Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Jardins d'Aubervilliers : le permis de construire suspendu pour non-compensation des arbres abattus

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Tout un symbole. La destruction des jardins ouvriers d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) en vue de construire une surface de commerces et une piscine pour les Jeux olympiques de 2024 avait débuté le 2 septembre, à la veille du congrès mondial de la nature.

Par une ordonnance rendue lundi 20 septembre dans le cadre d'une procédure de référé-suspension, la cour administrative d'appel de Paris a suspendu l'exécution du permis de construire en date du 21 juillet 2021 à la demande de deux associations et trois particuliers. Le motif ? La méconnaissance du règlement du plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi), en particulier sur la question de la compensation environnementale, de nature à faire naître un doute sérieux sur la légalité de l'arrêté.

Selon le PLUi, dans le cas où un arbre de grand développement est abattu, un arbre équivalent doit être replanté sur le terrain. La cour précise que le nombre d'arbres abattus doit être déterminé compte tenu de l'état du terrain au moment du dépôt de la demande de permis de construire et non en fonction de modifications postérieures. Or, la réalisation du projet conduisait à abattre 67 arbres alors que le permis de construire ne prévoyait la replantation que de 47 arbres.

« C'est une décision extrêmement intéressante au sens où c'est la première fois que le juge du permis de construire, dans un contentieux d'urbanisme, pose la question de la compensation environnementale, réagit le professeur de droit Arnaud Gossement. Cette décision montre que le PLU est en train de devenir un instrument de protection de la nature. » Reste à voir quelle analyse en fera le Conseil d'État. La maire d'Aubervilliers, Karine Franclet, qui avait délivré le permis, a en effet annoncé un pourvoi en cassation.

Un problème majeur tout de même : les arbres ont déjà été abattus et les travaux d'excavation ont déjà débuté. « Les bulldozers et tronçonneuses sont allés plus vite que la justice. Une fois de plus, allongeant la liste de cas où les aménageurs profitent délibérément de la lenteur des procédures pour mettre devant les (mé)faits accomplis », s'indigne Florence Denier-Pasquier, administratrice de France Nature Environnement (FNE) sur Twitter.

Réactions1 réaction à cet article

 

FNE a raison : toujours la "bonne" vieille technique du passage en force et fait accompli, et si la justice tranche en défaveur du projet, il sera toujours trop tard pour "réparer" (vue de l'esprit de la loi car on ne "répare" pas des individus morts - ici des arbres) vu les délais.
Pour éviter cette perpétuelle fuite en avant, propice à bon nombre d'abus, il faut que les donneurs d'ordre (ici le maire) soient personnellement sanctionnés et non uniquement la collectivité, c'est à dire le contribuable qui n'a pas voix au chapitre vis-à-vis du dossier (l'argument "si vous n'êtes pas contents, il y a les élections pour exprimer votre opinion" est totalement dilatoire, donc inopérant).

Pégase | 22 septembre 2021 à 15h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en Droit de l'Urbanisme durable et Domanialité publique Green Law Avocat