En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'industrie photovoltaïque veut se faire connaître

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

En réponse au gouvernement qui justifie le moratoire décrété le 10 décembre dernier par l'absence d'industrie française du photovoltaïque et le recours à des produits étrangers, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) se mobilise pour faire connaître le tissu industriel de la filière.

   
© SER
 
   
La branche solaire du SER (SOLER) a ainsi publié une cartographie des sites industriels de production français et rappelle que pour la seule année 2010, au moins 200 millions d'euros ont été investis pour poursuivre la construction d'usines de production de panneaux photovoltaïques. Aujourd'hui, selon le syndicat, la capacité de production française s'élève à près de 440 MW, répartis sur dix sites industriels. "Aux côtés des développeurs et des installateurs, il existe des industriels qui ont pour ambition de développer une industrie photovoltaïque française, capable de se positionner dans la concurrence internationale", ajoute André Antolini, Président du SER. Constatant que cette réalité du tissu industriel est peu connue des pouvoirs publics, les professionnels entendent bien la faire connaître tout au long de la concertation débutée le 20 décembre dernier.

Des industriels déjà confrontés à des commandes en baisse

Pour accroître la pression auprès des décideurs politiques, les industriels de la filière commencent à chiffrer l'impact économique du moratoire. À l'occasion d'une audition à l'Assemblée nationale, le président de Fonroche, Yann Maus a ainsi précisé que sur les 230 MW que sa société avait fin octobre dans ses carnets de commande il en reste 90 MW aujourd'hui. Le directeur général de Photowatt, Vincent Bes, a quant à lui annoncé que la société perdait aujourd'hui, selon une première évaluation, 35% de son plan de charge pour l'année civile 2011. C'est un chiffre considérable qui nous oblige à revoir complètement notre stratégie de production dans les 12 mois qui viennent et qui va forcément accélérer les réorganisations structurelles que nous avions planifier, a-t-il expliquer.

Réactions1 réaction à cet article

 

peu importe pour l'état du moment qu'edf peut mettre en oeuvre ces propres projets (46% de la file d'attente),là est bien l'essentiel

lionel | 24 décembre 2010 à 08h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager