En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Infrastructure de recharge : nouvel assouplissement du dispositif de soutien de l'Ademe aux collectivités

Le dispositif destiné aux collectivités territoriales et en faveur du déploiement d'infrastructures de recharge pour les véhicules hybrides et électriques vient d'être modifié. Des projets de plus petite taille sont maintenant éligibles.

Transport  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°339 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°339
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Un arrêté, publié au journal officiel ce jeudi 17 juillet, modifie le cahier des charges "Déploiement d'infrastructures de recharge pour les véhicules hybrides et électriques" établi dans le cadre du programme "Véhicule du futur" du Programme investissements d'avenir (PAI). Ce dispositif d'aide s'adresse aux collectivités territoriales souhaitant déployer de telles infrastructures. Il s'applique du 17 juillet 2014 au 31 décembre 2015, pour des travaux devant être achevés au plus tard fin 2017.

Pour rappel, le programme "Véhicule du futur" est doté d'une enveloppe d'un milliard d'euros. Quelque 750 millions d'euros sont dédiés à l'automobile, 150 millions au ferroviaire et 100 millions à la construction navale. Quant au dispositif de soutien aux infrastructures de recharge, il a été lancé par l'Etat en janvier 2013 et doté d'une enveloppe de 50 millions d'euros gérée par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Il complète l'action "Ville de demain" du PAI concernant les villes labellisées "EcoCités" par le ministère de l'Egalité des territoires et le ministère de l'Ecologie.

Un déploiement bien trop lent

En mai, lors de la première lecture devant l'Assemblée nationale de la proposition de loi socialiste facilitant le déploiement d'un réseau d'infrastructures de recharge de véhicules électriques sur l'espace public, Frédérique Massat, députée SRC de l'Ariège et rapporteure du texte, avait estimé que "le nombre de bornes installées par les collectivités devrait (…) atteindre 14.000 à l'horizon 2016". Aujourd'hui, la nouvelle version du dispositif de l'Ademe précise qu'en 18 mois, il a permis de financer "une quinzaine de projets représentant plus de 5.000 points de charge".

Cependant, ces chiffres sont bien loin de l'objectif gouvernemental fixé en avril 2011 : 75.000 bornes publiques (parkings, centres commerciaux, voiries…) pour 2015. Devant les députés, Arnaud Montebourg a tenté d'expliquer cet échec. "Sur [le] montant de 50 millions d'euros [alloué au dispositif], seuls 8 millions d'euros ont été engagés", a déploré le ministre de l'Economie. Et de rappeler que la première version du dispositif d'aide constituait déjà un assouplissement par rapport au tout premier mécanisme d'aide aux collectivités mis en place en 2011.

Dans la foulée, le ministre avait annoncé un nouvel assouplissement du dispositif. C'est maintenant chose faite avec la publication du nouveau cahier des charges.

De plus petits projets deviennent éligibles

Au-delà du prolongement d'un an du dispositif, la principale modification concerne l'assouplissement des seuils d'éligibilité des projets. Auparavant, le dispositif était ouvert aux collectivités territoriales, ou groupement de collectivités, de plus de 200.000 habitants, dès lors que le montant des investissements dépassait 400.000 euros. Dorénavant, le soutien de l'Ademe sera accessible aux collectivités, si leur projet permet "la mise à disposition d'au moins un point de charge pour 3.000 habitants sur les territoires où sont installées les infrastructures financées". Quant au montant minimal du projet, défini par les coûts du matériel, de génie civil, d'ingénierie liée à l'installation et de raccordement au réseau du distributeur d'électricité, il est réduit à 200.000 euros.

Le niveau de l'aide reste inchangé mais est plafonné. Les infrastructures permettant la recharge accélérée (jusqu'à 22 kilovoltampères (kVA)) bénéficient d'un taux de soutien maximum de 50% des coûts éligibles, avec un plafond d'aide de 3.000 euros par point de charge. Les infrastructures de recharge rapide (au-delà de 22 kVA) peuvent bénéficier d'un soutien à hauteur de 30% des coûts, avec un plafond d'aide de 12.000 euros par borne de charge.

 
Un réseau de recharge rapide déjà dépassé ? Détail cocasse, la dernière mouture du dispositif introduit une nouvelle aide pour inciter les collectivités à convertir leurs bornes équipées de prises de type 3 en bornes équipées de type 2. Une condition est cependant fixée : "seuls les projets déjà financés dans le cadre du Programme des Investissements d'Avenir peuvent bénéficier d'une aide complémentaire permettant le remplacement des socles de prises".

Après avoir recommandé l'usage de prise de type 3, l'Ademe se voit obligée de les convertir pour aligner le réseau de recharge français sur les préconisations de l'Union européenne présentées dans le cadre de la feuille de route sur les véhicules propres de janvier 2013.

Cette aide se fait sous forme de subvention à hauteur de 50% des coûts de remplacement, avec un plafond d'aide de 400 euros par socle de prise remplacé, explique le cahier des charges.
 
Les infrastructures en concession également éligibles

Par ailleurs, l'accès au dispositif est maintenant élargi aux infrastructures de recharge installées dans le cadre d'un contrat de concession, dès lors que la mise en concurrence pour la délégation de service public n'a pas encore eu lieu à la date de dépôt du dossier. La mise en concurrence devra préciser explicitement les conditions et le montant forfaitaire de l'aide accordée à la collectivité dans le cadre du dispositif. En l'occurrence, cette aide est de 1.250 euros par point de charge normale, 2.500 euros par point de charge accélérée et de 10.000 euros par borne de charge rapide.

D'autre part, les exigences en matière d'interopérabilité des services de recharge ont été renforcées. Ainsi, pour être éligible, "l'infrastructure doit être communicante, permettant à chaque point de charge de communiquer avec un système de supervision, assurant en toutes circonstances le service de recharge aux usagers". De même, les conditions relatives au mode de paiement sont précisées : les bornes installées dans le cadre du dispositif doivent a minima permettre le paiement via un contrat identifié par carte RFID ou par virement bancaire.

Enfin, le nouveau cahier des charges modifie sensiblement les critères relatifs à la standardisation technique des infrastructures. Seules les infrastructures de recharge normale ou accélérée, équipées d'au moins un socle de prise de Type 2 (ou 2S) et d'au moins un socle de type E/F sont éligibles. Pour les infrastructures de recharge rapide, trois types de connecteur sont possibles : un connecteur de Type 2, un connecteur CHAdeMO ou un connecteur au standard Combo2. Dans sa version précédente, le cahier des charges recommandait l'installation de prises au standard français (voir encart), c'est-à-dire de prises de type 3…

Réactions3 réactions à cet article

 

Encore des millions pour que la ministre de l'écologie puisse continuer à parier sur la voiture électrique dont quasiment personne veut même pas en cadeau. Il est des échecs qu'il vaut mieux assumer. Arrêtons les frais.
Si jamais elle persiste, il va falloir planquer un gendarme auprès de chaque borne pour gérer les fuites.
Question : l'ADEME va telle financer les centrales EPR qui devront alimenter les dites bornes de recharge ?
On attendrait d'un ministre de l'écologie des orientations pour réduire l'usage de l'automobile partout ou cela serait possible pas de développer une filière grosse consommatrice d'énergie quelle qu'en soit l'origine.
Et sans compter sur les difficultés liées à l'usage des batteries au lithium matière beaucoup plus rare que le pétrole et détenue (si mes sources sont exactes) par deux pays au monde , la Colombie et la Chine. Cherchez l'erreur!
Encore une fausse bonne idée

ITC78 | 17 juillet 2014 à 22h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vive la voiture! Est-ce que les "experts" de l'Ademe ont déjà essayé de monter 3 étages avec un vélo électrique de 20 kg ? Visiblement non car rien n'est fait pour développer les bornes de recharge de vélo électrique. Et pourtant c'est le même problème que pour la voiture : le manque de borne de recharge est le principal frein au développement du vélo électrique.
Le développement du vélo électrique incitera beaucoup de personne, qui ne sont actuellement pas cyclistes, à se mettre au vélo et de profiter de ses nombreux avantages (effort physique à sa guise, pas de problème pour se garer, air pur dans les rues, …).
Un vélo électrique est bien plus avantageux pour l'environnement que la voiture électrique (déplacer une personne avec un véhicule de 1,6 tonne cosomme plus que déplacer une personne sur un vélo de 20 kg).
Enfin bon, on va pas demander à l'Agence de l'Enviromment et de la Maitrise de l'Energie de soutenir le vélo plutot que la voiture, cela serait un peu mal placé !!

Véloélectrique | 18 juillet 2014 à 14h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonne remarque Véloelectrique.
Sauf que si tu lis bien, c'est pas l'ADEME qui a décidé d'aider les bornes de recharges, c'est l'Etat qui le lui a demandé. Des fois, on fait pas tjs ce qu'on veut !

ginfis | 22 juillet 2014 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…