En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Autosatisfecit de l'industrie nucléaire française à l'Assemblée nationale

Lors d’une audition hier à l’Assemblée, le gouvernement, les industriels, le CEA et l’IRSN ont renouvelé leur confiance dans la fiabilité de la filière électronucléaire française, tout en annonçant un audit « indépendant » centrale par centrale.

Gouvernance  |    |  Agnès Sinaï Actu-Environnement.com
   
Autosatisfecit de l'industrie nucléaire française à l'Assemblée nationale
   

Auditionnés par les parlementaires hier à l'Assemblée nationale, Eric Besson, ministre de l'industrie et Nathalie Kosciusko Morizet ont redit leur volonté d'"informer sans relâche les citoyens" : "toute l'information dont nous disposons, nous la diffusons", a répété M. Besson. A l'issue de ces trois heures d'audition, force est pourtant de constater que les informations sur l'évolution de la situation de la centrale de Fukushima demeuraient floues.

La ministre de l'écologie a confirmé la fusion partielle dans les réacteurs 1, 2 et 3, ainsi que le risque d'incendie des combustibles qui ne sont plus "enoyés" dans les piscines de refroidissement du réacteur 4, combustibles d'autant plus exposés qu'ils ne se trouvent pas dans une partie confinée de la centrale. La ministre a également fait état des conditions d'intervention dans la centrale, devenues très difficiles, et de l'héroïsme des opérateurs travaillant dans des conditions extrêmes. Tous les intervenants ont exprimé leur empathie vis-à-vis du peuple japonais et des opérateurs de la centrale, qui travaillent au milieu des retombées radioactives.

Canons à eau

Tandis qu'Areva a rapatrié ses 18 salariés présents sur le site de Fukushima, Anne Lauvergeon, présidente du groupe, a annoncé le décollage imminent d'un avion pour le Japon transportant 3000 masques, des gants et combinaisons et de l'acide borique, ainsi que du matériel de mesure de la radioactivité. Et a plaidé pour la mise en œuvre d'une action urgente pour refroidir le site, par camion citerne et par bateaux pompe. Selon Mme Lauvergeon, il faut un débit de 100 m3 d'eau par heure pour refroidir l'ensemble du site par camion citerne. Chiffre qui peut paraître modeste, en regard de la puissance des réacteurs, celle du réacteur n°3 étant de 784 MW. Sur le coefficient de combustion des réacteurs en fusion, aucune précision n'a été apportée.

Président de l'Autorité de sûreté nucléaire, André-Claude Lacoste a exprimé sa préoccupation sur l'évolution du réacteur n°2, qui se trouve en communication avec l'extérieur, et sur le combustible usé stocké dans la piscine du réacteur n°4. "Nous suivons la situation heure par heure : une situation qui, au pire, pourrait conduire à une fusion plus importante. Un accident de niveau 6 est majeur et la situation peut devenir encore plus grave".

S'agissant du panache radioactif, la ministre s'en est remise à l'expertise de l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) qui modélise son évolution, notamment vers les territoires d'Outre Mer du Pacifique distants de 7000 kilomètres. Sur la composition radiotoxique de ce panache, aucune précision n'a été apportée, notamment sur son contenu possible en plutonium, matière hautement radioactive, issue du combustible Mox utilisé dans le réacteur 3, qui est actuellement celui qui dégage les niveaux de concentration les plus élevés.

Unanimité

Sur ce point, Jacques Repussard, directeur général de l'IRSN a biaisé en comparant les émissions de Fukushima à celles des essais atomiques du Pacifique dans les années 60  : "Les couches de Césium actuelles sont inférieures à celles des essais du Pacifique", a-t-il rassuré, évitant de comparer le panache à celui de Tchernobyl, alors que le matin même, le porte-parole du gouvernement, François Baroin, avait annoncé que le dégagement radioactif de Fukushima serait pire que Tchernobyl.

Tout en affirmant que la France entend tirer les leçons de la catastrophe, le ministre de l'industrie Eric Besson s'est livré à un plaidoyer en faveur de l'industrie nucléaire : "Elle assure l'indépendance énergétique de la France, dans un contexte de hausse du prix des autres énergies. L'énergie nucléaire est la moins émettrice de gaz à effet de serre. La France dispose d'un parc de 58 réacteurs mais aussi de capacités industrielles partout reconnues dans le monde". Le ministre demeure confiant : "Notre système de sûreté et d'information est reconnu dans le monde entier". Et la France œuvre en Europe et dans le monde à élever les normes standard, que la ministre de l'écologie confirme être "réévaluées en fonction des risques, comme à la centrale du Blayais, qui a été mise à niveau suite à la tempête de 1999".

