En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La transition énergétique attendue par les Français

Le débat public sur la future Programmation pluriannuelle de l'énergie a donné la parole à 400 citoyens représentatifs de la population française. Ce panel donne une vision plus conforme de l'opinion des Français que celle des experts.

Infographie  |  Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

La commission particulière chargée du débat public (CPDP) sur la révision de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) a voulu avoir l'avis d'un panel de citoyens plus représentatifs des Français que ne l'étaient les participants spontanés au débat. Ces derniers comportaient de nombreux "experts en mission commandée" chargés de porter la parole des acteurs de l'énergie, expliquait Jacques Archimbaud, président de la CPDP à l'occasion de la clôture du débat.

Pour obtenir ce panel représentatif, la CPDP a retenu 470 citoyens tirés au sort (G400) sur des listes d'abonnés au téléphone. Les critères de sélection étaient la parité de genre et l'équilibre géographique dans une France découpée en quatre, ainsi que la recherche d'un bon équilibre générationnel, actifs/retraités, et de niveau de diplôme.

Les membres du G400 ont ensuite été informés des buts du débat et ont reçu, entre autres, les points de vue d'EDF, des services du ministère de la Transition écologique (la DGEC), de Total et de négaWatt.

Le 9 juin, ce panel s'est réuni à l'Assemblée nationale. Les participants ont été répartis en tables de 10 personnes. Ils ont débattu, par tranches successives de 35 minutes, des quatre enjeux du débat (comprendre, agir, choisir et gouverner) accompagnés par un garant pour assurer la bonne circulation de la parole. Ils ont enfin répondu individuellement au questionnaire qui reprend les principaux enjeux du débat : perception globale de la transition énergétique, déploiement des renouvelables, place du nucléaire, développement du véhicule électrique, ou encore rôle des Régions et des collectivités locales.

Réactions6 réactions à cet article

 

Bonjour,
Je ne peu que me réjouir d'un article de cette portée. Je viens d'une autre société et apprendre que la France essaye d'être (vraiment) démocratique est une espoir pour les générations futures en incluant les miens bien sûr car j'ai QQ rejetons dans ce pays que m’inquiète sérieusement depuis qq années!
Poussons vers une autre politique car celle-ci sert pour la plus part les intérêt des mayors et cela conduit à l' asfixie tôt ou tard. Les exemples font légion car avec les nouveaux systèmes de com on arrive à connaître mieux ce qui se "trame". Merci encore!

Maes | 23 juillet 2018 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'intérêt de ces résultats c'est qu'ils présentent des consensus forts sur les questions centrales. La représentativité de ce panel devrait être prise en compte par les principaux décideurs, d'abord le gouvernement pour la PPE, par le Parlement pour les lois à venir, par les collectivités territoriales, mais aussi par les entreprises, absentes de ce tableau, et par les citoyens

marcom | 23 juillet 2018 à 10h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les éoliennes à terre sont "disuctés" ??

Rouxbarbe | 24 juillet 2018 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La PPE est un objet bizarre. Pouvez-vous expliquer comment une programmation par l'Etat peut être opérationnelle dans un paysage (le marché de l'énergie) que ce même Etat a consciencieusement dérégulé (privatisation, séparation du réseau et de la production, marchands d'énergie totalement immatériels qui ne font que du "trading" opportuniste, etc.) et dont les tenants et aboutissants sont a minima continentaux voire mondiaux (cf. gazoducs, réseaux THT interconnectés,...) ?
S'il vous plaît, un petit "décryptage" serait, pour une fois, bienvenu. A tout le moins un début de questionnement...

Albatros | 26 juillet 2018 à 13h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une étude de l 'Association internationale de producteurs d’électricité VGB PowerTech (Association regroupant les responsables énergie de 18 pays) publiée en juin 2017indique que la production intermittente et aléatoire des EnRr exige une capacité quasiment équivalente de systèmes de secours (centrales ou stockage) Ce secour doit t être en mesure d'assurer la totalité de la production électrique du pays (pendant une nuit ou une journée nuageuse sans vent, notamment)

1noel2 | 04 août 2018 à 18h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Conseil aux amateurs d' équipement solaire photovoltaïque
Tous ceux désureuxs de réaliser un parc solaire PV doivent prendre la précaution de demander à leur fournisseur un niveau de production garanti pour les 12 premiers mois d' exploitation et non simplement estimé ou espéré dans la mesure ou, en ce qui concerne les collectivités, des contribuables contestataires auront toute facilité pour les attaquer pour mauvaise gestion avérée si les résultats sont en dessous de ceux estimés.
On peut en effet constater que les niveaux de production dans les projets de parcs solaires dont on a connaissance sur internet sont très souvent largement surestimés

1noel2 | 04 août 2018 à 18h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…