En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fermes pilotes hydroliennes : l'Ae pointe une mauvaise anticipation des futurs parcs industriels

Dans deux avis relatifs aux projets de parcs hydroliens pilotes dans la Manche, l'Autorité environnementale pointe la mauvaise anticipation de l'impact environnemental des futurs parcs industriels.

Energie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com
Fermes pilotes hydroliennes : l'Ae pointe une mauvaise anticipation des futurs parcs industriels

L'Autorité environnementale (Ae) nationale a rendu le 6 avril deux avis portant sur les projets de fermes pilotes hydroliennes lauréats de l'appel à manifestation d'intérêt de l'Ademe, dont les résultats ont été rendus publics en décembre 2014.

Le premier, le projet Nepthyd, est porté par la société Futures Energies Raz Blanchard, filiale du groupe Engie. D'une puissance de 5,6 MW, il comportera quatre hydroliennes composées d'une turbine à axe central fixée sur une fondation mono-pieu. Le deuxième est le projet Normandie Hydro porté par la société éponyme, filiale d'EDF-Energies nouvelles. D'une puissance de 14 MW, il comportera sept hydroliennes à turbine "à centre ouvert" posées sur le fond de la mer, rappelle l'Ae. Tous deux seront situés dans le raz Blanchard dans la Manche, zone qui se caractérise par "l'un des courants de marée les plus puissants d'Europe". Leur mise en service est prévue pour 2018.

L'enjeu expérimental oublié par les lauréats ?

L'enjeu environnemental principal selon l'Ae ? La capacité de ces projets pilotes à mesurer et maîtriser l'impact des hydroliennes sur l'environnement marin, sachant que plusieurs parcs industriels comptant une centaine d'hydroliennes chacun sont envisagés. Or, selon les rapporteurs, les deux lauréats ne se sentent pas tenus d'acquérir les connaissances qui seront nécessaires pour réaliser les études d'impact des futurs parcs industriels. L'Ae recommande donc à l'Etat de s'assurer que les maîtres d'ouvrage respectent bien cet objectif de l'appel à manifestation d'intérêt, compte tenu du montant important de crédits publics alloués à ces projets.

Pour cela, elle recommande aux sociétés de mieux expliquer les choix qui sous-tendent leurs propositions en matière de suivi environnemental. Les membres de l'Autorité préconisent une mutualisation du dispositif de suivi entre les deux lauréats ainsi que sa mise en cohérence avec le programme de surveillance du plan d'action pour le milieu marin Manche-Mer du Nord.

La sensibilité du milieu évaluée de manière divergente

Les autres enjeux environnementaux de ces projets pilotes portent, relève l'Ae, sur les mammifères marins, en raison notamment des perturbations acoustiques, et sur l'avifaune marine du fait des risques de collision de certaines espèces plongeuses avec les hydroliennes. Mais aussi, dans une moindre mesure, sur la faune piscicole, la pêche professionnelle et la qualité des eaux marines qui pourrait être affectée par des rejets chimiques issus des anodes de protection des hydroliennes.

L'Ae constate des divergences entre les études d'impact des deux projets. Celle du projet Nephyd fait ainsi une analyse plus détaillée de l'acoustique sous-marine, ce qui est logique compte tenu des forages prévus. Elle analyse en revanche de manière moins complète l'avifaune marine et ne quantifie pas l'analyse du risque de collision d'un navire avec une hydrolienne. "De manière plus troublante", l'Ae constate que les études d'impact des deux projets "ne sont pas systématiquement convergentes concernant la définition de la sensibilité du milieu et la caractérisation des impacts" alors qu'ils sont situés "à proximité immédiate l'un de l'autre".

Pour aider le public à disposer d'une information complète et cohérente, l'Ae demande donc à ce que les deux maîtres d'ouvrage élaborent conjointement un mémoire en réponse à ses préconisations, en concertation avec l'Ademe. Et ce, dès lors qu'il n'y a "pas d'enjeu lié à la propriété commerciale des technologies développées". Ce mémoire devra expliquer les différences observées, et notamment les évaluations de sensibilité, entre les deux grilles d'analyse utilisées par les maîtres d'ouvrage. Si ces différences ne peuvent être justifiées, les deux sociétés sont invitées à reprendre la caractérisation des impacts sur la base des mêmes grilles d'analyse.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager