En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un guide pour mieux connaître l'investissement socialement responsable (ISR)

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Entre 2008 et 2009, le marché de l'investissement socialement responsable (ISR) a progressé de 70 %. Sa part reste modeste (3 %), les particuliers possèdent 31 % des encours aujourd'hui.

Un sondage mené par Ipsos en septembre 2010 à la demande d'EIRIS3 révèle que 59 % des Français se déclarent incapables de nommer ou de décrire en détails un produit ISR. 37 % affirment qu'ils n'achèteraient pas de produits ISR parce qu' ''ils ne croient pas les affirmations des institutions financières concernant ces produits'' et 33% parce qu' ''il n'y a pas de vérification indépendante des affirmations faites sur ces produits''.

Afin de sensibiliser et informer les consommateurs à cette forme d'investissement, l'observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE) publie un guide téléchargeable sur Internet.

Parmi les enjeux jugés comme prioritaires par les sondés, la protection des droits de l'homme (60% avec une note entre 7 et 10), la protection de l'environnement (60%), la prise en compte du changement climatique (54%) et investir dans le commerce équitable (52%) arrivent en tête.

Notes

1 - Guide « Pourquoi choisir l’ISR ? Les réponses pédagogiques des établissements financiers », Octobre 2010 2 - Les principaux résultats de l'enquête Ipsos/Eiris (ppt) 3 - Agence de recherche internationale sur la performance sociale, environnementale, éthique et de gouvernance des entreprises

Réactions1 réaction à cet article

 
Que d'âneries !

Nous sommes repartis avec cet inénarrable concept d’Investissement Socialement Responsable – les initiés de la secte doivent dire IRS – dans la voie où nous mène la crise financière mondiale où ne faisons qu’entrer ; ceci en considérant que la création monétaire se fait par génération spontanée de la monnaie : l’argent crée l’argent.

Nous oublions simplement que le crédit et l’investissement qu’il permet, ne sont que des outils au service de l’homme qui par ses activités va créer de la monnaie. Il est donc aberrant de prétendre qu’épargne, crédit ou investissement ont une responsabilité sociale, ou sur le développement prétendu durable, ou d’inviter les épargnants comme le font certains n’ayant pas le sens du ridicule, à réfléchir plus sur l’importance de l’empreinte carbone de leur épargne, que sur l’air qu’ils pompent aux autres en s’essoufflant dans des actions ou discours inutiles.

Il est un investissement socialement responsable, le seul auquel on devrait raisonnablement s’intéresser, c’est celui de tout Homme qui par son travail, son investissement personnel, gagne son pain à la sueur de son front, participant ainsi à la seule création monétaire qui puisse avoir une valeur et que le crédit ne fait qu’anticiper.
Edgar Rice Burrougs disait : « L’argent, le principe est que si vous en avez c’est que quelqu’un d’autre en a besoin ! ». Cet argent que nous fabriquons par notre travail, cet autre qui en a besoin en fait absolument ce qu’il en veut, et même s’il s’en sert pour fabriquer des bombes et émettre CO2, ou pets et rots méthaniques nous ne saurions avoir en cela une quelconque responsabilité.

Seule la bêtise humaine peut donner une idée de l’infini, dit-on en restant poli, elle s’inscrit en outre parfaitement dans le « durable » tellement à la mode ! Les initiés de l’ISR l’exploitent admirablement bien pour tirer de gros profits

jeanpierrecanot | 07 octobre 2010 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…