En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'exposition au plomb pendant la grossesse réduit le poids des nouveau-nés

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Dans le cadre du projet européen « Helix » (Early-Life Exposome), l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a participé à une vaste étude qui démontre une diminution du poids de naissance associée à l'exposition au plomb pendant la grossesse. Les travaux ont été publiés en mars 2020 dans la revue International Journal of Epidemiology.

Leur étude a été menée auprès d'une cohorte européenne mères-enfants, coordonnée par Rémy Slama, directeur de recherche à l'Inserm et à l'Institut pour l'avancée des biosciences (Inserm/CNRS/Université de Grenoble). Les scientifiques ont étudié les relations entre l'exposition à 131 facteurs environnementaux au cours de la grossesse, et le poids des enfants à la naissance dans une cohorte de 1 287 paires mères-enfants. « En moyenne, les enfants issus de la cohorte sont nés à 39 semaines de gestation révolues ; 90 % d'entre eux avaient un poids de naissance compris entre 2 550 g et 4 240 g », a expliqué, le 10 septembre, l'Inserm dans un communiqué. L'analyse statistique des chercheurs a permis d'identifier trois facteurs associés à des poids de naissance s'écartant de la moyenne, parmi lesquels l'exposition au plomb. Ainsi, le poids des enfants à la naissance « diminuait de 97 g à chaque fois que la concentration sanguine de plomb chez la mère était multipliée par deux », ont estimé les scientifiques.

Deux autres types d'exposition, ayant un impact sur le poids de naissance, ont également été identifiés. « Même si le lien était statistiquement moins robuste », précise l'Inserm. Au cours du troisième trimestre de grossesse, l'exposition aux particules fines atmosphériques (PM2,5) a aussi été associée à un plus petit poids de naissance.

En revanche, l'exposition des garçons aux éthyl- et propyl-parabènes (des conservateurs utilisés dans les cosmétiques, les médicaments et les aliments pour leurs propriétés antibactériennes et antifongiques), était associée à un poids de naissance « plus élevé ».

Par ailleurs, la partie française du projet Helix s'est appuyée sur environ 200 familles, recrutées et suivies dans le cadre de la cohorte « Eden », mise en place par l'Inserm et les CHU de Poitiers et Nancy. Dans cette étude, chez les femmes françaises, présentant une plombémie inférieure à 10 microgrammes (µg) par litre de sang, « l'association avec le poids de naissance se maintenait », a ajouté l'Inserm. Cette valeur de plombémie est très inférieure au seuil de déclaration obligatoire de saturnisme (50 µg/l de sang) chez la femme enceinte ou l'enfant.

Réactions1 réaction à cet article

 

Ca surprend de trouver encore de la tuyauterie au plomb dans les villes, quoique une fois bien oxydé le plomb est sans danger et les carburants plombés ont disparu.
Reste la consommation de poissons en zones de chasse et de pêche, même si son usage devient rare.
Et puis des eaux traitées qui attaquent ce fameux oxyde protecteur.

pemmore | 17 septembre 2020 à 12h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager