En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les îles bretonnes ne pourront pas faire leur transition énergétique

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Lors des débats sur le projet de loi de transition énergétique à l'Assemblée nationale, le député Vert François de Rugy (Loire-Atlantique) a présenté un amendement visant à permettre aux petits territoires insulaires de sortir du monopole d'EDF. Cet amendement, qui a été rejeté, concernait particulièrement le cas des îles bretonnes (Glénan, Ouessant, Molène, Sein, Chausey) "où une grande partie des besoins énergétiques est couverte par l'électricité produite quasi exclusivement par des génératrices fonctionnant au fioul". Or, certains de ces territoires portent de réels projets de transition énergétique.

Selon François de Rugy, "les zones non interconnectées de moins de 2.000 clients représentent de très petites consommations d'énergie qui n'encouragent pas les opérateurs de grande taille à étudier de nouveaux systèmes, notamment la production d'énergies renouvelables, pourtant abondantes dans ces régions (énergies marine, solaire et éolienne)". Pour l'heure, le code de l'énergie prévoit qu'un seul opérateur intervienne sur ces territoires : EDF. Or, ce dernier "investit dans de nouveaux générateurs au fioul et n'envisage pas d'évolution notable".

Ces îles souhaitaient donc se réapproprier leur destin énergétique, afin de "mener des expériences alternatives à la production coûteuse et polluante du fioul". Selon le député, le projet 100% énergies renouvelables porté par l'île de Sein, afficherait un coût (supporté par la CSPE) inférieur de 25% au système actuel (400.000 € par an). Pour les besoins en électricité, ce projet mise sur le développement de l'éolien, du photovoltaïque, d'hydroliennes (avec un stockage au fioul de secours) et la mise en œuvre d'un réseau intelligent. Les bâtiments seraient également rénovés et la géothermie déployée.

L'amendement proposait donc que ces territoires puissent faire appel à un autre opérateur, qui "s'affranchirait des limites d'intervention de l'opérateur historique (électricité) et pourrait aborder techniquement toutes les évolutions en rapport avec l'énergie (chauffage, mobilité terrestre et maritime, électricité, production d'eau potable)".

Ségolène Royal, qui a donné un avis défavorable à cet amendement, estime pour sa part que "ces zones très petites ne permettent pas à un opérateur d'être rentable". Selon la ministre, "c'est une obligation qui pèse aujourd'hui sur EDF. La mise en concurrence fera que personne ne viendra s'y positionner".

Réactions7 réactions à cet article

 

Triste nouvelle...
Pour rectifier un tout petit point de l'article, Chausey est une île Normande .

J-L Charpentier | 16 octobre 2014 à 11h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ils sont vraiment devenus fous !

Mais ce n'est pas parce que l'amendement de Rugy a été rejeté que les îles bretonnes ne pourront pas faire leur transition énergétique.

Wackes Seppi | 16 octobre 2014 à 18h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Etonnant la réaction de la Ministre. Elle prône la participation des citoyens, et quand ils veulent participer, elle les ignore. Y aurait il autant d'intérêt$$$ en jeux pour cela ?

zaza | 16 octobre 2014 à 19h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le seul endroit en métropole où l'on puisse expérimenter sans risque (réseau limité, pas connecté, coût de production rédhibitoire, énergie renouvelable abondante et mix très varié) reste donc la chasse gardée d'EDF/SEI et de ses très chers et très polluants groupes électrogènes.
Les ENR y restent limitées à 30%, payées au tiers ou à la moitié du coût actuel, et il faut apporter du stockage au niveau de la production si l'on veut être autorisé à dépasser 30% (alors qu'il y a déjà 200% de capacité de stockage - fuel - au niveau du réseau).
Droite ou gauche, nous sommes décidément gouvernés par des visionnaires...

La transition, ce n'est pas maintenant... | 17 octobre 2014 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ségolene Royale est vraiment mal conseillée les petites îles sont le territoire idéal pour faire SA transition énergétique en prenant ce genre de position elle défend un SYSTEME mis en place par EDF et qui rapporte beaucoup d'argent à l'opérateur exclusif .Quelle nous dise pourquoi EDF choisi toujours le mode de production le plus cher (le fioul)et on aura un début de réponse ,je suis triste pour mon pays pour ma région et pour mon île .

sergio | 17 octobre 2014 à 09h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« Y aurait il autant d'intérêt$$$ en jeux pour cela ? »

Non ! Mais « int€€€rêts », oui. Encore faudrait-il savoir lesquels. Mme Royal dit que s'il n'y a pas de mécanisme protecteur, les €€€ d'investissement ne viendront pas. C'est un point de vue qui se défend.

Wackes Seppi | 17 octobre 2014 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

quoi ? pas d'énergie renouvelable sur les iles ,alors ici y a pas de vent , pas de soleil , pas de marée , pas de houle , mais on a du pétrole plein la cote , merci à EDF , alors que la population d'une ile se bats pour produire de l'énergie renouvelable en étant mois couteux et plus acceptable énergétiquement .Il est inconcevable de la part de dirigeant politique d'accepter celà .Laissez nous prendre le risque de créer notre énergie et de la gérer

paddy | 17 octobre 2014 à 22h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…