Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'Allemagne doit investir 32 milliards d'euros dans les réseaux électriques

Energie  |    |  Euractiv.fr

La sortie du nucléaire nécessite un renforcement du réseau électrique du pays. Pour la première fois, les quatre gestionnaires de réseau de transport ont présenté un plan pour les dix ans à venir.

D'ici 2022, l'Allemagne devra investir 32 milliards d'euros dans ses réseaux électriques, estiment les quatre gestionnaires de réseau de transport dans une étude publiée mardi 29 mai.

Le pays a décidé d'arrêter toutes ses centrales nucléaires d'ici 2023 et de miser sur le développement des énergies renouvelables. Ces dernières, notamment produites en mer du Nord, doivent être acheminées vers les centres de consommation au Sud du pays.

Selon le plan de développement du réseau, 3.800 kilomètres de nouvelles lignes électriques, dont quatre grandes "autoroutes de l'électricité" traversant le pays sur un axe Nord-Sud, doivent être construites. Le réseau de transport actuel comprend un peu plus de 35.000 km de lignes à haute tension.

Le plan proposé par les gestionnaires de réseau de transport est désormais soumis à une consultation publique. Une deuxième version révisée sera publiée en août 2012, et servira comme base pour une loi définissant les besoins en investissements. Le gouvernement doit soumettre ce texte au vote des parlementaires à la fin de l'année 2012.

Retards importants

L'Allemagne a adopté, en 2011, une loi visant à accélérer le développement des réseaux électriques à travers une centralisation de la planification et de...

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [15792] / utilisation du flux d'actualité.

Réactions6 réactions à cet article

 

Ingénieur physicien , ancien cadre suprieur de l'industrie Française , j'ai déposé un brevet qui m'a été délivré. Ce brevet est basé sur le fait que l'air atmosphérique est le plus sensationnel accumulateur d'énergie solaire qui existe au mounde et je montre comment on peut capter ces énergies aussi bien la nuit que le jour , à toutes températures et en tout lieu du globe .

D'autres idées suivent .
Mais j'ai 93 ans et si la tête marche bien , il n'en est pas pareil pour la sanré physique .

Soleil est avec nous | 31 mai 2012 à 10h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La facture sera plus salée: on parle de 400 milliards...

Pour le réseau lui même, j'ai aperçu un chiffre de 18 milliards pour raccorder les éoliennes off shore. Bref, pas simple de se priver du nucléaire en allemagne...

Entre 200 et 400 milliards. Telle est l’estimation du coût de la sortie du nucléaire allemande chiffrée par les opérateurs du réseau haute tension du pays.

Selon eux, la seule expansion du réseau haute tension sera chiffrée 20 milliards d’euros, sachant qu’elle est nécessaire pour relier les nouvelles installations au réseau.

Mais d’après les quatre opérateurs allemands qui se sont exprimés mercredi à Berlin, cette expansion ne représente que 5 à 10% du coût total de la sortie allemande du nucléaire.

De nombreux autres investissements devront être entrepris par l’Allemagne pour parvenir à son objectif de zéro nucléaire en 2022 : expansion du réseau basse tension (25 milliards d’euros), construction de centrales thermiques et solaire, de parcs éoliens, raccordement de l’éolien en mer…

Frankie Perk | 31 mai 2012 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci de votre réponse si rapide .
Que vos services d'études me consacrent 3 ou 4 heures d'études complémentaires avec 2 ou 3 ingénieurs ou physiciens ,( tout frais payés) et nous diviserons par 10 ou 20 , peut être beaucoup plus (50 peut être 500 ) l'ensemble de tous vos frais prévus pour sortie du nucléaire (y compris le transport de cette énergie qui se réduira à une peau de chagrin )

Soleil est avec nous | 31 mai 2012 à 15h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis bien daccord avec votre nouvelle estimation d'ensemble . C'était d'ailleurs celle que DESERTRC avait faite il y a 4 ou 5 ans. C'est pourquoi je préférerais faire 1000 centrales de 10 mégawatts qu'une seule de 10 milles Mégawatts . Le transport serait divisé par 100 .

Soleil est avec nous | 31 mai 2012 à 16h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tient, on se réveille ?
E.ON Netz, l’un des trois réseaux de distribution électrique allemand, avait publié un rapport en 2005, afin d’alerter sur les 3 problèmes majeurs qui allaient perturber le réseau du fait de la croissance de l’éolien.
1) L’énergie éolienne ne peut remplacer les centrales traditionnelles que dans une proportion limitée.
2) Les méthodes actuelles de prévision météorologique ne peuvent estimer la production éolienne future que de façon approximative.
3) L’accroissement prévu de l’énergie éolienne ne pourra être pris en charge que si l’on renforce l’infrastructure du réseau de distribution. (Ce qui à l’époque, était estimé à plus de 3 milliards d’euros).

De plus, ce rapport publié, je le rappelle en 2005, mettait l’accent sur d’autres problèmes induits par l’accroissement de l’éolien.
Entre autres, stabilité du réseau compromise par l’éolien, et pire, des perturbations qui se répercutent chez les voisins !

Suite à la publication de ce rapport, les installations de nouvelles éoliennes avaient été réduites en Allemagne.
Mais, après Fukushima, le nouveau programme énergétique allemand fait fi du rapport de E.ON Netz, et la première des conséquences est l’extension de 3.800 kilomètres de nouvelles lignes électriques, pour un coût estimé à 32 milliards d’euros, du moins pour le moment...

Tireman | 01 juin 2012 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je note une certaine ironie de l’histoire, quand on se rappelle que les lobbies éoliens essayaient de faire croire que, dans les paysages, les pylônes étaient plus gênants visuellement que les éoliennes.
C’était l’un de leurs arguments, avec les châteaux d’eau, dans le combat que nous menons pour la sauvegarde de notre patrimoine paysager !!!

Comme il s'avère maintenant que c'est l'éolien et non le nucléaire qui a besoin de plus de pylônes, les lobbyistes éolien sont contraints à se débattre dans leurs affirmations contradictoires.

Les lobbyistes de l’éolien, par la voix des écologistes ont accusé l'énergie nucléaire d'avoir multiplié le nombre de lignes à haute tension.
Ils doivent maintenant inverser leur discours car l'éolien a besoin de bien plus de lignes à très haute tension que le nucléaire.
C’est là, juste une de ces nombreuses contradictions sur lesquelles les lobbys éolien ne communique guère…

Tireman | 01 juin 2012 à 10h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

SOFREL IoT Sensor : capteurs de température communicants LoRaWAN® LACROIX - Environment
Boostez votre performance avec LRQA grâce à l'ISO 50001 ! LRQA France SAS