En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“La taxation des décharges est l'option la plus efficace pour encourager le recyclage”

Taxes sur les mises en décharge, éco-contribution versée par les producteurs ou tarification incitative… Retour d'expérience par Shailendra Mudgal des instruments économiques efficaces utilisés dans les pays membres pour développer le recyclage des déchets et limiter l'enfouissement.

Interview  |  Déchets  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
“La taxation des décharges est l'option la plus efficace pour encourager le recyclage”
Shailendra Mudgal
Directeur général adjoint de Bio Intelligence Service
   

Actu-Environnement : Plusieurs instruments économiques incitatifs pour développer le recyclage sont mis en avant par Bruxelles dans un récent rapport dont vous êtes l'un des auteurs. Quels sont-ils ?

Shailendra Mudgal : Cette étude, lancée en 2010, présente une dizaine d'outils économiques mais en analyse trois de manière détaillée. Il s'agit des taxes et des interdictions de mise en décharge et d'incinération, des programmes de responsabilité du producteur et des systèmes de tarification incitative en fonction de la production de déchets. L'objectif était de permettre à la Commission européenne d'intervenir au travers de recommandations ou d'aller plus loin en proposant des réglementations ou des accords volontaires. Les aspects économiques sont en effet l'un des outils considérés comme les plus efficaces, au moins dans certains pays.

AE : Quels sont les outils économiques actuellement privilégiés par les pays membres ?

Shailendra Mudgal : L'expérience des États a démontré que l'effet combiné des instruments économiques permet non seulement de limiter la quantité des déchets lors de l'utilisation des produits mais aussi d'agir à la source via l'éco-conception des produits. Les taux de mise en décharge et d'incinération ont baissé dans les pays où les interdictions ou les taxes ont entraîné une augmentation des coûts. Au Danemark, le pourcentage de déchets municipaux mis en décharge a diminué pour passer de 18% en 1995 à 3% en 2009 après une augmentation de taxes sur les décharges en combinaison avec des restrictions à l'enfouissement.

Le coût de l'incinération varie entre 45 euros par tonne en République tchèque à 175 euros par tonne en Allemagne. Le niveau de taxation de mise en décharge varie également entre 3 euros la tonne en Bulgarie et plus de 100 euros aux Pays-Bas où zéro déchet est enfoui. En France, la taxation est située entre 11 et 20 euros la tonne. Avec les charges fixées par les opérateurs de la mise en décharge, ce taux se situe entre 17,50 euros en Lituanie et 155,50 euros en Suède. Le rapport démontre que plus cette taxation est forte et moins nombreux sont les déchets enfouis. Le coût de mise en décharge à partir de 30- 40 euros a un impact sur la réduction des déchets et le recyclage dans certains pays comme la France, la Suède, le Luxembourg et l'Allemagne. Lorsque les frais liés à l'enfouissement atteignent 100 euros la tonne, le taux de recyclage peut même avoisiner les 50%. La Belgique (1% de déchets en décharge), l'Allemagne (0%), les Pays-Bas (0%), l'Autriche (1%), la Suède (1%) ou le Danemark (3%) qui ont taxé l'enfouissement et l'incinération ont exclu ou presque la mise en décharge. Les taxes sur les décharges restent pour le moment les plus efficaces et l'option la plus intéressante pour encourager le recyclage.

AE : Qu'en est-il des filières de responsabilité élargie des producteurs ?

Shailendra Mudgal : La Commission européenne mise sur le renforcement des programmes de responsabilité des producteurs via les éco-organismes qui ont permis à plusieurs états de collecter et de redistribuer les fonds nécessaires à l'amélioration des collectes séparées et du recyclage. Mais ces systèmes récents découlant de la réglementation nécessitent une planification et un suivi car la rentabilité et la transparence varient énormément entre les pays et les flux de déchets. Pour les emballages par exemple, la redevance des producteurs payée aux éco-organismes, évaluée notamment en fonction de la tonne mise sur le marché, dépend fortement du matériau utilisé. La redevance varie entre 8 euros en Roumanie et 175 euros en Allemagne pour le papier, entre 5 euros en France et 260 euros en Lituanie pour le verre, entre 3 euros en Finlande et 282 euros en Suède pour l'acier, et entre 20 euros en Roumanie et 1.300 euros en Allemagne pour le plastique.

Le rapport constate également un écart important entre les pays sur les filières DEEE qui ne sont pas harmonisées. Les déclarations des produits ne sont pas uniques dans l'UE. Or, il faut optimiser ces filières et débloquer des ressources. La responsabilité élargie des producteurs a un potentiel au travers des éco-contributions versées par les producteurs pour financer le recyclage. Ces éco-participations sont plus faciles à appliquer dans les pays que l'instauration d'une taxe.

AE : La mise en décharge est principalement utilisée dans les derniers pays entrés dans l'UE et ceux touchés par la crise. De nouvelles taxes ne risquent-elles pas d'être retoquées dans ces Etats fragilisés ?

Shailendra Mudgal : A l'heure actuelle, en période de crise, toutes les mesures environnementales étudiées à Bruxelles doivent se justifier quant à l'impact sur l'économie dans l'ensemble. Celles-ci peuvent être considérées comme un alourdissement lié au coût de mise en place des mesures. Mais le secteur des déchets, générant beaucoup de recettes et créateur d'emplois, a suffisamment d'arguments économiques favorables au développement des filières. La Commission a inclus la gestion rationnelle des déchets dans les conditions d'octroi de certains fonds européens. Les instruments économiques sont pour l'heure établis sur le mode volontaire. La Commission européenne juge néanmoins nécessaire de les imposer juridiquement dès 2014 à tous les états membres afin d'atteindre leurs objectifs 2020 en matière de déchets. L'Europe pourrait alors proposer un seuil minimal de taxe. Mais le niveau de taxation doit être fixé par les Etats membres car des écarts économiques persistent entre les pays. Il faut laisser une souplesse aux Etats en matière de fiscalité des déchets et en tenant compte de l'avancée du pays sur cette problématique. Il faut aussi trouver un bon équilibre entre les aspects réglementaires et la mise en place d'un nouvel instrument financier pour éviter des effets pervers.

AE : La France a prévu d'augmenter la TGAP sur la mise en décharge. D'autres instruments économiques sont-ils envisagés ?

Shailendra Mudgal : En matière de recyclage, la France n'est ni la meilleure élève ni la plus mauvaise. La Belgique et les Pays-Bas ont un taux de recyclage beaucoup plus élevé que la France et atteignent une performance équivalente à la croissance économique de leur pays. La France utilise les éco-contributions financées par les fabricants pour la collecte et le recyclage des emballages via le Point vert mais aussi des DEEE. La France reste axée sur les textes réglementaires et a développé des approches en matière de systèmes de tarification incitative. Elle a élargi le bonus malus sur l'éco-contribution des DEEE depuis le 1er juillet 2010 et des emballages depuis le 1er janvier 2012 pour prendre en compte les efforts en matière d'éco-conception. Un bonus sur les produits éco-conçus a un impact sur les déchets générés. La France réfléchit à élargir ce dispositif à toutes les filières REP mais hésite encore. Le ministère de l'Ecologie et l'Ademe envisagent de compléter la liste des produits prioritaires concernés par un bonus malus à l'éco-contribution pour 2012.

L'Ademe a également lancé un appel d'offres il y a deux mois sur le potentiel des certificats de recyclage négociables, qui sont un autre type d'instruments économiques permettant d'encourager le recyclage. Ces certificats pourraient prendre différentes formes. L'une d'entre elles pourrait consister à créer un système commercial de certificats analogue à celui de l'électricité verte.

Réactions6 réactions à cet article

 

La taxation des décharges est aussi la mesure la plus efficace pour encourager les décharges sauvages! Les campagnes françaises sont envahies de dépôts sauvages en tous genres (gravats, carcasses de voitures et d'électroménager, mobilier hors d'usage, voire déchets industriels, etc.) faits par des gens sans esprit civique qui ont la flemme d'aller jusqu'aux déchetteries pourtant gratuites. Qu'en sera-t-il si l'on taxe ceux qui y vont!

Jihème | 22 mai 2012 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les décheteries ne sont pas des décharges,il n'est pas question de faire payer les décheteries pour les particuliers.Quand a l'incivilité :sensibilisation-prévention et répression sévére pour ceux qui ne veulent pas comprendre.

lio | 22 mai 2012 à 10h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la taxation des décharges encourage certe le recyclage et réduit le taux d'enfouissement, mais est-ce que cette taxe sera aussi applicable aux déchets ultimes? je pense que la taxe doit être déterminé en fonction de la catégorisation des déchets. De plus, on ne peut interdire et la mise en décharge, et l'incinération vu que tous les déchets ne peuvent être récyclés.

arly | 22 mai 2012 à 17h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci aux 2 commentateurs précédents de relire le texte, personne n'a parlé de taxer les déchèteries, mais on parle des décharges (ou centres d'enfouissement technique, selon le jargon).

Bonjour, je sais lire | 23 mai 2012 à 12h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis surpris des erreurs d’interprétation faite par M. MUDGAL. Lorsqu’il cite les chiffres de mise en décharge, il les utilise de manière erronée et sortis de leurs contextes. Il s’agit des chiffres EUROSTAT qui ne concernent que les déchets des ménages et non des tous les déchets non dangereux qui sont :
- les déchets ménagers (env. 40 Mt en Fr.)
- les DIB déchets similaires des entreprises (env. 120 Mt en Fr.).
Les données EURSTAT ne portent que sur la première catégorie!
Lorsque l’Allemagne affiche «0% en décharge», il s’agit de 0% de déchets ménagers et non de tous les déchets. Pour arriver à ce résultat, les Allemands font systématiquement passer leur déchets ménagers dans des installations de tri/traitement. Ainsi, selon les règles Européennes de codification des déchets (Décision 2000/532 du 3/05/00), ces mêmes déchets ressortent comme déchets industriels (DIB) et vont pour partie …en décharge !
C’est plus de 42 MILLIONS/an de tonnes de déchets qui vont dans les décharges Allemandes dont une partie sont des déchets ménagers blanchis « industriel ».
Quant aux Pays-Bas, leurs déchets ménagers vont, sous couvert de valorisation en Allemagne. Dès lors il est facile d’afficher 0% !
En conclusion, arrêtons d’utiliser des chiffres sans même savoir ce qu’ils représentent pour en tirer des interprétations totalement déconnectées de la réalité ! Nous sommes sur ce point en pleine manipulation dont M. MUDGAL, consciemment ou inconsciemment, en est le vecteur!

LE REALISTE ! | 12 juin 2012 à 10h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour vos remarques et votre intérêt. Peut-être, cela n’est-il pas très clair dans l’entretien mais si vous consultez le rapport cité, vous verrez que notre étude porte uniquement sur les déchets ménagers. Les flux d'autres déchets (notamment d’entreprises et de l’industrie) suivent différents moyens de collecte et traitement selon les secteurs et varient parfois énormément pour le même secteur dans différents pays. Aussi, les données concernant les déchets (hors ménages) ne sont pas homogènes dans les bases des données nationales et dans celles d’Eurostat, par exemple certains pays comptabilisent les rejets de production comme déchets même s’ils sont utilisés pour fabriquer des sous-produits, par exemple la viande.
Concernant l’Allemagne, vous avez raison de signaler qu’une partie des déchets municipaux va en décharge. Mais, ces quantités ne sont pas égales à celles des déchets municipaux non-traités car les déchets en Allemagne qui vont en décharges sont plutôt des résidus qui ne peuvent pas être traités avec les moyens disponibles (incinération, recyclage, etc.)
Dans le rapport nous sommes très transparents sur le périmètre d’analyse et les données présentées. Nous sommes conscients de l’incertitude liées aux données mais cela ne change pas la conclusion globale selon laquelle la taxation des décharges reste l’outil économique le plus efficace selon la hiérarchie définie dans la Directive cadre sur des déchets.
Je reste à votre disposition pour plus de précisions.

Shailendra Mudgal | 20 juin 2012 à 23h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager