En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Inauguration du premier réseau de chaleur de cinquième génération à Paris Saclay

Le pôle technologique de Paris Saclay s'est doté d'un réseau de chaleur de dernière génération qui s'appuie sur la géothermie. Il alimentera en chaud et en froid les laboratoires, écoles et entreprises du site soit plus de 2,1 millions de m² d'ici 2024.

Reportage vidéo  |  Energie  |    |  Rémi Pin Actu-Environnement.com

Le 24 juin a été inauguré le réseau d'échange de chaleur et de froid de Paris Saclay. Il s'articule autour de la plus grande boucle de distribution d'eau tempérée de France. Une eau à environ 30°C est puisée à 700 mètres de profondeur dans la nappe phréatique de l'Albien, une réserve d'eau (impropre à la consommation sans traitement préalable) de plus de 400 milliards de mètres cubes.

"Il y a un réseau central, la boucle tempérée, qui dessert des sous stations d'îlots, explique Nicolas Eyraud, directeur de projet du réseau de chaleur Paris Saclay. Dans ces sous stations sont produits le chaud et le froid, desservis dans les bâtiments par des petits réseaux décentralisés." L'installation est gérée de manière coordonnée pour optimiser la distribution d'énergie de chaque bâtiment en fonction des usages. La climatisation d'un laboratoire pourra par exemple réchauffer des douches voisines.

D'une puissance de 40 mégawatts de chaleur et de 10 mégawatts de froid, le réseau desservira les 2,1 millions de mètres carrés du pôle scientifique et technologique de Paris-Saclay en 2024. Onze bâtiments sont pour le moment connectés.

L'installation devrait permettre de produire quatre fois moins de gaz à effet de serre qu'un système de centrale à gaz, avec une économie de plus de 6.000 tonnes de CO2 à la clé. "Plus de 60% d'énergies renouvelables alimentent le réseau de chaleur et de froid ", précise Nicolas Eyraud. D'autre sources d'énergies (panneaux solaires, méthanisation ou biomasse) pourront être reliées au réseau. Le projet a nécessité 50 millions d'euros d'investissement, dont 10 millions subventionnés par l'Ademe.

Réactions1 réaction à cet article

 

Une belle initiative. Qui devrait être étendue : actuellement, le chauffage du CEA, premier pôle de recherche français sur le nucléaire, est assuré par du gaz et son électricité provient de Poweo, donc très carbonée... Tout ça imposé par un précédent gouvernement au nom de la sacro-sainte libéralisation des marchés de l'énergie. Totale aberration.

dmg | 27 juin 2019 à 08h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager