En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'exploitation de gaz de schiste devra attendre un éclaircissement des enjeux environnementaux, selon NKM

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Alors que la contestation augmente face au développement des études exploratoires sur le gaz de schiste en France, Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale mercredi, avoir commandé un rapport sur les impacts environnementaux liés à l'exploitation de gaz de schiste. ''Nous confions, mon collègue Eric Besson et moi-même, aux conseils généraux de l'industrie et de l'environnement une mission pour évaluer les enjeux, et d'abord les enjeux environnementaux, a-t-elle indiqué, selon l'AFP, avant de préciser qu'aucune autorisation de travaux sur le gaz de schiste ne sera donnée ni même instruite avant le résultat de cette mission''.

La ministre de l'Ecologie a également expliqué que ''toute exploitation n'aurait d'intérêt que si ça fonctionnait par substitution au gaz importé et jamais en remise en cause de nos engagements en matière d'énergie renouvelable''.

Pour rappel, les autorisations de recherche de gaz non conventionnels se sont multipliées ces derniers temps, dans le Sud-Est, le Bassin parisien et en Aquitaine.

Réactions3 réactions à cet article

 

Il serait opportun de vérifier si, outre la pollution des nappes phréatiques, une telle exploitation ne serait pas de nature à fragiliser le sous-sol au point de favoriser l'émergence ou la gravité de la sismicité en France. (n'oublions pas les centrales nucléaires dans le secteur des forages) .
Raison de plus pour mettre en avant le principe de précaution (arrêt du Conseil d'état du 19 07 2010 reconnaissant une valeur constitutionnelle à l'article 5 de la charte de l'environnement et qui s'impose aux autorisation d'occupation du sol.

bernard | 07 février 2011 à 17h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette annonce gouvernementale a été relayée largement ces derniers jours probablement pour rassurer la population, mais aussi pour éteindre toute forme de contestation...
Les interrogations que l'on puisse se poser sont les suivantes:
- Quels sont la fonction des menbres de cette commission ???
- Quand j'entends cessation d'exploitation jusqu'à ce que la commission rende son verdict.... Cela inclus t-il l'interdiction de forer ???? Bien faire la différence entre la notion d'exploration ( dans ce cas je fore), et la notion d'exploitation ( dans ce cas je fore, et je puise dans les gisements) .... Pour forer, mettre tout en oeuvre ( la logistique, les canalisations, les bassins de rétention, les voies de communication, les zones de stockage, les zones de dépolution .... etc etc), il faille bien quelques mois, juste le temps que les autorisations soient établies après maintes manoeuvres pour anesthésier le peuple ???? ( j'ai cru entendre un délai de 6 mois, juste avant, voire pendant les vacances estivales).
- J'entends pas la contestation des industries pétrolières et gazières qui ont investies tant d'argent ( particulièrement pour la zone de Villeneuve) !!!! Pourtant on leur interdit de puiser, et ils ont payé pour cela. ( jusqu'à 42 000 Euros au km2). Le gouvernement leur doit bien à minima quelques explications
A vrai dire, tout ceci demeure très opaque, je les trouve très silencieux, et ne trouve pas cela très rassurant. Je les pense plutôt sereins

anthony d'ardèche | 10 février 2011 à 21h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi dans les deux régions les plus ensoleillées ne pas exploiter à fond l'énergie solaire . Pourquoi polluer le sous sol ,le sol ,l'air,la mer et engendrer de nouveaux cancers? Halte à la destruction de ce que des générations ont favorisé dans ces régions.Des entreprises multinationales viennent se faire de l'argent sur le dos des autochtones et puis s'en vont, nous laissant dans la misère la plus complète.Il faut réagir tous ensemble sans attendre.

victoria | 12 février 2011 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager