En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Irradiation des aliments : une pratique répandue encore peu contrôlée

Souvent présentée comme moins nocive que d'autres modes de conservation ou de décontamination des aliments, l'ionisation est une technologie nucléaire qui sollicite le principe de précaution.

Risques  |    |  Agnès Sinaï Actu-Environnement.com
   
Irradiation des aliments : une pratique répandue encore peu contrôlée
© Stefan Merker
   
L'irradiation des aliments consiste à soumettre les produits à un faisceau d'électrons de très haute énergie ou à un rayonnement gamma produit à partir de Cobalt 60 ou de Césium 135. Ce procédé est utilisé pour décontaminer les denrées, ralentir le mûrissement, inhiber la germination et conférer une meilleure conservation : autant d'avantages d'une technologie appropriée à la circulation planétaire des marchandises agroalimentaires.

Depuis les années 50 et le programme « Atome pour la Paix » lancé par le président des Etats-Unis Eisenhower en 1953, l'irradiation des aliments s'inscrit dans le versant pacifique d'une technologie nucléaire pouvant sauver des vies plutôt qu'en détruire. En 1961, trois agences internationales, - l'OMS (Organisation mondiale de la santé), la FAO (Organisation des Nations unies pour l'agriculture et alimentation) et l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) - se réunissaient pour la première rencontre internationale sur l'irradiation des aliments à Bruxelles. Les délibérations qui s'en sont suivies ont abouti à une déclaration commune de ces instances, concluant que tout aliment pouvait être irradié et était sans danger pour l'alimentation humaine. L'acceptabilité de cette technologie ne relevait plus désormais que d'une opération de marketing : un rapport commandé par l'AIEA en 1982 préconisait d'éviter les termes d'« irradiation » ou « rayonnement ». Depuis, l'appellation, plus neutre, de « ionisation » est devenue de rigueur. Tabou de l'industrie agroalimentaire, l'irradiation des aliments est une pratique mondialisée, inhérente au système productif actuel adossé à la globalisation économique et à la grande distribution.

Qu'en est-il des risques sanitaires de cette pratique ? Sur le plan sanitaire, des risques non négligeables ont été envisagés par quelques études indépendantes : l'irradiation provoque une perte de vitamines importante dans les aliments (notamment les vitamines A, B1, C et E), ainsi que des risques de cancérogenèse et de mutagenèse dus à la prolifération de radicaux libres et de molécules nouvelles au sein de l'aliment irradié. Des scientifiques ont souligné le manque de données fiables pour évaluer le risque réel lié à la consommation d'aliments irradiés. Dans un dossier daté de juillet 2006, la revue médicale indépendante Prescrire constate que ''des inconnues subsistent sur les effets à long terme d'une consommation à grande échelle d'aliments irradiés''. Un avis de l'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) publié le 26 septembre 2007 s'intéresse au traitement ionisant des emballages destinés au contact alimentaire : ''ce traitement induit des réactions chimiques dont les produits sont susceptibles de migrer dans les aliments. Les propriétés toxiques de ces produits ne sont pas toujours caractérisées''. Président de la CRII-RAD (Commission indépendante de recherche sur la radioactivité), Roland Desbordes, ne fait pas dans l'euphémisme : ''il s'agit d'une énergie de destruction transférée à la matière. On obtient des ions et des radicaux libres, qui sont des molécules coupées en morceaux. Comme deux morceaux de bras, elles vont chercher à se combiner pour former une nouvelle molécule et en fabriquer de nouvelles : ce sont des produits néoformés dans la matière, qui vont en ralentir le mûrissement''. Certains virus y résistent, comme l'ESB, certains fruits, comme la fraise et les végétaux contenant beaucoup d'eau s'effondrent au bout de deux irradiations. En novembre 2008, des produits d'alimentation animale pour les chats ont été retirés du marché en Australie par l'entreprise Champion Petfoods Ltd. Une enquête du groupement de vétérinaires australiens a en effet constaté des troubles neurologiques sur des chats nourris avec des aliments irradiés à doses élevées par cette firme.

