Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Des chercheurs évaluent les effets d'une pollution chronique au CO sur la fonction cardiaque

Risques  |    |  Carine Seghier
Pour évaluer les effets d'une pollution chronique au monoxyde de carbone (CO) sur la fonction cardiaque chez un sujet sain, des chercheurs du CNRS et de l'Inserm ont exposé des rats sains pendant 4 semaines à de l'air pur ou à de l'air enrichi en CO à un niveau reproduisant des conditions de pollution urbaine.

Les résultats, publiés le 15 mars 2010 dans la revue American Journal of Respiratory and Critical Care montrent que la pollution chronique au CO entraîne des changements de la morphologie et de la fonction cardiaque. Chez les rats du groupe CO, les chercheurs ont observé des différences au niveau du ventricule gauche, ainsi que des signes de stress et de remodelage cardiaque localisés. '' Au niveau cellulaire, les cardiomyocytes présentent des défauts de contractilité et des troubles du rythme. Un état «hyperadrénergique» modéré, révélateur d'un état de stress et connu pour son implication dans le développement de l'hypertrophie cardiaque et de la fibrose, de tachycardies, et de risques de mort subite cardiaque, est également observé. Enfin, un dysfonctionnement des échanges calciques dans les cardiomyocytes est également mis en évidence, pouvant déclencher des extrasystoles et des tachycardies ventriculaires à risque de mort subite '', prévient un communiqué du CNRS.

Les chercheurs ont observé que ces rats avaient mis en place des mécanismes compensateurs afin d'annuler les effets néfastes du CO et de permettre le bon fonctionnement du myocarde. Toutefois, ils placent les cellules cardiaques dans un état de stress chronique. '' Si un stress additionnel survient, comme un infarctus du myocarde, les conséquences seront plus lourdes pour le cœur '', explique le communiqué du CNRS.

Des travaux sont en cours pour vérifier ces données chez l'Homme.


Références : Carbon Monoxide pollution promotes cardiac remodelling and ventricular arrhythmia in healthy rats
Lucas Andre, Julien Boissière, Cyril Reboul, Romain Perrier, Santiago Zalvidea, Gregory Meyer, Jérôme Thireau, Stéphane Tanguy, Patrice Bideaux, Maurice Hayot, François Boucher, Philippe Obert, Olivier Cazorla, Sylvain Richard. American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, 15 mars 2010

Réactions1 réaction à cet article

 
Bannir les moteurs à explosion des villes et taxer

De nouveau une étude démontre une évidence. La Sécurité Sociale devrait porter plainte contre toutes les compagnies pétrolières "ou" l'etat devrait mettre les bouchées doubles pour les voitures électriques et imposer les camions uniquement en périphérie des villes avec un système de transport souterrain (métro ou rer) pour transporter les marchandises en centre ville. Quant au bus, ils devraient être au GPL avec récupérateur d'energie + moteur électrique d'assistance pour diminuer la consommation. Les motos et scooter hyper polluant devraient tous passer en mode électrique. Rien de plus simple, augmenter très fortement les taxes sur les produits pétroliers et utiliser ces taxes pour financer la recherche et la substitution vers l'électrique.

arthur duchemin | 17 mars 2010 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager