En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Investissements d'avenir : le compte est-il bon pour l'Ecologie ?

Le nouveau plan d'investissement d'avenir, pourvu de 12 milliards d'euros sur dix ans, consacre 2,3 Md€ à la transition écologique et énergétique. Mais la moitié de l'enveloppe totale influera directement ou indirectement sur l'environnement.

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°328 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°328
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a présenté, le 9 juillet, le plan Investir pour la France. D'ici 2025, ce sont 12 milliards d'euros d'investissements d'avenir qui seront injectés dans l'économie française. Cette enveloppe viendra progressivement prendre le relais du premier plan d'investissement d'avenir, lancé en 2009 par le gouvernement précédent.

Le Premier ministre a également annoncé les grandes lignes des futurs investissements pour les infrastructures de transport, qui devraient suivre le scénario 2 de la commission Mobilité 21, chargée de hiérarchiser les projets retenus dans le cadre du schéma national des infrastructures de transport. Enfin, il a confirmé, pour cet été, le déploiement du compteur électrique communicant Linky.

Transition : 2,3 Md€ et éco-conditionnalité

Au total, 2,3 milliards des 12 milliards d'euros du deuxième programme d'investissements d'avenir (PIA) seront directement consacrés à la transition écologique et énergétique. Parmi les priorités définies par le gouvernement se trouvent les technologies de gestion, de transport et de production d'énergie, l'efficacité énergétique et environnementale des entreprises, la rénovation thermique des bâtiments, l'économie circulaire et les transports.

"Les ministères et les opérateurs définiront précisément avec le Commissariat général à l'investissement les différents appels à manifestation d'intérêt ou appels à projet qui pourront être lancés", indique le dossier de presse. Concernant l'enveloppe dédiée à la transition écologique et énergétique, l'Ademe devrait recevoir la moitié de cette dotation. "Les modalités d'intervention [reposeront] prioritairement sur des prêts et des dotations en capital", précise le gouvernement.

Au delà de cette enveloppe dédiée à l'environnement, Jean-Marc Ayrault a précisé que "la majorité des financements du nouveau PIA seront soumis à une éco-conditionnalité, et [que] 50% concerneront directement ou indirectement des investissements pour la transition écologique".

Batho reste critique, Les Verts sont satisfaits

Une bonne nouvelle selon le patron d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) qui estime, dans les colonnes du Monde.fr, que l'éco-conditionnalité des aides est "une vraie rupture et le début d'une transition". Il nuance cependant : "C'est un signal qui se veut positif et on le prend comme tel. Mais on a bien noté que septembre sera le rendez-vous de la fiscalité écologique et de la transition énergétique".

En revanche, Delphine Batho, démise de son poste de ministre de l'Ecologie pour sa critique du futur budget, a estimé par voie de communiqué que le PIA "ne permet malheureusement pas de doter la transition énergétique des moyens nécessaires à sa concrétisation", précisant que, par le passé, "l'Ademe disposait de 2,8 milliards d'euros pour les appels à manifestation d'intérêt". Pour rappel, Delphine Batho avait demandé au gouvernement que la moitié des investissements d'avenir soient consacrés à la transition énergétique. "Si l'affichage reprend ma demande (…), la réalité des faits est donc différente".

Le premier PIA lancé en 2009 consacrait, sur 35 milliards de crédits, 5 milliards d'euros à la catégorie ''Développement durable'', dont 2,5 milliards pour les énergies renouvelables et décarbonées, 1 milliard pour le nucléaire de demain,1 milliard pour les transports et l'urbanisme durables, et 500 millions d'euros pour la rénovation thermique. En janvier 2013, le gouvernement Ayrault a annoncé la réorientation de 2,2 milliards d'euros, dont 300 millions d'euros pour la transition énergétique.

Réactions3 réactions à cet article

 

Je ne vois pas ce que Linky vient faire là dedans. Nous sommes tous clients ErDF (entreprise privée avec mission de service public et filliale de EDF). Dans nos factures nous payons un abonnement dont une partie est la location compteur ... compte tenu de l'age de mon compteur il semble que celui-ci soit largement remboursé et j'imagine qu'avec Linky je payerai encore une location compteur.
Autre point qui me déplais (encore plus que le premier), Linky ne fournit aucune information supplémentaire au client, seules les relèves seront (en théorie) justes (plus de trésorerie d'avance ?). Par contre ce compteur à "la possibilité" de placer un afficheur avec un affichage de la puissance instantanée ou des consommations des heures ou jours précédents ... tout ce qui permet de suivre son énergie mais qui sera une option payante ! Donc ceux qui ont le plus besoin de faire des économies d'énergies car le budget est serré ne prendront pas l'option
Compte tenu de la faible évolution du compteur malgré les demandes des associations de consommateurs (nous tous !) il est inadmissible de payer ce compteur avec nos impôts.
Cet argent devrait être utilisé pour faire de la rénovation thermique de bâtiments, la non consommation, ça c'est de la transition énergétique !

chocard | 10 juillet 2013 à 14h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

D'accord avec Delphine, on fait des annonces d'investissements pour la 'transition énergétique' mais à coté de cela on ampute de 14 % le budget de l'ADEME qui est un des principaux acteurs en la matière ! C'est un peu, déshabiller Paul, pour habiller Jacques...
De plus, je sais bien qu'il n'y a plus d'argent nul part, mais faut-il vraiment se féliciter de ces 2,3 milliards "pour les technologies de gestion, de transport et de production d'énergie, l'efficacité énergétique et environnementale des entreprises, la rénovation thermique des bâtiments, l'économie circulaire et les transports" ?
2,3 milliards pour tout ça d'ici 2025 !?!
Quand on sait que depuis 2008, l'état a versé chaque année la même somme en crédit d'impôt développement et encore une fois la même somme en subvention ADEME (appels à projets), on se dit qu'on peut sans peine répondre à la question : non le compte n'y est pas.

CIE | 11 juillet 2013 à 10h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Complètement d'accord avec chocard à propos de l'inutile et coûteux Linky. Nous devons le déploiement de ce bidule qu'à la volonté de nous traire (faire de la trésorerie au distributeur d'énergie) et à la localisation de l'usine qui fabrique ces merdes déjà obsolètes: elle est dans le Poitou-Charente, chez Raffarin et Ségolène...

Albatros | 11 juillet 2013 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…