Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Bientôt des indicateurs du bien-être humain en complément du PIB ?

Gouvernance  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Dans la continuité des travaux de la commission présidée par Joseph Stiglitz, l'Assemblée nationale a adopté (en première lecture) la proposition de loi pour la prise en compte des nouveaux indicateurs de richesse dans la définition des politiques publiques, jeudi 29 janvier.

Portée notamment par la députée écologiste Eva Sas, le texte crée une obligation pour le gouvernement de présenter au parlement un rapport sur l'évolution d'indicateur de qualité de vie et de développement durable. Ce dernier présenterait également une évaluation qualitative ou quantitative de l'impact des principales réformes engagées (l'année précédente) mais également de celles qui vont être menées à travers ces indicateurs.

"Il ne s'agit pas de remettre en cause l'utilité du PIB comme instrument de mesure de notre capacité de production – celui-ci reste un instrument nécessaire dans la prise de décision publique – mais de constater ses limites pour évaluer à lui seul l'efficacité des politiques publiques mises en œuvre par le Gouvernement, et d'en tirer les conséquences", souligne Eva Sas, dans son rapport sur ce sujet.

Le texte a désormais été transmis au Sénat pour un examen en première lecture.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Economie circulaire : une expertise juridico-technique en droit des déchets LPA-CGR avocats