Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Installations Seveso : les syndicats dénoncent un allègement des contrôles en Normandie

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Les contrôles des installations classées ont-ils été assouplis dans la région Normandie, qui a connu l'accident de Lubrizol, en septembre 2019, et qui abrite de nombreuses installations Seveso ? C'est ce que dénoncent les représentants syndicaux CGT, FO et Unsa de la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) dont est issue la majeure partie des inspecteurs.

Dans un communiqué en date du 4 octobre, ils ont dénoncé la suppression de 22 postes dans l'inspection des installations classées normande ainsi qu'une diminution du temps consacré à chaque inspection. « Il est demandé à l'inspection des installations classées "d'adapter son niveau de service", notamment sur les plus gros sites industriels multi-Seveso dont est particulièrement pourvue la Normandie, dénoncent les syndicats. Ce qui signifie, en langage clair, de les inspecter de manière moins approfondie. »

Par un communiqué daté du 5 octobre, le préfet de région dément ces affirmations. « La Dreal Normandie est passée, en nombre d'inspecteurs risques technologiques, de 82,0 ETP au 31 décembre 2020 à 90,4 ETP au 1er septembre 2021, en nette augmentation », affirme le représentant de l'État. « L'inspection s'est pleinement engagée dans les évolutions des méthodes de travail qui permettent une augmentation de la présence terrain, conformément aux orientations nationales », ajoute le préfet.

Contacté par Actu-Environnement, David Romieux, représentant CGT, maintient les affirmations des syndicats. Les postes annoncés comme créés seraient en fait des remplacements d'inspecteurs ayant quitté la Dreal, explique-t-il. « Par contre, 22 personnes parties ces cinq dernières années n'ont jamais été remplacées et, aujourd'hui, on décide de supprimer définitivement des emplois de l'organigramme de la Dreal », dénonce le syndicaliste. « On demande 50 % de visites en plus par inspecteur, en argumentant qu'ils peuvent délaisser les grandes entreprises et faire plutôt des visites de petites structures qui seront plus rapides. L'argumentaire est hallucinant. On affaiblit le contrôle des Seveso », s'indigne M. Romieux.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Risques : essais abusifs sur batterie Lithium de forte puissance CNPP