En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plus de 1.500 espèces exotiques d'insectes ont déjà élu domicile en Europe

Deuxième cause de diminution de la biodiversité, les espèces invasives animales et végétales sont au cœur d'un programme européen chargé de les inventorier. Selon les premiers résultats, 1.517 espèces d'insectes se sont installées en Europe.

Biodiversité  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Plus de 1.500 espèces exotiques d'insectes ont déjà élu domicile en Europe
Moule Zébrée © DAISIE
   
L'algue verte Caulerpa taxifolia, le ragondin Myocastor coypus, la moule zébrée Dreissena polymorpha, l'Ecureuil gris Sciurus carolinensis ou encore la Renouée du Japon Fallopia japonica, toutes ces espèces animales et végétales ont un point commun : ce sont des espèces exotiques envahissantes introduites par accident ou non. Certaines d'entre elles peuvent présenter une croissance et une multiplication rapide et déséquilibrer l'écosystème voire supplanter certaines espèces endogènes. La moule zébrée par exemple colonise les grands lacs canadiens depuis 1990 et représente la plus grande menace pour les moules d'eau douce endogènes. Native de la mer Caspienne, cette moule a vraisemblablement été introduite en Amérique du Nord suite au vidange des eaux de ballast de navires. En France, la renouée du Japon introduite en Europe en 1830 pour ses qualités mellifères, fourragères et ornementales colonise progressivement les berges des cours d'eau. Dans des milieux qui lui sont favorables, elle peut éliminer pratiquement toutes les autres espèces grâce aux substances toxiques qu'elle secrète, à son rythme de croissance élevé et à son feuillage abondant.

Aujourd'hui, ces espèces représentent la deuxième cause de diminution de la biodiversité juste après la destruction des habitats. C'est pourquoi, elles font l'objet depuis peu d'un programme européen chargé de les inventorier. Baptisé DAISIE pour Delivering Alien Invasive Species Inventories in Europe, ce programme est mené par 15 institutions des différents pays européens sur la période 2005-2008. En France, l'Institut National de Recherche Agronomique (INRA) a été chargé de coordonner la recherche des invertébrés terrestres et des champignons. Les premiers résultats révèlent que plus de 1.500 espèces exotiques d'insectes, d'acariens, de vers et d'autres mollusques terrestres se sont déjà établies sur le continent européen même si tous ne sont pas envahissants. Si le phénomène n'est pas récent, il semblerait que la mondialisation l'ait accentué : Une moyenne de 19 espèces exotiques d'invertébrés, en grande majorité des insectes, s'est ainsi établie par an en Europe durant la période 2000-2007 contre 10 en moyenne par an entre 1950 et 1975, explique l'INRA. Originaires principalement d'Asie et d'Amérique du Nord, ces espèces ont majoritairement été importées suite au transport de marchandise. Seul 10% ont été délibérément introduites pour la lutte biologique ou à des fins récréatives comme certains papillons pour le plaisir des collectionneurs. La plupart des espèces se sont installées dans des milieux liés à l'activité humaine comme les champs, les parcs et jardins ou les habitations mais beaucoup moins dans les milieux naturels.

Les invasions biologiques par les espèces exotiques peuvent avoir des effets de grande envergure et souvent nocifs sur la diversité et la fonction biologique des écosystèmes envahis. Elles peuvent également agir en tant que vecteurs de nouvelles maladies et avoir des conséquences sur l'économie notamment dans l'agriculture. Avec ce programme d'inventaire, l'INRA espère faciliter la gestion des invasions par une meilleure prédiction des caractères susceptibles de faciliter l'établissement d'espèces exotiques, la définition de groupes d'espèces et de marchandises à risque, ainsi que par l'analyse de la susceptibilité des écosystèmes. Un échange des données est prévu avec les bases similaires chinoises (Académie des Sciences) et nord-américaines (USDA Forest Service).

Réactions3 réactions à cet article

 
que dire!

en effet, je suis entierement dacord il se trouve que avec le changement climatique...froid ou chaud il est en train de ce produire un deplacement des éspèces du sud vers le nord et de plus les especes resistentes ou capable de s'adapter à des changements environnementaux se developpent! et les especes les plus fragiles et les moins nombres...commencent à disparaitrent.tel est la realité des choses. Je trouve donc cet article tt a fait pertinent.

lili | 31 janvier 2008 à 17h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
demandes de coordonnées à l'auteur

Mr F.Roussel, connaissez-vous les coordonnées des responsables à l'INRA de cette étude? Ce afin de proposer mon aide dans l'un des pays d'europe. merci

euh | 07 février 2008 à 11h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
qq compléments...

Juste une petite précision : certes, les espèces exotiques sont de plus en plus nombreuses en Europe et en France, mais ces espèces exotiques ne présentent pas toutes un caractère invasif. Néanmoins, les espèces invasives constituent réellement un danger pour la biodiversité et pour les milieux naturels.

Sur ce thème, la communication et la sensibilisation sont essentielles, principalement en direction grand public, qui peut agir de façon très concrète en ne rejetant pas dans le milieu naturel les espèces qu'il possède et dont il veut se débarrasser (tortue de Floride, plantes aquatiques utilisées en aquariophilie telles que les élodées, ...), ou plus simplement encore en évitant d'acquérir ces espèces.

La réglementation doit aussi évoluer, en interdisant la vente de ces espèces, que l'on trouve encore très fréquemment dans les jardineries par exemple. C'est le cas de la Jussie, dont la vente n'est plus autorisée, mais la liste doit être complétée...

marie | 12 février 2008 à 21h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…