En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La transition agricole et alimentaire en dix points

A l'heure des Etats généraux de l'alimentation, WWF veut démontrer que la transition agricole et alimentaire est déjà en marche. En 10 points clés, l'association pointe les avancées en la matière et encourage les acteurs à aller plus loin. Détails en infographie.

Infographie  |  Agroécologie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

"Les Français sont en train de changer leur alimentation et les représentations qui l'entourent bien plus vite que les décideurs ne le pensent", déclare Pascal Canfin, directeur général du WWF France. C'est le message que porte l'association en publiant les 10 signaux de la transition agricole et alimentaire. Dix points qui démontrent que les pratiques évoluent et pour le WWF, les politiques publiques doivent encourager ces mutations et ne pas les freiner.

Dans le cadre des Etats généraux de l'alimentation qui se tiennent actuellement, WWF veut porter un vent d'optimisme : déclin de la consommation de viande, explosion de la consommation de produits bio, changement des pratiques au sein de la restauration collective, nouveaux modèles de distribution... L'association veut surtout contribuer à l'élaboration d'un "nouveau pacte" entre les agriculteurs et les citoyens : "Augmenter le revenu des premiers, répondre aux attentes des seconds en matière de qualité, réduire la pression que la production agricole exerce sur la planète. Tout cela est à portée de main."

Réactions2 réactions à cet article

 

Promotionnons donc par conséquent la permaculture , "nouvelle" pratique culturale et culturelle.

Ainsi que la bio-cohérence face aux labels bio en dégénérescence, surtout la "feuille verte" européenne.

Et recyclons les pâtures en les entourant de haies en permaculture extensive

Sagecol | 05 décembre 2017 à 14h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faudrait que les écoles d'agriculture et d'agronomie mettent beaucoup plus l'accent sur ces nouvelles méthodes plutôt que de continuer à prôner la rentabilité au prix des sempiternels pesticides, herbicides, insecticides , etc, etc... or bien que ces alternatives éco responsables existent, elles ne sont pas enseignées systématiquement mais plutôt sous forme d'options, donc pour les "bonnes volontés" qui sont intéressées et veulent se lancer dans l'aventure. C'est pourquoi certains jeunes agriculteurs trouvent encore normal d'utiliser l' agrochimie quand d'autres expérimentent des méthodes tout aussi productives et respectueuses de l'environnement. Cet enseignement est donc notoirement insuffisant, il devrait être systématique.

gaia94 | 07 décembre 2017 à 15h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…