Un laxisme préoccupant

Malgré ces risques potentiels pour la santé des consommateurs, il est aujourd'hui impossible de connaître la quantité d'aliments irradiés commercialisés dans l'Union européenne, et notamment en France. On compte 22 unités d'irradiation dans 11 Etats membres, par ailleurs dotés d'installations nucléaires civiles. France, Belgique et Pays-Bas sont en tête des volumes déclarés, lesquels sont composés principalement de cuisses de grenouilles, d'herbes et épices, et de volaille. Depuis 1999, une directive européenne établit la liste communautaire des aliments pouvant être ionisés. Cette liste ne comprend que les herbes aromatiques séchées, les épices et les condiments. Depuis son adoption, cette liste communautaire devrait être complétée et actualisée. Or les Etats-membres traitent des produits qui ne figurent pas dans leur liste de produits autorisés. Selon les deux derniers rapports de la Commission européenne (2006 et 2007), les démarches de contrôle des produits commercialisés sont très variables d'un Etat membre à l'autre. L'Allemagne reste le pays qui effectue le plus de contrôles (4.137 échantillons en 2006, 3.744 en 2007). En France, seuls 216 échantillons ont été contrôlés en 2006, 117 échantillons en 2007. Selon le Collectif français contre l'irradiation des aliments, 'les contrôles au stade de la commercialisation sont incohérents, disparates, variant d'une année sur l'autre et d'un pays à l'autre, et sans règles communes, ce qui rend une réelle évaluation quasi impossible1 ''.

Même si les quantités irradiées localement ne semblent pas augmenter, l'accélération du commerce international met sur le marché européen des produits exotiques susceptibles d'être irradiés comme les crevettes, les cuisses de grenouille ou la viande de volaille. Le Collectif contre l'irradiation des aliments réclame des contrôles par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) à l'importation et à la commercialisation, et l'application de sanctions sévères en cas de fraude. Mais des exigences politiques trop élevées rendraient l'Union européenne passible d'une plainte déposée à l'Organisation mondiale du commerce, comme dans l'affaire du bœuf aux hormones.

Notes

1 - Collectif français contre l’irradiation des aliments, Aliments irradiés. Atome, malbouffe et mondialisation, Editions Golias, 2008.

Réactions4 réactions à cet article

 
savoir et du coup éviter

ne peut-on pas rendre la mention obligatoirement inscrite sur le produit , au moins, saurait-on ce qu'on mange?

pierre | 28 novembre 2009 à 15h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Plus d'information!!

Bonjour et merci pour cet article très éclairant sur un sujet qui me préoccupe beaucoup!

Nous mangeons de plus en plus selon les principes de l'alimentation vivante à la maison ("raw food") et consommons le plus souvent possible des aliments issus de l'agriculture biologique, justement pour essayer d'éviter les aliments qui ont été transformés génétiquement et/ou irradiés.

Mais comment pouvons-nous nous en assurer? Merci d'éclairer la lanterne du consommateur et de nous guider pour ÉVITER les aliments irradiés nuisibles à la santé. Acheter c'est voter, comme le dit Laure Waridel (co-fondatrice d'Équiterre et écrivaine); je ne veux pas voter pour ça, l'irradiation des aliments...

Merci encore!

Valérie Cusson
de Montréal

Val | 03 décembre 2009 à 05h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Apprentis sorciers

C'est comme les nanotechnologies, il y en a partout ...Pas demain la veille que tous ces procédés industriels seront mentionnés sur l'emballage (+0.5 % si OGM) ...Sinon il n'y aurait plus de clients !
Solution : manger des produits venant DIRECTEMENT du producteur (ex: AMAP)-> plus d'intermédiaires ni de procédés douteux pour la santé des consommateurs.
Devenons des consom'acteurs, demandons des comptes aux industriels de l'agroalimentaire sur leurs produits.

Rémifasol57 | 03 décembre 2009 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et les autres technologies?

Comme pour l'irradiation, d'autres technologies sont utilisées par l'industrie alimentaire. Je ne citerai pour exemple que la thermolyse enzymatique.
Cette technologie est utilisée classiquement pour de très nombreux produits. Comme l'irradiation elle détruit une fraction énorme des vitamines, comme pour l'irradiation le prion (et non le virus) de l'ESB lui résiste la plupart du temps, comme pour l'irradiation des molécules sont lysées et sont susceptibles de se recombiner, il a été mis en évidence la formation en quantité significative de molécules carcinogènes sur bon nombres de produits traités par cette technologie.
Bizarrement aucune information ou presque n'est publiée, c'est certainement le signe de la main-mise du lobby des multinationales agroalimentaires, comme Nestlé, Unilever Danone qui toutes trois utilisent cette technologie de thermolyse enzymatique.
Comme l'irradiation, la thermolyse est le fruit d'une technologie de destruction: le feu dont les victimes se comptent par millions.
Elle est même rentrée dans pratiquement tous les foyers et a même été cachée dans une terminologie plus acceptable: la cuisson.

VD69 | 03 décembre 2009 à 17h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager