En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le bisphénol A, à faibles doses, favoriserait le stockage des graisses dans le foie

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Dans une étude rendue publique le 18 octobre, des chercheurs de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont mis en évidence que de faibles doses de bisphénol A (BPA) - jusqu'à 10 fois inférieures à la dose journalière admissible - favorisent le stockage des graisses dans le foie.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a déjà publié, fin septembre, deux rapports mettant en évidence des effets sanitaires du BPA avérés chez l'animal et suspectés chez l'homme (fertilité féminine, pathologies cardio-vasculaires, diabète) ''même à de faibles niveaux d'exposition''.

Selon l'AFP, les chercheurs de l'unité de toxicologie alimentaire de l'INRA à Toulouse ont constaté une augmentation de 50% de la quantité de graisses stockée dans le foie des souris qui avaient reçu pendant un mois la dose journalière admissible (50 microgrammes de BPA par kg) ou une dose dix fois supérieure (0,5 milligrammes/kg). 

Mais les souris mâles ayant reçu quotidiennement 5 milligrammes/kg de BPA, soit 100 fois la dose journalière admissible, n'ont pas stocké davantage de graisses dans leur foie, selon cette étude publiée dans la revue médicale spécialisée Hepatology.

L'équipe a ainsi mis en évidence que les faibles doses avaient un impact plus important que des doses plus fortes sur l'activité d'un ensemble de gènes impliqués dans la fabrication des lipides. Elle a également montré que ces effets, focalisés sur le niveau d'expression des gènes, se traduisaient par une augmentation du stockage de graisses dans le foie de souris exposées à de faibles doses de bisphénol A. ''Ces observations remettent en cause le dogme de la toxicologie classique qui fait que la dose fait le poison'', a souligné mardi Pascal Martin de l'INRA. L'accumulation exagérée de graisses dans le foie ''ne constitue pas une pathologie grave, mais elle risque de favoriser l'émergence d'autres altérations métaboliques et tissulaires conduisant à des pathologies plus graves telles que la stéatohépatite non alcoolique ou le diabète de type 2'', selon l'Institut.

Cette étude ''incite à tenir compte davantage des perturbations métaboliques dans l'évaluation du risque associé à l'exposition au bisphénol A''. Des études avaient déjà montré que le BPA était capable de stimuler la production d'insuline par le pancréas, rappelle l'Inra.

Réactions1 réaction à cet article

 

En Vendée, nous allons avoir des ordures grises qui vont servir pour , après tri sommaire et compostage , à "engraisser" nos sols agricoles ...chaque mois un polluants est montré du doigt..mais le dépistage des polluants chimiques n'est pas prévu pour "estimer" ce compost frelaté ..comme recevable et sans innocuité..pas vu pas pris ..
Que pouvons nous faire pour nous protéger ? c'est une honte

foehn | 21 octobre 2011 à 22h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager