Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'inventaire forestier national révèle un accroissement de 54 % de la mortalité des arbres

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson

Les arbres ne se portent pas bien, même si la superficie des forêts s'accroît et si la diversité des essences progresse. C'est ce qui ressort du dernier inventaire forestier national dont l'IGN a présenté les résultats, le 21 octobre.

Cet état des lieux de la forêt française, qu'elle soit publique ou privée, révèle un accroissement de 54 % de la mortalité sur la période 2012 à 2020, par rapport à la période 2005 à 2013. La mortalité annuelle représente en moyenne 0,4 % du volume total de bois vivant sur pied, mais elle affecte les essences et les régions de façon très différente, explique l'établissement public. Les régions les plus touchées ? Le Grand Est et la Bourgogne-Franche-Comté. Quant aux essences les plus affectées, il s'agit du châtaignier, de l'épicéa commun et du frêne. Cette hausse de la mortalité est due à « la récurrence d'épisodes de sécheresse et de conditions climatiques à la fois difficiles pour les arbres et propices aux insectes xylophages, notamment les scolytes », explique l'IGN.

   
Répartition de la mortalité de 2012-2020 © IGN
 
   
Cette hausse de la mortalité s'accompagne d'une augmentation des prélèvements et d'un ralentissement de la croissance des arbres. Le bilan de ces trois éléments révèle un recul de 39 % de la croissance du volume de la forêt entre les deux périodes étudiées. Et ce, malgré une hausse continue de la superficie forestière métropolitaine depuis plus d'un siècle. « En 1908, la forêt couvrait 19 % du territoire métropolitain, avec près de 10 millions d'hectares. Elle en couvre plus de 31 % aujourd'hui », indique l'IGN.

Ce ralentissement a lieu malgré, aussi, une légère amélioration dans la diversité des peuplements : 47 % de la forêt française est constituée de peuplements monospécifiques, c'est-à-dire pour lesquels une essence occupe plus de 75 % du couvert dans l'étage dominant. Cette proportion était de 51 % en 2017. Les régions où les forêts sont le plus diversifiées sont le Nord-Est et le Massif central. Au contraire, les Landes, qui ont contribué pour une grosse part aux 70 000 hectares de forêts détruite par les incendies cet été, présente une faible diversité d'essence, avec une prédominance du pin maritime.

Réactions1 réaction à cet article

 

AGIR pour revenir au climat d'antan: c'est à dire DIMINUER l'EFFET de SERRES en quittant les pétroles, brûlant les scories des centrales au charbon et gaz, même rendre l'ex-nucléaire écolo: (ex-nucléaire: changer les piles radioactives par des brûleurs de gaz H2 O:électrolyses , thermolyses, pyrolyses ou autres,) au démarrage, puis auto entretien, et récupération des vapeurs d'eau condensées produites, qui se recycle indéfiniment...)
pour les véhicules et chaudières monter des réservoirs d'eau, démarrage par électrolyse, puis auto entretien ,vu la température (maximum de 5650°C..., à 850°C transformation en GAZ H2 O brûlant, et la vapeur d'eau se recyclant pour les pays peu pluvieux. Autrement renvoyé dans l'atmosphère pour accélérer la diminution de l'effet de serres MONDIAL, et les conditions d'humidité locales.
J'ai envoyé ce projet peu coûteux à Mr Le PRESIDENT de la REPUBLIQUE le 20 09 2022. N'ayant pas reçu la demande de confirmation,(j'ai le catcha photographié).
Je vais lui renvoyer votre message et l'analogie de disparition des pollutions dues AUX COVIDS que jeûnes et aux pures rétablissent,( comme en vivant actif dans la nature) -dépolluer par les jeûnes de 14 à 16 h par jour- et s'HYDRATER avec des eaux au pH légérement négatif, ou quelques gouttes de citron ou vinaigre par verre d'eau...
Pour un niveau d'1 des ondes dans LA NATURE, il y a 200 000 000 dans les cités industrielles confinées. LA MEMOIRE IMMEDIATE n'y résiste pa

situot-a | 26 octobre 2022 à 19h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]