En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Investissements d'avenir : seconde vague d'appel à projets Santé et biotechnologies

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Les ministères en charge de la santé et de l'agriculture ont lancé le 13 juillet la seconde vague d'appel à projets de l'action ''santé et biotechnologies'', dans le cadre des investissements d'avenir. Cette action est dotée de 1,55 milliards d'euros, dont un tiers est consommable. Quatre appels à projets sont lancés simultanément : infrastructures nationales de recherche en biologie et santé, démonstrateurs pré-industriels en biotechnologie, biotechnologies et bioressources et nanobiotechnologies. Les porteurs de projet doivent soumettre leur projet sur le site de l'Agence nationale de la recherche (ANR).

''Les sciences du vivant (…)  doivent répondre à plusieurs défis majeurs concernant la santé, l'alimentation, l'énergie ou la chimie. La recherche doit faire émerger une bio-économie fondée sur la connaissance du vivant et sur de nouvelles valorisations des ressources biologiques renouvelables comme la mer qui représente un vaste potentiel de ressources vivantes originales et renouvelables qui peuvent être utilisées comme source d'énergie, ou encore permettre l'identification de nouveaux composés pharmaceutiques'', explique le communiqué de presse.

Trente neuf projets, qui bénéficieront d'un montant de 383 millions d'euros de crédits d'ici à 2020, ont été sélectionné lors de la première vague d'appel à projets de l'action "santé et biotechnologies".

Réactions1 réaction à cet article

 

Nous suivons avec intérêt les infos sur les recherches en Biotechnologie.
Pour être au courant et peut-être faire des propositions , nous souhaitons connaitre les adresses Mail d'accès aux infos?
Nous souhaitons que ces recherches tiennent compte de la possibilité des
plantes signalées de fixer les métaux lourds présents dans les sols
utilisés ,un sujet toujours ignoré ,sauf dans les INRA et encore!
Est-ce envisageable ,car plus du tout utopique , et prouvé depuis
l'industrialisation agricole et par des essais pilote dans les usines
chimiques et raffineries.MERCI

arthur | 01 mars 2012 à 17h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager