En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ifremer et la DCNS signent un accord de collaboration

Biodiversité  |    |  Pierre Emmanuel Bouchez  |  Actu-Environnement.com

DCNS (ancienne direction des constructions navales) multiplie les partenariats. Cette fois, c'est avec l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) qu'a été signé le 7 mars un accord cadre de coopération.

L'association de cette entreprise privée et de l'établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) devrait permettre de réaliser des progrès dans les domaines de la connaissance des contraintes du milieu maritime et sous-marin, de la sûreté des équipements et des systèmes, et de la maîtrise de l'assemblage de technologies mécaniques et électroniques. Elle se manifestera notamment par l'accès aux moyens à terre et en mer des deux partenaires.

"Ce partenariat va permettre à DCNS d'accélérer ses développements dans la sécurisation et la valorisation des océans en bénéficiant de l'expertise et des technologies de l'Ifremer dans l'exploration de l'environnement marin", déclare Patrick Boissier, Président-Directeur Général de DCNS. Cette collaboration vise à la valorisation des ressources maritimes, qu'elles se présentent sous forme de matières premières ou de sources d'énergie renouvelable, afin de mettre en place la croissance bleue.

"Grâce à cette coopération avec DCNS, l'Ifremer renforce davantage ses partenariats avec le monde industriel et contribue à des projets de développement précurseurs dans le monde de la recherche, en France et à l'international", explique François Jacq, Président-Directeur Général de l'Ifremer. L'association prendra également la forme d'une coopération technologique, qui se manifestera notamment par la réalisation d'essais avec le drone sous-marin de l'Ifremer.

Réactions2 réactions à cet article

 

DNCS! ce n'est pas eux qui veulent développer des micros centrales nucléaires sous marines!!!
que l'IFREMER s'associe a ce type d’entreprise me parait extrêmement dangereux, le but avoué étant clairement l'exploitation des richesses de la mer, quand on voit ce que cela a donné sur terre on peut s'attendre au pire.
Croissance bleu, de quel type de croissance parle t’ont

lio | 10 mars 2014 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La "croissance bleue" n'a pas de définition. C'est une expression inventée pour suggérer une belle idée sans avoir à l'expliquer. Elle aligne 2 mots à connotation positive "croissance" et "bleue", ce qui permet d'assoir le lecteur inconscient dans un sentiment de sérénité.
L'auteur est d'ailleurs tellement convaincu que tout le monde est parfaitement informé sur la notion de "croissance bleue" qu'il n'éprouve pas la peine de l'expliquer.

C'est un exercice courant de nos jours, face à une dette de plus en plus grande, on parle de "croissance économique" (et pas de croissance sociale au passage), de "politique économique ET sociale" (hors, les 2 sont incompatibles), de "bio-carburants" (les carburants de la vie, ou comment faire entendre, pas de carburant, pas de vie)...

En fait, le but aujourd'hui n'est plus tant q'expliquer les choses mais de prononcer des mots qui font croire que tout va bien. Dans les débats, on vous parlera de "transparence", de "démocratie", de "liberté d'expression" et de "liberté de la presse" mais peu d'entre nous sommes capable d'en expliquer le sens.

Et quand on y réfléchi, derrière les beaux discourts, la réalité est bien différente.

Zugzwang | 11 mars 2014 à 11h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager