En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'inquiétant déclin des papillons témoigne des atteintes toujours plus graves à la biodiversité

Les papillons de jour constituent un excellent indicateur de la biodiversité. Leur déclin alarmant prouve sa dégradation continue. Illustration en Ile-de-France où densification urbaine et agriculture intensive causent des dégâts sans précédent.

Biodiversité  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com
L'inquiétant déclin des papillons témoigne des atteintes toujours plus graves à la biodiversité

L'Ile-de-France constitue un bon laboratoire de l'évolution des milieux naturels avec son urbanisation galopante et son modèle d'agriculture intensive sur des terres considérées parmi les plus rentables du monde. Or, l'un des meilleurs indicateurs de la santé de ces milieux, les papillons de jour, révèle que les clignotants sont au rouge.

 
Plus de 100.000 données collectées La liste rouge régionale des Rhopalocères et Zygènes d'Ile-de-France est le résultat de l'analyse de plus de 100.000 données collectées pendant plusieurs dizaines d'années par 472 contributeurs bénévoles. Le travail de synthèse a été piloté par l'Office pour les insectes et leur environnement (Opie) et Natureparif, l'agence régionale pour la nature et la biodiversité d'Ile-de-France, en partenariat avec l'Association des lépidoptéristes de France (ALF).
 
La publication d'une liste rouge régionale des papillons menacés, selon les critères définis par l'Union internationale de conservation de la nature (UICN), dresse un tableau accablant. Sur les 135 espèces recensées en Ile-de-France, plus du tiers sont menacées ou ont d'ores et déjà disparu. La région compte 14 espèces par commune en moyenne, soit environ trois fois moins que le nombre constaté en Bourgogne, région voisine.

Artificialisation agricole et densification urbaine

Il n'est pas nécessaire de rechercher très loin les causes de ce déclin. "Ces chiffres alarmants témoignent avant tout de la disparition des habitats de prédilection des papillons (pelouses, prairies, landes), au profit d'une artificialisation du territoire par l'intensification agricole et la densification urbaine", expliquent les auteurs de l'étude. Explications auxquelles on peut ajouter les changements climatiques, dont les papillons constituent également un excellent indicateur, précise Luc Manil, président de l'Association des lépidoptéristes de France.

L'étude pointe des milieux agricoles "simplifiés et exsangues". Ainsi, dans les paysages de la Beauce et de la Brie, la proportion de milieux herbacés tombe à 7%, soit près de trois fois moins que le seuil considéré comme écologiquement fonctionnel. Les aubépines et pruneliers, traditionnellement utilisés pour délimiter les parcelles agricoles, ont quasiment disparu, tout comme les fossés et les arbres isolés, constatent également les auteurs.

Ceux-ci mettent également en lumière les effets délétères de "la charge massive des pesticides". L'Ile-de-France est en effet l'une des régions les plus consommatrices de produits phytopharmaceutiques. "Les espaces agricoles, jadis zones foisonnantes en espèces, sont devenus impropres au développement des papillons et fonctionnent désormais comme des « barrières » ou des « puits »", explique Lucile Dewulf, chargée de mission naturaliste à Natureparif. Les herbicides font disparaître la diversité floristique des milieux agricoles, qui servent de zones de reproduction et d'alimentation aux papillons, tandis que les insecticides s'attaquent directement à eux. Mais les zones urbaines ne sont pas en reste, les jardiniers amateurs étant les plus gros consommateurs de produits chimiques à l'hectare.

Agir sur les prairies

Face à cet état des lieux plutôt sombre, les auteurs de l'étude proposent des outils pour réduire les menaces. "Les recettes sont connues", affirme Xavier Houard, responsable de la coordination des études à l'Office pour les insectes et leur environnement (Opie), tout en constatant que les causes du déclin ne sont toujours pas stoppées. "Il faut agir sur les prairies, les milieux ouverts et toutes les zones herbeuses en général", explique le spécialiste. La gestion écologique et planifié des habitats, via un pâturage adapté, des fauches différenciées ou le maintien de bandes enherbées s'impose.

L'apport des espaces protégés et des continuités écologiques est également important, à l'instar des couloirs à papillons entretenus par le parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse. Le schéma régional de cohérence écologique (SRCE), qui précise les "corridors" à préserver ou à restaurer, peut contribuer à la préservation des espèces "s'il est correctement mis en application", indique l'étude. "Les jardins privés jouent également un rôle essentiel dans les zones urbaines denses", ajoute Lucile Dewulf.

En bref, "l'effort maximum doit être mis sur la bonne gestion autant des milieux dits « ordinaires » que ceux protégés, avec une priorité pour les biotopes les plus fragiles, comme les pelouses calcaires et les milieux humides", résume Luc Manil. Soit peu ou prou les mêmes recettes que celles préconisées pour la préservation de la flore, des oiseaux ou des libellules sur lesquels la région Ile-de-France s'est préalablement penchée. Rien d'étonnant à cela : la préservation de la biodiversité repose sur les interactions entre les espèces et la qualité des milieux qui les abritent.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…