En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les inondations restent le principal risque naturel en France

670 catastrophes naturelles ont été enregistrées entre 2001 et 2010 en France et dans les DOM dont 20% sont imputables aux inondations. Elles ont causé la mort de plus de 15.000 personnes et coûté plus de 13 milliards d'euros.

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
   
Les inondations restent le principal risque naturel en France
   

Inondations, avalanches, canicules, orages, incendies de forêts… Le cabinet d'étude Ubyrisk Consultants a publié le 28 avril un bilan décennal des catastrophes naturelles recensées en France métropolitaine et dans les départements d'Outre-mer (Guadeloupe, Martinique, La Réunion). Résultats : 670 catastrophes naturelles ont été recensées de janvier 2001 à fin décembre 2010, chiffre Ubyrisk Consultants.

Les inondations, première cause de catastrophe naturelle

Par types d'aléas, les inondations constituent plus de 20% des catastrophes naturelles recensées (soit 136 événements), suivies des orages et des foudres (17,5%, soit 117 évènements) et des avalanches (17,3%, soit 116 évènements). Viennent ensuite les incendies de forêts (7%), les tempêtes tempérées (6%) et les mouvements de terrain (6%). Et à moindre mesure, les éruptions (3%), les tornades (3%), les sécheresses (2%), ou les cyclones tropicaux (2%), les séismes (2%) et les tsunamis (0,15%).

   
© Ubyrisk Consultants
 
   

Au total : 64,4% des événements naturels dommageables enregistrés sont d'origine atmosphérique (inondations et orages), 11,2% d'origine géologique et 24% d'origine complexe (incendies de forêt et avalanches). La part des événements d'origine atmosphérique survenus en France est ''sensiblement la même qu'à l'échelle mondiale'', souligne le cabinet d'étude. Mais l'Hexagone connaît ''proportionnellement'' moins d'événements d'origine géologique, la France n'étant qu'exposée modérément au risque sismique et volcanique. Le nombre de mouvements de terrain y est aussi ''relativement limité'', explique-t-il. En revanche, les événements à origine complexe (incendies et avalanche) sont davantage représentés en France que dans le reste du monde, ''notre pays étant fortement exposé à ces deux aléas'', poursuit le cabinet.

Un nombre d'évènements ''stable'' en France…

 
La moitié Sud de la France la plus touchée Environ 22 % de l'ensemble des arrêtés de catastrophes naturelles (sur un total de 141.416) ont été pris entre 2001 et 2010. Les communes du Sud-Est et du Sud-Ouest ont été les plus touchées puisque ''nombre d'entre elles ont été déclarées en état de catastrophe naturelle à plus de 5 reprises en 10 ans'', note le cabinet Ubyrisk Consultants.
 
L'année 2001, avec 92 événements recensés (dont les orages survenus en juillet dans l'Est et les inondations de septembre dans la Somme) apparaît comme ''la plus sinistrée''. Vient ensuite l'année 2003 avec 85 événements, parmi la canicule d'août et les inondations dans le Sud de décembre. En revanche, l'année 2005 aura été celle qui compte le moins d'événements : 53 ont été enregistrés (parmi les inondations survenues en novembre dans le Sud).

Alors que les statistiques mondiales de la décennie montrent ''un net accroissement du nombre de catastrophes au cours des 5 dernières années'', la France connaît au contraire un nombre d'événements annuel ''stable'' autour de 67 en moyenne, rappelle le cabinet. Ce qui "ne permet pas de conclure à une augmentation du nombre de catastrophes naturelles en France", affirme Ubyrisk Consultants.

… malgré un lourd bilan humain et économique

Si la situation est relativement stable depuis 10 ans, les pertes humaines et économiques restent néanmoins ''élevées''. Les catastrophes naturelles ont fait 15.539 victimes, dont 14.802 pour la seule canicule de 2003 (soit 96% des victimes de la décennie) et 133 pour celle de 2006.

Si l'on exclut la canicule de 2003, les avalanches représentent plus de 26 % des victimes, avec 194 morts. Elles sont suivies par les vagues de chaleur (18,6 %) avec 137 morts, les inondations (14,8 %) avec 109 victimes et enfin les tempêtes tempérées (14%) avec 103 morts (dont 50 pour Xynthia en février 2010).

Le nombre moyen de victimes des catastrophes naturelles s'établirait à 74 par an, hors canicule de 2003. En termes de gravité, 89% des événements recensés ont fait moins de 5 victimes ou blessés (contre 69% au niveau mondial). Les "catastrophes" (plus de 50 victimes et des dommages matériels à l'échelle nationale) restent très marginales (environ 1% contre 10% dans le monde).

Côté coûts : Ubyrisk Consultants chiffre à 13,65 milliards d'euros le "coût total des dommages assurés liés aux catastrophes naturelles" qui s'accroît ''notablement'' en France. En prenant en compte les biens non assurés (routes, forêts, infrastructures publiques...), l'impact économique atteindrait "environ 30 milliards d'euros depuis 2001", soit plus du double, estime le cabinet.

Parmi les évènements les plus coûteux figurent les tempêtes Klaus de 2009 (1,7 milliard d'euros en dommages assurés) et Xynthia de 2010 (1,6 milliard d'euros) suivis des inondations dans le Sud de 2002 (665 millions d'euros) et de 2003 (740 millions d'euros).

En février dernier, le ministère de l'Ecologie a présenté un plan national de prévention des submersions et crues, doté de 500 M€ d'ici 2016, visant justement à renforcer les plans de prévention des risques (PPR) littoraux et l'entretien des digues. Un centre d'alerte aux tsunamis en Méditerranée devrait quant à lui être créé en juillet 2012 dans les locaux du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) dans l'Essonne.

Réactions1 réaction à cet article

 

Je pense que la France est un pays ou l'on cherche le papier après avoir fait dans sa culotte ! Les cours d'eau ne sont plus nettoyés depuis longtemps .........l'eau ne s'écoule plus assez vite . Nous avons le cas par chez nous: ils ont refait le revètement des rues ,mais ont bouchés les regards d'égouts ,quand il pleut , la rue est inondée ........

jcé | 20 janvier 2014 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…