En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ifremer s'inquiète d'une acidification plus rapide que prévu des eaux du nord de l'Atlantique

Biodiversité  |    |  Fanny RoussetActu-Environnement.com
L'Ifremer s'inquiète d'une acidification plus rapide que prévu des eaux du nord de l'Atlantique

Un article de la revue Nature publié le 12 février montre que le CO2 a pénétré plus rapidement que prévu et plus en profondeur l'océan atlantique nord (jusqu'à 1.500 m en 2015), rapporte l'Ifremer. Or, la trop grande présence de CO2 dissous engendre une acidification de l'eau, néfaste pour l'écosystème. Les récifs coralliens d'eau froide pourraient en être les premières victimes car l'acidification raréfie la présence de carbonates, nécessaires à la formation de leurs coquilles.

L'océan atlantique, en stockant environ 25% du CO2 rejeté par les activités humaines, agit comme un atténuateur du changement climatique. Mais ce n'est pas sans conséquence pour les écosystèmes marins. Ce phénomène d'acidification s'observe également dans l'océan austral où des balises cartographient la répartition des stocks de carbone.

Pour l'Ifremer, ces résultats confirment l'intérêt des longues séries temporelles pour suivre l'impact du changement climatique dans l'océan. C'est l'objet du projet Ovide mené par des chercheurs de l'Institut de recherche marine de Vigo (Espagne) et de celui du Laboratoire d'océanographie physique et spatiale (LOPS –CNRS/Ifremer/IRD/UBO).

Ce constat s'ajoute à un autre problème océanique : la multiplication des zones sans oxygène.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…