En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'hydrolienne d'Alstom produit ses premiers électrons

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

   
Hydrolienne de 1 MW testée par Alstom au large de l'Ecosse © Alstom
 
   
En test sur le site d'essai hydrolien du Centre européen des énergies marines (EMEC) en Ecosse, l'hydrolienne de 1MW développée par Tidal Generation Limited (TGL), dont Alstom vient de faire l'acquisition, a produit de l'électricité en conditions réelles. "Il s'agit d'une étape majeure alors que nous progressons vers la commercialisation de cette technologie", a déclaré Rob Stevenson, Vice-président d'Alstom pour les énergies marines.

D'un diamètre de 18 mètres et équipée de trois pales, cette hydrolienne doit subir encore tout une série de tests au cours de l'année 2013 afin d'être améliorée en vue des prochains appels d'offres français et anglais.

Réactions6 réactions à cet article

 

Encore un titre à sensation. Une hydrolienne ne produit pas d'électrons mais, comme le dit justement l'article, de l'électricité.

Laurent Berthod | 07 mars 2013 à 16h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et l'électricité c'est quoi ?? J'ai beaucoup de tendresse pour les donneurs de leçons qui ignorent ce qu'ils prétendent savoir.

Toto | 07 mars 2013 à 23h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour mettre tout le monde d'accord :
Un courant électrique est produit par le déplacement à l'intérieur d'un conducteur de particules chargées négativement, et appelées électrons, un des composants des atomes avec les protons et les neutrons. Par convention, le sens du courant va du pôle positif au pôle négatif, à l'inverse de celui du déplacement des électrons. On distingue le courant continu, où ils vont dans le même sens sans interruption, du courant alternatif, où ils se déplacent en cycles réguliers dans les deux sens (fréquence de 50 Hz, donc 50 allers-et-retours par seconde pour notre 220 V).

philippeb81 | 08 mars 2013 à 09h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Apres avoir ete les pionniers pour l'usine maremotrice de la Rance, bravo auxingenieurs de poursuivre les recherches pour capter l'energie des courants marins. La Rance a montre les limites des usines de type barrage par la perturbation potentielle des courants locaux et les risques d'ensablement.

Et en fait, les electrons s'agitent mais ne se deplacent que tres peu chacun...

courants marins courants d'electrons | 08 mars 2013 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En effet, dans un conducteur, seuls certains électrons sont dits "libres", et peuvent se déplacer d'un atome à l'autre. L'atome récepteur, avec un électron de trop, éjecte alors l'un des siens, de manière à conserver une charge totale nulle, tandis que l'émetteur en a reçu un de son voisin. Ainsi, c'est une sorte d'onde qui se déplace, plutôt qu'un "flux" d'électrons.

philippeb81 | 08 mars 2013 à 12h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est du pinaillage, de la branlette de neurones pour faire sortir du jus de crane toutes vos remarques sur ce qu'est l'électricité !
-- --
Soyons content que cette hydrolienne commence ses essais, là, c'est une avancé par rapport aux éoliennes qui défigures le paysage et crée des désagrément auprès du voisinage. Au moins là, à part les poissons... A-t-on prévu que la fréquences des pales peut créer des ondes nuisibles pour les cétacés ?

Maurice | 09 mars 2013 à 09h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager