En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Incendies en Amazonie : Greenpeace fustige les importations françaises de soja

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Incendies en Amazonie : Greenpeace fustige les importations françaises de soja

Entre le 16 juillet et le 15 août 2020, 20 473 foyers d'incendies ont été comptabilisés en Amazonie, contre 22 250 en 2019 sur la même période, selon l'ONG Greenpeace Brésil. Quinze mille foyers d'incendies ont été recensés au cours des deux premières semaines d'août, indique Greenpeace, en se basant sur les données de l'Institut national des recherches spatiales (INPE). « En 2019, les incendies en Amazonie avaient à juste titre suscité une très forte émotion partout dans le monde », rappelle Cécile Leuba, chargée de campagne Forêts à Greenpeace France, dans un communiqué publié ce 20 août. « C'est pourquoi il est d'autant plus révoltant de constater cette année non seulement que les incendies recommencent dans des proportions similaires mais qu'en plus absolument rien n'a été fait pour mettre un terme à la destruction irréversible de la plus grande forêt tropicale du monde », fustige Mme Leuba.

Greenpeace France dénonce la « culpabilité » du gouvernement brésilien et la « complicité » du gouvernement français pour ses importations massives de soja destinées à nourrir les animaux d'élevage. La France importerait entre 3,5 et 4,2 millions de tonnes par an de soja d'Amérique du Sud, où cette culture contribue à la déforestation et à la destruction d'écosystèmes naturels. « La France continue à importer massivement du soja sud-américain pour nourrir ses animaux d'élevage, sans aucune garantie que ces importations ne contribuent pas à la déforestation et à la destruction d'écosystèmes précieux », critique Greenpeace.

La France a pourtant publié en novembre 2018 une stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI) d'ici à 2030. « Malgré les belles déclarations du président pour "sauver l'Amazonie" lors du G7 en 2019, la France n'a entrepris aucune action significative », ajoute Cécile Leuba. « La SNDI n'est associée à aucune mesure concrète malgré les changements successifs de ministres ».

Greenpeace demande au Gouvernement de « prendre de toute urgence » des mesures permettant d'accélérer la mise en œuvre de la SNDI et « de relever son niveau d'ambition ». La pétition, lancée fin juillet par l'Association contre la déforestation importée, a déjà réuni plus de 70 000 signatures.

Réactions5 réactions à cet article

 

Greenpeace veut affamer les carnivores français ?

Scandaleux ! Inadmissible ! Dictature verte !

D'accord; avec de grands intellectuels (depuis déjà Pythagore en personne) , ça fait longtemps qu'il y a de grands champions sportifs végétariens, mais ......

Sagecol | 24 août 2020 à 09h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut effectivement assumer ses actes et son modèle économique et alimentaire. Soit on en change pour "sauver la planète" (selon nos modestes capacités en la matière), soit on refuse de se remettre en question; mais dans ce cas là on arrête les grands discours moralisateurs sur les supposés extras méchants responsables de tous nos malheurs....(toute ressemblance avec un Président de la République Française et l'ensemble de ses petites mains n'est absolument pas fortuite!).

adjtUAF | 24 août 2020 à 10h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On parle de relocalisation de certaines activités pour relancer l'économie post-Covid (on n'a encore rien vu, ça va être terrible) et "verdir" le système. Et si on interdisait l'importation d'aliments pour bétail ??? On s'apercevrait par exemple bien vite que le modèle des fermes-usines n'est pas tenable, et qu'une réduction drastique de notre consommation de viande est indispensable. Mais ce serait de la viande de qualité, pas de la bidoche!

dmg | 24 août 2020 à 11h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi? Je croyais que les herbivores se contentaient de manger de l'herbe et les volatiles des graines de céréales? Non ?Ah! bon. Sans rire , l'Amazonie ne devrait pas appartenir au seul Brésil, cette forêt devrait appartenir à un consortium d'Etats, nous ne pouvons pas nous en passer, donc imposer au Brésil cette transaction par tous les moyens , même les plus durs.

gaïa94 | 24 août 2020 à 20h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Super intéressant comme innovation ,l'utilisation des mychorizes pour diminuer la quantité d'engrais c'est la révolution dans les champs de demain

Solo | 26 août 2020 à 11h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager