En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plus de 17 millions de français exposés au risque d'inondation

Le ministère de l'Ecologie publie les résultats de la première évaluation nationale des risques d'inondation. Dix-sept millions d'habitants sont exposés à des débordements de cours d'eau et 1,4 million au risque de submersion marine.

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Lorsque la directive européenne relative à l'évaluation et la gestion des risques d'inondation a été transposée en droit national, les autorités françaises ont souhaité aller plus loin en définissant une stratégie nationale de gestion des risques d'inondation. "Un état des lieux national a été réalisé pour évaluer les conséquences négatives potentielles d'une inondation, à l'aide d'indicateurs d'impacts (sur la santé humaine, l'habitat, l'activité économique, etc.)", explique le ministère de l'Ecologie. Une brochure présentant les principaux résultats de cette évaluation vient d'être publiée.

"Cette évaluation préliminaire des risques d'inondation au niveau national propose une photographie complète et homogène de l'exposition actuelle de la France", précise le ministère de l'Ecologie. Elle porte à la fois sur le risque lié aux débordements de cours d'eau et sur celui de submersion marine, intégrant les effets potentiels du changement climatique "en considérant une rehausse potentielle d'un mètre des niveaux marins d'ici 2100". Pour la première fois, "le risque inondation est envisagé au travers du prisme des enjeux et pas seulement de celui de l'aléa", précisent les auteurs de l'étude.

 
Une crue centennale de la Seine pourrait coûter 40 milliards d'euros Le coût des dégâts directs d'une crue centennale dans le bassin de la Seine aujourd'hui est estimé à 17 milliards d'euros sans tenir compte des dommages aux réseaux de transport, d'électricité, de télécommunications, etc. Le coût total pourrait atteindre 30 à 40 milliards d'euros. Entre 4 et 5 millions de personnes seraient impactées et près de 170.000 entreprises seraient touchées.
 
17 millions d'habitants exposés aux débordements de cours d'eau

L'étude estime à 17 millions le nombre d'habitants exposés à un risque d'inondation. "L'exposition peut correspondre à des événements fréquents avec hauteurs d'eau importantes ou, à l'extrême inverse, elle peut n'être concernée que par des événements plus rares, avec de faibles hauteurs d'eau", nuance le rapport, qui rappelle cependant que "les impacts peuvent être majeurs avec seulement 20 cm d'eau".

L'arc méditerranéen, la vallée du Rhône, la région parisienne, densément peuplés, apparaissent comme fortement exposés. "Les agglomérations alsaciennes et du Nord-Pas-de-Calais ressortent également de manière forte", du fait de la topographie plane de ces régions. Mais, souligne le rapport, certains départements qui apparaissent peu exposés à l'échelle nationale le sont, en réalité, fortement. "Malgré leur faible exposition à l'échelle nationale, 50% des habitants de l'Ariège et 40% des habitants de Mayotte sont potentiellement exposés aux débordements de cours d'eau" donne en exemple le rapport.

1,4 million d'habitants exposés aux submersions marines

Le rapport relève que 1,4 million d'habitants sont exposés en France aux risques de submersions marines. Mais l'étude ne prend pas en compte la population saisonnière qui peut être très importante. De plus, la population située sur le littoral connaît une forte croissance.

Sont concernées les principales agglomérations dans les estuaires et les grands polders du Nord-Pas-de-Calais, "où les enveloppes des submersions marines remontent loin à l'intérieur des terres". L'étude fait également ressortir "une exposition continue sur la plupart des façades littorales métropolitaines, en particulier sur le littoral du Languedoc-Roussillon, de la côte vendéenne et de la Manche-Mer du Nord".

Certains départements se révèlent toutefois plus vulnérables : 15% de la population de Mayotte est exposée au risque de submersion, 10% en Martinique, en Gironde, en Charente-Maritime, en Vendée, dans la Manche et le Pas-de-Calais. L'habitat de plain-pied induit une forte vulnérabilité des biens et des personnes. L'évaluation montre notamment "la forte exposition de la côte vendéenne, faisant écho aux récents événements dramatiques lors de la tempête Xynthia".

Près d'un emploi sur trois potentiellement impacté

Quant à l'exposition aux risques des activités économiques, l'étude estime à plus de 9 millions le nombre d'emplois directement exposés aux débordements de cours d'eau. Plus de 850.000 emplois sont exposés au risque de submersions marines. En cumulant ces deux chiffres, "c'est donc près d'un emploi sur trois qui pourrait être directement touché par une inondation", relève l'étude.

De plus, en cas d'événement majeur, "les emplois pourront être impactés bien au-delà des zones inondées, suite aux perturbations sur le fonctionnement des réseaux ou de la vie économique (rupture des fournisseurs, baisse de la demande…)", analysent les auteurs du rapport.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…