Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les Français réduisent leur consommation de carburants en raison des prix

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Selon une étude de l'Insee publiée le 6 janvier, les ménages français ont réduit entre 2002 et 2006 leur consommation de carburants (en volume) à cause de la forte augmentation des prix. Depuis 2002, et sous l'effet des fortes hausse de prix, les achats de carburants diminuent en volume, du fait d'une baisse du kilométrage parcouru et des consommations unitaires des véhicules, explique l'Institut national de la statistique et des études économiques. Une hausse de 1% du prix relatif des carburants induit une baisse des volumes d'achats de l'ordre de 0,4%, poursuit l'Insee. Les dépenses en volume des carburants consommés ont ainsi diminué de 6,2% entre 2002 et 2006.
Le gazole, qui demeure moins onéreux que l'essence sans plomb, représente 53% des dépenses. Les ménages ont également dépensé 35 milliards en 2006 soit 550 euros en moyenne par habitant en carburants et lubrifiants pour leur voiture, presque autant qu'en 2002, souligne l'Insee.

Les dépenses en carburants sont également comparables à celles en énergie domestique, observe l'Institut. En effet en 2006, les ménages ont dépensé 37,3 milliards d'euros en énergie domestique soit en moyenne 590 euros par habitant. 48% des dépenses servent à payer l'électricité, 22,6% le gaz naturel, et 23,1% les combustibles liquides comme le fioul, 4,1% l'eau chaude et la vapeur, et 2,2% le bois (42,1% en 1960). Ces dépenses servent à 71% au chauffage, à l'éclairage et aux appareils électro-ménagers (13%), à l'eau chaude sanitaire (10%) et à la cuisson des aliments.
Les dépenses en chauffage se sont élevées en 2006 à 21,2 milliards d'euros, mais elles progressent en volume beaucoup plus faiblement depuis 1974 grâce aux économies d'énergie, à des hausses de prix ou de températures. En 2006, le gaz naturel est le combustible de chauffage le plus employé (33 % des dépenses), devant le fioul domestique (29 %) et l'électricité (25 %), en raison d'un ''prix plus avantageux''.

Notes

1 - L'étude

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager