En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La France inventorie son patrimoine géologique naturel

Afin d'identifier et protéger les sites géologiques remarquables témoins de l'histoire de la planète, le MEDD, le MNHN, le BRGM, la Société Géologique de France et les Réserves naturelles de France ont lancé un inventaire national.

Biodiversité  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
La France inventorie son patrimoine géologique naturel
Lherzolite visible près de l'étang de Lherz en Ariège
   
Dans le cadre de la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, l'État doit assurer la conception, l'animation et l'évaluation de l'inventaire du patrimoine naturel qui comprend les richesses écologiques, faunistiques, floristiques, géologiques, minéralogiques et paléontologiques de la France. C'est dans ce contexte que le Ministère de l'Écologie et du Développement durable, avec le Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN), le BRGM, la Société Géologique de France et les Réserves naturelles de France ont annoncé le lancement de l'inventaire du patrimoine géologique national.

Contrairement aux espèces biologiques, les roches ne se renouvellent pas, ou alors à une échelle de temps totalement disproportionnée par rapport à l'échelle humaine. La détérioration d'un site provoque donc sa perte définitive. Il n'est pas possible de réintroduire « l'espèce disparue », ni même de la reproduire en laboratoire. La conservation et la protection de certains sites sont donc essentielles pour connaître l'histoire de la planète et comprendre l'origine des écosystèmes et de biodiversité actuels. L'objectif de l'inventaire du patrimoine géologique de l'ensemble du territoire français est donc d'identifier l'ensemble des sites et objets intéressants, de saisir leurs caractéristiques, de les hiérarchiser et d'évaluer leur vulnérabilité et les besoins en matière de protection.

Le lancement de l'inventaire a été l'occasion pour le MNHN de présenter des sites géologiques clés. C'est le cas par exemple de certains sites que l'on trouve dans les plus hauts sommets des Alpes qui étaient, à l'origine, au centre des premiers océans. En effet, certaines roches siliceuses que l'on trouve autour du mont Viso notamment se sont formées par l'accumulation de microplancton siliceux, les radiolaires, vieux de quelques 160 millions d'années. Dans ce cas, ce microplancton est utilisé comme chronomètres biologiques par le géologue. Autrement dit, il indique la présence d'un océan à cet endroit à une période donnée.
Autre exemple, dans la chaîne des Pyrénées, un site remarquable a donné son nom à une roche de renommée mondiale : la lherzolite. Le site de l'étang de Lherz en Ariège possède une formation géologique où un morceau du manteau terrestre affleure alors qu'il est habituellement enfoui à des dizaines de kilomètres de profondeur. Par conséquent, il est possible d'observer sur ce site une roche qu'on n'est pas censé pouvoir voir ou analyser, une roche qui représente 2 milliards d'années d'archives de l'histoire géologique qui a façonné les Pyrénées. Le massif de Lherz est donc considéré comme le lithotype de la lherzolite, c'est-à-dire le lieu de référence où cette roche a été définie pour la première fois. Décrypter ces archives au travers de l'étude des minéraux de la lherzolite est d'ailleurs un des objectifs d'une équipe de minéralogistes du Muséum.

L'histoire des découvertes géologiques est donc liée à l'histoire d'un site. Les lieux où a été découvert un ensemble de couches représentant une période géologique clef ont très souvent servi de porte-noms. Le Lutétien par exemple (40/49 millions d'années) a été décrit dans la région de Paris (Lutetia). Grâce aux informations recueillies, l'inventaire devrait permettre de définir et de mettre en place des politiques adaptées en faveur de la gestion et de la valorisation de ce patrimoine. De ce fait, cet inventaire est surtout l'occasion d'évaluer aussi rigoureusement que possible chaque site, en tenant particulièrement compte de son état de conservation et des éventuels besoins et moyens à mettre en œuvre pour le protéger.

À terme, cet inventaire constituera une référence nationale intégrée dans le Système d'Information sur la Nature et les Paysages (SINP) mis en place par la Direction de la nature et des paysages du MEDD. Ces informations seront mises à la disposition des gestionnaires et décideurs du territoire comme outil d'information et d'aide à la décision. Dans un cadre professionnel, les scientifiques français ou étrangers pourront accéder à ces données. Et elles seront également disponibles publiquement pour tous les usagers, en ce qui concerne les données non sensibles, et ce à titre informatif.

Concernant la méthodologie, la collecte de l'information est réalisée au niveau régional. La saisie se fait sur un logiciel développé spécifiquement, GEOTOPE, fourni par les Directions Régionales de l'Environnement (DIREN). Après validation régionale par le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN), les données sont transmises pour validation nationale par le MNHN.

Réactions7 réactions à cet article

 
L' ile de la Désirade ,paradis des géologues

L'ile de la Désiradef ait partie de l'archipel de la Guadeloupe. Des roches ( radiolarites) ont été datées comme étant les plus anciennes des antilles ( 155 millions d'années). Une association locale cherche à y installer un parc géologique, ou une "réserve géologique".
Il y a surtout une grande variétés de formations géologiques sur cette île de 22 Km2.
je suppose que cette île est prévue dans le programme d'inventaire de "patrimoine géologique naturel"

Jacques de lavigne -Ingénieur géologue

Anonyme | 19 avril 2007 à 18h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ET si les diren ne sont pas au courant ?

Il faudrait peut-être demander aux habitants, et aux associations, même les maires ignorent leur patrimoine géologique !

pierre | 24 avril 2007 à 17h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
et pour ce faire...

les organismes responsables de ce recensement n'embaucheraient-ils pas des géologues motivés par cette recherche à la fois bibliographique, de terrain, et possédant les qualités d'investigation nécessaires ??

Géologue candidate

Anonyme | 30 avril 2007 à 15h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Une usine à gaz !

Une usine à gaz monumentale juste bonne à permettre à cerains hauts fonctionnaires et universitaire planqués d'optenir des crédit, des postes et des médailles en faisant faire le boulot gratos par d'autres !

Geologie | 25 mai 2007 à 10h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Une usine à gaz !

cela veut-il dire "aucun espoir pour la geologue candidate?"

Anonyme | 25 mai 2007 à 17h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a aussi la lherzolite du Moncaut ou Moun Caou situé au dessus de Pédéhourat commune de Louvie Juzon Pyrénées Atlantiques
( Services de la carte géologique de la France et des topographies souterraines - 1926 -)
" - LES LHERZOLITES ET LES SERPENTINES D'ORIGINE ... Le gisement le plus important est celui de Moun Caou, près des bains ... "
Ce site risque de disparaitre , si le projet de carrière aboutit.

hourat 64 | 08 juillet 2011 à 18h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le site géologique de Moncaut en cours de classement.

Hourat | 28 mars 2018 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager