En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Climat : le Canada propose de réduire de 30% ses émissions entre 2005 et 2030

Gouvernance  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Le 15 mai, le Canada a soumis sa contribution officielle dans le cadre des négociations internationales sur le climat à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Ccnucc). Il propose de réduire de 30% ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2030, par rapport à 2005.

Jusqu'à maintenant, la Suisse, l'Union européenne, la Norvège, le Mexique, les Etats-Unis, le Gabon, la Russie, le Liechtenstein, Andorre et le Canada ont remis leur contribution intentionnelle déterminée au niveau national (INDC, pour Intended Nationally Determined Contribution) au secrétariat de la Ccnucc. En décembre dernier à Lima (Pérou), les négociateurs internationaux avaient "invité" les Etats à communiquer "bien en avance" de la conférence de Paris leur contribution officielle. Idéalement, elles devaient être présentées avant la fin du premier trimestre 2015 "pour les pays prêts à le faire", selon l'accord conclu à Lima.

Réduire les émissions main dans la main avec les Etats-Unis

Comme souvent, l'engagement climatique canadien est fortement inspiré de celui des Etats-Unis. Les Canadiens prennent 2005 pour année de référence, comme leur puissant voisin. En revanche, leur engagement porte jusqu'en 2030, quand celui de Washington s'arrête en 2025. Quant aux niveaux d'ambition, ils sont relativement proches, les Etats-Unis visant une réduction de 26% (voire 28%) en 20 ans et le Canada une baisse de 30% en 25 ans.

De même, l'adoption des politiques nécessaires à l'atteinte de l'objectif canadien devrait impliquer directement les Etats-Unis. "L'approche réglementaire du Canada est alignée avec celle des États-Unis, lorsqu'approprié, et reconnaît l'importance d'une action concertée dans le contexte d'un marché nord-américain intégré", rappelle Ottawa.

Concrètement, le gouvernement canadien envisage de réduire les émissions de méthane provenant du secteur pétrolier et gazier, de limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES) associées à la production d'électricité au gaz naturel et provenant des produits chimiques et des engrais azotés, d'établir des normes plus rigoureuses pour le secteur des transports et de réduire graduellement l'utilisation des HFC.

Enfin, le Canada envisage d'avoir recours aux mécanismes internationaux pour respecter son engagement.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…