvernements : le seul hydrogène "propre" dans lequel ils devraient investir des fonds publics est l'hydrogène vert, véritablement net zéro, produit à partir de l'énergie éolienne et solaire », déclare Robert Howarth, professeur d'écologie et de biologie environnementale à l'Université Cornell et co-auteur de l'étude.

Pour Robert Howarth et son collègue de Stanford, Mark Jacobson, concernant la production d'hydrogène bleu, le seul moyen de réduire les émissions induites par les processus d'extraction du méthane, du vaporeformage puis de captage du CO,2 serait de les alimenter uniquement en électricité issue de sources renouvelables comme l'éolien, le solaire ou l'hydroélectricité. « La société a besoin de se débarrasser de toutes les énergies fossiles aussi vite que possible, rappellent les chercheurs, et seul l'hydrogène vert produit par électrolyse alimenté en électricité renouvelable peut contribuer [à les remplacer] ».

Réactions3 réactions à cet article

 

Ah, qu'il serait bon de ne rien changer à nos habitudes consuméristes ! Un gadget par ci, un peu d'écoblanchiment par là, et l'on pourrait retourner l'esprit serein au volant de son 4x4 hydrogéné, pour se rendre à la plage. L'avantage avec la montée des eaux due au changement climatique, c'est que le trajet jusqu'à la mer sera plus court.

Tonton Albert | 12 août 2021 à 16h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher Tonton Albert,

Ah, comme j'aime à vous lire! Vous avez l'art et le style propres à nous faire peser, en peu de mots choisis, l'alpha et l'oméga! Signe d'une grande sagesse, à n'en pas douter, mais en ce qui regarde l'hydrogène en tant que vecteur d'énergie, permettez-moi de vous donner mon opinion:

Si la France se déplaçait au moyen de 50% de véhicules alimentés en hydrogène "vert", près de 1/6 de la production d'électricité serait nécessaire à cet usage, avec un coût d'investissement d'environ 72 milliards d'Euros (hors stockage, transport et distribution). Si 100% de nos véhicules étaient alimentés par de l'hydrogène, ces chiffres seraient multipliés par 2 ou par 3 (source: Encyclopédie de l' énergie, article 108: LE BOULZEC Hugo, juin 2016).
Mais l'avers de la médaille est scintillant: L'hydrogène n'est pas un carburant (il ne contient pas d'hydrocarbures, donc sa combustion ne se termine pas par le rejet de gaz carbonique ou de méthane, mais par de l'eau).

A la lumière de cette nouvelle et particulièrement brillante étude citée dans l'article ci-dessus, dont les auteurs ne sont pas des "nains de jardin", il y a lieu de choisir et favoriser efficacement la filière de l'hydrogène "vert" et partant, la fabrication d'électricité "verte". Les éoliennes (en mer et au large), les panneaux solaires, l'hydroélectricité, la géothermie, le maintien et l'accroissement de la production d'électricité par fission de l'atome, sont autant de bonnes pistes. (...)

Euplectes | 12 août 2021 à 18h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(...)

De plus, il me paraît logique et nécessaire d'accélérer les recherches sur la fusion de l'atome, car l'uranium est un métal qui se raréfie. De même, pour les métaux rares (cuivre, lithium, zirconium, étain) nécessaires à la production d'éoliennes ou de panneaux solaires (source: Agence France Electricité - Nucléaire: avantages, inconvénients, alternatives. 14/04/2021).
Que vous en semble?

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 12 août 2021 à 18h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Batteries solaires au Lithium LIONTRON LiFePO4 ECOTERRE ENERGY