Transparence revendiquée

Sur l'indépendance des autorités de contrôle, il n'y a pas d'inquiétude à avoir non plus, affirme Mme Kosciusko-Morizet : "L'Autorité de sûreté nucléaire est une autorité indépendante qui s'appuie sur l'expertise de l'IRSN. Elle a été renforcée par la création du Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire en 2006. Les incidents sont signalés systématiquement à l'ASN, qui en tire des conclusions". C'est donc dans des conditions de pluralisme suffisant que sera organisé la série d'audits, centrale par centrale, annoncée par le gouvernement : "Il faudra que l'expertise soit croisée et transparente pour être rendue lisible à nos concitoyens", affirme la ministre de l'écologie, sans plus de précisions. Le député Yves Cochet (Europe écologie les Verts) s'est étonné du manque de pluralisme dans le débat, en l'absence d'ONG environnementales et d'experts indépendants du type CRIIRAD, qui n'ont pas été invitées à participer à l'audition d'hier et ne le seront pas à l'audit organisé par les autorités.

La fermeture des réacteurs anciens tels que Bugey et Fessenheim n'est pas davantage à l'ordre du jour, ni le référendum demandé par les écologistes. Quant à la fréquence à la hausse des anomalies signalées dans les centrales françaises, M. Besson, dont la circonscription d'origine recoupe le site de Tricastin dans la Drôme, l'explique par le fait que "le moindre incident fait l'objet de publicité, donc il n'est pas anormal que de plus en plus d'incidents soient recensés". Mme Kosciusko-Morizet a annoncé un débat national, sans que les contours en soient précisés à ce stade. Aux députés communistes Daniel Paul et André Chassaigne, soucieux du sort des sous-traitants dans les centrales et des conséquences catastrophiques des dérives d'entreprises privées telles que la japonaise TEPCO, Henri Proglio, PDG d'EDF a répondu qu'il ne s'agissait pas d'utiliser la sous-traitance comme un exutoire, mais dans le cadre d'un respect des compétences, et M. Repussard a reconnu que "la vision économique derrière l'exploitant n'est pas sans rapport avec la sûreté".

Quant à la présence de Mox sur le site de Fukushima, le représentant l'Areva, venu prendre le relais de Mme Lauvergon partie avant la fin de l'audition, a relativisé : "Opérer un réacteur avec du combustible Mox n'est pas plus dangereux qu'avec de l'uranium. Ce combustible a des caractéristiques différentes, les règles opératoires sont adaptées en conséquence et le niveau de sûreté est le même. Un combustible recyclé, c'est une bonne pratique". Pourquoi pas, mais Areva, premier exportateur mondial de Mox (combustible issu de la récupération d'uranium et de plutonium) est-elle vraiment la mieux placée pour donner un avis impartial ?

Réactions3 réactions à cet article

 

Brillantissimes, géniaux nos nuclérocrates et nos politiciens maffieux: ils ne connaissent même pas La Fontaine et sa fable; "Perette sur la tête avait un pot au lait".......morale: on ne met pas tous ses oeufs dans le même panier....eh bien eux, 80% de l'électricité est d'origine nucléaire, c'est pas beau ça? Une seule petite attaque par un pays belligérant, quelques frappes chirurgicales par missiles (comme en Irak) et nous sommes tous sans électricité, mais par contre, tous irradiés. Qui a dit: gouverner c'est prévoir? Force est de constater qu'il n'y à plus de pouvoir que celui de l'argent, le peuple, rien à foutre.
L'ère atomique a commencé par les catastrophes de Hiroshima et Nagasaki au japon, espérons qu'elle s'achèvera par cette dernière catastrophe, toujour au Japon.

renault | 17 mars 2011 à 18h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai assisté il y a queques années à LA CHAPELLE EN VERCORS A UNE CONFERENCE TENUE PAR LES SOI DISANTS EXPERTS QUI NOUS ONT MENTI SANS VERGOGNE SUR les répercussions de TCHERNOBYL sur le canton de la chapelle en vercors alors je n'ai plus aucune confiance dans le lobby nucléaire et ses menteurs
Une autorité européenne serait peut être plus crédible que la bande a PELLERIN

FIRMIN | 20 mars 2011 à 08h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On comprend les inquiétudes de nos compatriotes sur les effets du
nucléaire ,surtout quand les défenseurs nous répètent toujours: Le Risque
O n'existe pas, il faut apprendre à Vivre avec! Par-contre, sans être
nucléocrate,il faut bien avouer que se sont les chocs pétroliers qui
ont précipités le choix en sa faveur. Seul, hélas,un accident grave
pourrait précipiter son arrêt! Imaginons les conséquences immédiates
Comment assurer nos besoins énergétiques dans tous les domaines?
On peut avancer 30o/o ? et le reste? Le retour au charbon, une surexploitation de la biomasse, des milliers d'éoliennes,mais oû?

arthur | 02 avril 2011 à 11h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…